Petites bêtes et maladies

Rubrique

Protéger ses cultures est un souci naturel du jardinier. Dans une perspective de jardinage écologique, cela peut vite devenir un vrai casse-tête… sauf si on suit de bons conseils pour instaurer un équilibre au jardin !

DES CONSEILS POUR AGIR SUR LES PROBLÈMES DE SAISON
Le conseil clé : ne rien décider sans observation, surveillance et évaluation de la situation.

DONC RÉFLEXE N° 1 : OBSERVATION !
L’arrosage
Apportez de l’eau en quantité adaptée et régulièrement. Les à-coups dans l’alimentation en eau fragilisent les plantes, et les excès amènent des maladies fongiques : pourriture du collet, oïdium, mildiou. Les déficits favorisent l’apparition de l’oïdium lors des arrosages suivants ou l’apparition de parasites (aleurodes). L’arrosage se fait à la tombée du jour.

Les associations de plantes
La monoculture est à proscrire ! Mélangez autant que vous le pouvez les espèces tout en organisant des associations bénéfiques : l’oeillet d’Inde en fleurs éloigne les aleurodes ; la mouche du chou se décourage si elle ne trouve pas l’élu rapidement, donc n’hésitez pas à dispersez les choux au milieu des haricots, par exemple !
Attention, il faut parfois 4 à 5 ans de patience avant de pouvoir cultiver à nouveau au même endroit la même espèce.

Les piégeages
Ils sont irremplaçables dans le cas de la mouche des fruits, des limaces et escargots, du carpocapse du pommier, du prunier, de la tordeuse orientale du pêcher. (…)

Les traitements
Pour lutter contre des maladies ou contre des ravageurs, il y a plusieurs possibilités : produits de traitement faits maison, achetés dans le commerce, introduction ou stimulation de la présence d’auxiliaires.(…) Un produit de traitement naturel est un concentré de molécules aux propriétés particulières qui peuvent être dangereuses (…), et ces molécules, par l’effet du traitement, se trouvent concentrées sur un volume faible (…). L’utilisation de produits doit se faire en dernier recours et avec précautions (…).

Quelques pistes pour instaurer un équilibre écologique au jardin
Parler d’équilibre au jardin, c’est dire qu’il faut tenir compte des relations qui existent entre le sol, les plantes, le climat et les choix du jardinier.

Du côté du sol : le facteur clé est la vie microbienne.
Elle dépend de l’aération, d’une bonne circulation de l’eau dans le sol, de la présence suffisante de matière organique et d’un taux d’acidité correct (pH entre 5,5 et 6,5).

Du côté des plantes :
Plantez des végétaux qui n’ont pas eu une croissance forcée par des apports d’engrais azoté et qui disposent d’un système racinaire fourni, sans nécros ;

Pour le climat :
Les variations brusques sont toujours dommageables, il faut donc anticiper les risques de froid et de chaleur. Certains parasites aiment une chaleur sèche (aleurodes), l’arrosage du feuillage est alors efficace.
D’autres apprécient l’humidité (champignons) ; dans ce cas, ne mouillez pas le feuillage, espacez les plants, plantez sur butte…

Les choix du jardinier :
Optez pour des espèces ou variétés résistantes. Préférez des plantes adaptées au climat et au sol, respectez les dates de semis et de plantation et n’apportez pas trop d’engrais azoté. Apportez des oligoéléments, appliquez la rotation des cultures, associez les espèces qui se stimulent ou se défendent mutuellement et procédez à plusieurs repiquages quand c’est possible.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
D'ici et d'ailleurs les aliments qui guérissent
Bien manger sans cuisiner
Mon cahier de remèdes aux épices