Le syndrome des jambes sans repos (SJR)

Encore appelé "impatiences", le syndrome des jambes sans repos, est mal connu et touche indifféremment les deux sexes.

Cette maladie rare se manifeste au repos, la nuit notamment.

Fourmillements, secousses involontaires fréquentes, mouvements de flexion par centaines, picotements, brûlures, démangeaisons dans les jambes, douleurs insoutenables pareilles à des nœuds que l'on ferait avec les jambes, sensation d'eau qui coule le long des jambes ou d'insectes rampants sous la peau, nombreuses sont les manifestations plus ou moins sévères du SJR qui touchent surtout les mollets, les cuisses, les chevilles et parfois les bras.

Les symptômes apparaissent quelques minutes ou heures après le début du repos et surviennent donc essentiellement la nuit. Même en position assise. Aller au cinéma ou encore conduire deviennent alors des actes difficiles.
La douleur et les autres symptômes obligent à se lever pour marcher, ou encore se masser ou simplement remuer les jambes dans le lit, provoquant une insomnie ou des micro-éveils inconscients. À terme, ces derniers engendrent de la fatigue, des troubles de la mémoire ou de la concentration.
L'origine exacte du SJR reste encore inconnue. On sait toutefois qu'il s'agit d'un trouble du métabolisme de la dopamine, substance élaborée par le cerveau. Le SJR peut apparaître dans les suites de chocs émotionnels, lors de la prise de certains médicaments ou encore lors de situations médicales particulières.
Si aucun traitement miracle n'existe, certains médicaments peuvent améliorer la situation, comme les "antiparkinsoniens" ou encore le Rivotril. Des patients utilisent également la morphine.

Lire l'article du Dr. Daniel Gloaguen dans Belle-Santé n° 53 (épuisé).