Petits bobos de la rentrée

Rubrique

Pour la majorité d’entre nous, la rentrée est synonyme de reprise de l’activité professionnelle. D’autres vont en profiter pour continuer leur activité sportive ou se (re)mettre au sport. Certains, enfin, vont se plonger dans leur jardin pour les travaux d’automne.

LE RETOUR DES ACTIVITÉS ET LEURS DANGERS !
Finies la plage et les soirées barbecue entre amis ! La vie «normale» va reprendre son cours et avec elle, l’activité professionnelle, sportive ou de loisir (bricolage, jardinage...). Dans tous les cas, des répétitions de gestes ou de mouvements en perspective qui risquent de saisir vos muscles, tendons et articulations « endormis » (et reposés) par quelques semaines de vacances. Car reprendre une activité physique après une période d’arrêt expose aux blessures, qu’il s’agisse de troubles musculo-squelettiques professionnels (TMS), de tendinites sportives (tendinite d’Achille, du genou, du coude...) et autres blessures musculaires (claquage, élongation...), si l’on ne respecte pas quelques règles de précaution.

LES CONSÉQUENCES DE L’INACTIVITÉ
Passer de l’inactivité, régénératrice certes, à une activité physique ne plaît jamais à l’organisme, reposé, mais pas encore préparé à l’effort. Car, lors d’un arrêt, les muscles « fondent » à vitesse grand V. L’effet est notable après une dizaine de jours. Sans parler de la perte de tonicité qui va de pair. Les articulations, elles, s’ankylosent et perdent de leur souplesse. Les tendons et ligaments sont comme « rétractés » par le manque de sollicitations et ne permettent plus à l’articulation de travailler sur de larges amplitudes. Côté os, toute activité répétitive inhabituelle, brutale ou trop intense fait craindre une fracture de fatigue (marche à pied dans le cadre du travail ou dans les sports de course) notamment au niveau des os du pied. Enfin, nombreux sont ceux qui ont pris quelques kilos pendant les vacances... Un excès de poids que le dos (lombalgie, tensions au niveau des « reins ») et les articulations (surcharge articulaire) risquent de ne pas apprécier.

REPRENDRE EN DOUCEUR
La sanction d’une reprise professionnelle ou sportive trop rapide est toujours la même : courbatures, sensation de ne pas avoir de force, douleurs articulaires, voire tendinites. Pour reprendre une activité sans risque, il faut donc amener progressivement l’appareil locomoteur à accepter de nouveaux efforts ou, plus exactement, à lui faire retrouver les «sensations» perdues. En matière d’activité professionnelle et si vous en avez la possibilité, travaillez au début « à l’économie » en évitant la répétition de mouvements trop intenses.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mais pourquoi personne ne nous le dit ?
Et si vous appreniez à vous soigner vous-même ?
Mon cahier d'homéopathie
Diététique de l'expérience