Les travaux du Dr Weston Price

En matière d’alimentation, à force de nous bombarder de recommandations dans un sens et dans un autre, nous ne savons plus que manger. Pourtant, se nourrir sainement n’est pas si compliqué. Il y a 80 ans, le Dr Weston Price avait déjà énoncé les principes de l’alimentation idéale, celle qui nous maintient en bonne santé tout au long de notre vie. Et, croyez-moi, cela n’a rien de compliqué ! Il ne s’agit en tout et pour tout que d’un retour aux sources, les vraies !

Le Dr Weston A. Price était un dentiste de Cleveland, aux États-Unis. Préoccupé par la mauvaise santé dentaire de ses concitoyens et persuadé que la clé d’une dentition saine résidait dans l’alimentation et
non dans la génétique, il entreprit au début des années 30 un voyage de 10 ans dans les coins les plus reculés de la planète pour étudier la santé des peuples qui avaient conservé une alimentation locale et
naturelle.

Une alimentation locale et naturelle
En comparant l’alimentation de ces différents peuples avec l’alimentation américaine de l’époque, le Dr Price remarqua que les peuples visités consommaient 4 fois plus de vitamines hydrosolubles, de calcium et de minéraux, et 10 fois plus de vitamines liposolubles (A et D) provenant du beurre, des œufs, du poisson, de l’huile de foie de poisson, des crustacés et d’autres aliments d’origine animale, ces mêmes aliments qui étaient diabolisés par les Américains à l’époque et dont beaucoup le sont encore aujourd’hui à cause, notamment, de leur haute teneur en cholestérol et en graisses saturées.
Dans leur alimentation, se trouvait également un nutriment liposoluble présent dans les crustacés, le foie de poisson et
le beurre provenant de vaches nourries à l’herbe. Il baptisa ce nutriment encore inconnu à l’époque : activateur X (actuelle vitamine K2). Tant cette vitamine K2 que la vitamine A et D sont en effet des catalyseurs indispensables à une bonne absorption des minéraux et assimilation des protéines.
Par ailleurs, tous les peuples étudiés par le Dr Price avaient une alimentation 100 % naturelle et provenant de leur région et de son terroir. Aucun aliment issu de l’industrie donc, pas de sucre, de farine raffinée, de lait pasteurisé ou UHT, de margarine, d’aliments allégés, de substituts du commerce, de conserves, d’huiles raffinées, d’additifs, etc.
Rien que des vrais aliments non modifiés, non dénaturés, comme la nature nous les offre. Les animaux consommés étaient sauvages ou élevés en plein air, et se nourrissaient exclusivement des aliments naturels qu’ils consomment depuis la nuit des temps.

Les observations du Dr Price
⇒ Les populations étudiées par le Dr Price ne mangent aucun aliment raffiné, industrialisé ou dénaturé. Toute leur nourriture
est naturelle, cultivée localement dans la région. Pas d’aliments venant du bout du monde, donc.⇒ Elles consomment quantité de légumes, fruits, racines, baies, noix, herbes aromatiques, épices...
⇒ Leur seule source de sucre provient des sucres naturels, des fruits ou du miel cru.
⇒Leur alimentation contient des Omega 6 et des Omega 3 en quantité quasi égale.⇒ Tous les peuples observés par le Dr Price consomment des produits ou sous-produits animaux, qu’il s’agisse de viande, de poisson, de crustacés, de reptiles, d’insectes, de lait ou d’œufs.
⇒ Les animaux sont consommés en entier. Ils mangent tant les parties maigres que les parties grasses. Ils utilisent aussi les os et les carcasses (comme le faisaient nos grands-mères) pour faire des bouillons riches en gélatine fortement fortifiants et thérapeutiques.
⇒Les céréales et légumineuses sont toujours mises à tremper, germées ou fermentées avant consommation. Cela permet de
neutraliser les inhibiteurs d’enzymes, l’acide phytique et autres antinutriments qu’ils contiennent.
⇒ Certains aliments sont consommés cuits, mais une partie du repas est toujours composée d’aliments crus, y compris en ce qui concerne les produits animaux.
Rassurez-vous, pas besoin pour autant d’avaler de la viande crue si vous avez une tendance végétarienne.
Un peu de beurre de lait cru ou un œuf battu dans une préparation non cuite fait très bien l’affaire.
⇒ Le pourcentage de graisses dans l’alimentation des populations observées varie de 30 à 80 % de la ration calorique. Mais
seulement 4 % de ces graisses proviennent d’huiles polyinsaturées.
Tout le reste est constitué de graisses saturées (beurre, noix de coco, produits d’origine animale…) et monoinsaturées (huile
d’olive, noix, noisettes, amandes, avocat…).
⇒ Leur alimentation est très riche en enzymes alimentaires et bonnes bactéries provenant d’aliments (légumes, herbes,
fruits, boissons, produits laitiers, épices…) lacto-fermentés.
⇒ Facteur non alimentaire mais néanmoins important, toutes ces populations sont actives physiquement.

Mangez biologique, 100 % naturel, varié et local, écoutez votre corps, restez au plus près des traditions culinaires de vos ancêtres et vous serez en bonne santé !

L'article de Murielle Toussaint est paru dans Rebelle-Santé n° 148 (septembre 2012).

 

n° 148

Mots-clés