Tisanes contre l’angine

L’angine ou amygdalite est une inflammation de l’arrière-gorge et des amygdales. Fièvre, douleur aux oreilles, voix cassée, ganglions sous-maxillaires enflés en sont les principaux symptômes.

L’angine peut être rouge (arrière-gorge irritée et enflammée) ou blanche (petits points blanchâtres dans la gorge). Cette infection est huit fois sur dix d’origine virale et ne se traite par conséquent pas avec des antibiotiques. Les plantes ont donc tout leur rôle à jouer. Pour les deux autres cas sur dix, il s’agit d’une bactérie. Un test pratiqué par le médecin permet de le savoir. Cette fois, des antibiotiques sont nécessaires, car les streptocoques peuvent migrer vers d’autres organes et provoquer des complications. Même dans ce cas, les plantes peuvent accompagner le traitement donné par le médecin, surtout quand il s’agit de désenflammer la gorge à l’aide de gargarismes.

La ronce Rubus fruticosus
La plante entière a des propriétés astringentes, elle est donc indiquée pour réduire les angines, ulcérations de la bouche, aphtes…

- Infusion : dans un litre d’eau bouillante, jetez 20 à 30 g de feuilles de ronce, couvrez et laissez infuser quinze minutes. Filtrez et consommez trois tasses par jour, en améliorant le goût avec une cuillerée à café de sirop de mûres.

- Sirop de mûres : écrasez les mûres que vous venez de cueillir et réservez-les au frais pendant 24 heures. Exprimez le jus jusqu’à en obtenir 500 g et mélangez-le avec 900 g de sucre. Faites bouillir le tout, laissez refroidir et mettez en bouteilles.
⇒ Gargarisme : dans un litre d’eau froide, mettez 100 g de feuilles de ronce, portez à ébullition et maintenez la cuisson durant quinze minutes. Filtrez, additionnez de miel ou de sirop de mûres et pratiquez des gargarismes cinq à six fois par jour.

La rose gallique (infusion, sucre de rose), l’échinacée infusion, décoction, teinture), et la saponaire (décoction pour gargarisme) peuvent aussi vous aider à lutter contre l’angine.

Pour tout savoir sur ces plantes et la façon de s’en servir, lisez l’article d’Anne Loret page 96 dans Belle-Santé N° 112.
 

n° 112

Mots-clés