Les travaux de février

Février, mois de transition pour le jardin...

Les rigueurs de l’hiver sont encore à craindre... Pourtant, on observe les prémices d'une reprise d’activité.

Février est réputé comme étant un mois froid. C’est souvent en cette période que le jardinier craint le plus pour ses végétaux et se pose la question de leur capacité à résister au froid.
Quelles sont les stratégies des plantes ? Mise au repos, peu de circulation de sève, stockage des réserves dans des organes spécialisés (bois, racines…), chute des feuilles. Autre mécanisme plus subtil : lorsque le gel arrive dans les feuilles (1) ou dans les organes riches en eau (jeunes pousses), une partie de l’eau sort des cellules pour gagner l’espace entre les cellules. La concentration en sels minéraux et sucres de l’eau qui reste dans les cellules augmente donc, empêchant qu’elle ne gèle (2) ! Les plantes rustiques sont rompues à l’utilisation de ce mécanisme !

Février est aussi le mois où la durée du jour augmente à nouveau et de façon significative, au moins pour les plantes qui commencent à capter ce signal pour se remettre en activité.

=> Semez sous abri les légumes primeurs et ceux des premiers beaux jours. Bien sûr, il est nécessaire d’attendre que les conditions climatiques soient au rendez-vous : nombreux sont les jardiniers qui attendent la floraison des forsythias.
Dès février, organisez la régularité de l’approvisionnement : étalez les semis en utilisant des variétés adaptées et semez en fonction de vos besoins !

  • Sous châssis froid, semez : épinard, carotte primeur, choux, poireau d’été, laitue de printemps, radis, en pensant à évacuer l’humidité (ouvrir le châssis) pour limiter les risques de maladies fongiques.
  • Utilisez les couches chaudes pour faire vos plants : aubergine, concombre, basilic, céleri à côte, céleri-rave, chicorée frisée, choux, chou-fleur, courgette, laitues, piment, poireau, tétragone peuvent se faire tout au long du mois. Les caissettes au chaud (à l'intérieur) sont à réserver aux tomates, cela vous permettra d’avoir des plants très tôt.
  • Les semis sous tunnel sont possibles dans de nombreuses régions, exceptées les zones de montagne et du nord-est : installez carotte, petit pois, laitue de printemps, épinard et poireau, oignon jaune, oseille…

 

=> Semez en pleine terre dès que la température du sol est aux alentours de 6-8 °C (la couverture du sol avec du paillis, voire du plastique noir, est une façon de favoriser le réchauffement). Tentez les espèces suivantes : cerfeuil, choux, ciboulette, fève, oignon jaune ou rouge de garde, panais, persil, pois, radis…

=> Préparez les plants de pommes de terre ; pour obtenir des germes trapus, mettez les tubercules dans un endroit frais et lumineux, et comptez un mois et demi environ avant la plantation.

=> Nettoyez les vivaces : rhubarbe, ciboulette, menthe, origan, mélisse… Apportez du terreau pour favoriser leur démarrage au printemps.

=> Préparez la zone d’implantation des racines et des asperges. Travaillez en profondeur sans retourner la terre : décompactez et aérez avec une grelinette ou un équivalent, incorporez de la matière organique bien décomposée puis, environ 10 jours plus tard, recommencez l’opération. Couvrez ensuite avec une couche de compost (3-5 cm). Pour la mise en place de la culture (betterave, panais, pomme de terre…), le sol devrait être souple et riche. Cette préparation constitue une bonne base dans les terrains légers pour installer des asperges.

=> Terminez la taille des fruitiers, sauf s’il gèle. Pensez aussi aux groseilliers, framboisiers, ronces, kiwis, noisetiers, amandiers, figuiers.

=> Prélevez les greffons. Pour la vigne, c’est le moment des boutures.

=> Au pied des arbres, aérez la terre, apportez environ 1 kg/m² d’un mélange de 80 % de compost, 10 % de poudre de roche, 5 % de cendres de bois à enfouir en surface ; maintenez un paillage peu épais à renouveler dès qu’il se dégrade et s’intègre au sol.

=> Ménagez la pelouse si elle est gelée et/ou enneigée, évitez les piétinements et les roulages. Ceci est d’autant plus important en cas de semis récent (printemps, voire automne dernier), si le froid est intense et s’il est arrivé brutalement.

=> Rabattez les rosiers à 3 yeux (le dernier œil doit être tourné vers l’extérieur), les glycines (à 2 yeux), et les arbustes à floraison estivale (althéa, buddleia, céanothe, hortensia, pérovskia, gaura). Pensez aussi aux clématites, uniquement celles à floraison estivale.

=> Apportez de l’engrais au pied des arbustes, rosiers et autres plantes, par exemple un mélange de compost (80 %) avec de la poudre de roche (10-15 %) et des cendres de bois (5-10 %). L’incorporation par griffage est suivie d’une couverture de la terre par un paillage (paille - feuilles - compost peu évolué…) pour favoriser l’activité de la faune du sol.

=> Préparez les bulbes de l’été (bégonias, canas, dahlias…), mettez-les dans une caisse (dans un local à 8-10 °C) avec un mélange de tourbe, au chaud, et pulvérisez régulièrement de l’eau sans excès pour ne pas faire pourrir les bulbes.

=> Commencez les semis de fleurs sous abri (serre chaude, froide ou sur couche chaude sous châssis). Organisez un espace pour le repiquage (tunnel, châssis…).

=> Protégez votre installation : comme l’eau gelée occupe un volume plus important que l’eau liquide, elle va exercer une poussée sur les parois du bassin ; le risque de dégât n’existe que pour les petites installations où presque toute l’eau peut geler. Les solutions : agitez l’eau (système de bulleur - pompe), réchauffez l’eau ou mieux, n’hésitez pas à vider votre bassin, quitte à faire héberger vos poissons ailleurs.

=> Protégez vos poissons en cas de grand froid : pour garantir l’oxygénation de l’eau, évitez que toute la surface du bassin ne gèle. En principe, un ou deux fagots de roseaux ou de bois suffisent à maintenir la circulation de l’air ; on peut aussi faire flotter d’autres corps (bouteilles plastiques remplies avec un peu de sable…).

=> Hivernez systématiquement vos plantes exotiques dans un endroit très lumineux (jacinthe d’eau, laitues d’eau, certains nénuphars…) ; en dessous de -8/-10 °C, faites de même pour les autres plantes. Les nénuphars rustiques souffrent si leurs rhizomes sont pris dans les glaces. Si le bassin le permet, descendez les pots plus en profondeur ; autrement, rentrez-les dans des seaux d’eau.

=> Surveillez avec attention l’état sanitaire de vos plantes, les cochenilles tout particulièrement.

=> À la fin du mois de février, apportez de l’engrais aux plantes qui ont fini de fleurir (azalée, cyclamen, cactus de Noël, poinsettia…). Éventuellement, changez-les de pots si cela se justifie.

Notes :
(1) Cela vaut pour les espèces à feuilles caduques et les espèces à feuilles persistantes.
(2) On dit que l’eau est en surfusion.

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Le Guide du thé vert
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de sophrologie