Pierre Feuga, maître de yoga

Rubrique

Parmi les authentiques maîtres contemporains à vivre et à penser, Pierre Feuga (1942-2008) s’inscrit en tant que voyageur d’un ciel dépourvu des orages de la vanité. Romancier, essayiste et traducteur, il fut aussi maître de yoga, spécialiste en cette discipline dans l’esprit de la tradition shivaïste du yoga du Cachemire.

LA FLAMME SUR LE CHEMIN
Peut-on dire qu’il fut spirituellement précoce, lorsque dans le jardin de son enfance, le petit Pierre découvrit la fleur de l’éveil ? Était-ce une intuition ou une réalité qui fit alors jaillir du plus profond de son être une inoubliable flamme de bonheur ? Il sut à cet instant que cette joie impalpable et secrète était lovée en lui depuis toujours et qu’il ne servirait à rien de tenter de la trouver ailleurs. Et c’est ainsi que l’enfant grandit. Passé le temps de la confiance émerveillée vint l’exigence de la jeune maturité. Les histoires frémissantes d’aventures et de liberté que son père lui contait développaient une vision de la vie au-delà des limites ordinaires. L’esprit du jeune homme savourait ces récits auxquels venait s’ajouter l’expérience voyageuse des amis de la famille, au retour de leurs périples en Indochine ou en Amazonie. Sous cette influence, il n’est pas étonnant que s’éleva en lui une déception au regard d’un monde affligé de matérialisme.

QUAND LE MAÎTRE APPARAÎT
Après deux années d’une révolution intérieure où l’excès fit place à la tempérance, Pierre sentit monter en lui un profond désir de changement dont l’intensité lui fit abandonner tout ce qui constituait ses vieux repères. Il était devenu selon sa propre parole “un moine citadin” sans véritable loi ni foi.
Lui apparut un jour, qu’au lieu de suivre la voie du détachement où il se croyait engagé, il ne faisait qu’accumuler et entasser des notions spirituelles éparpillées, allant de l’hindouisme au zen en passant par le Coran et les Évangiles, des traités de pharmacopée et d’occultisme en tout genre. Mais le pire restait encore dissimulé à ses yeux. Plongé à fond dans le yoga, il s’en était remis aux instructions d’un couple de charlatans qui profitaient allègrement de la candeur de ses élèves. Par chance ou par la grâce de sa destinée, Pierre vit apparaître son sauveur sous les traits de Jean Klein, authentique maître yogi. Entre l’aventurier du corps qu’était Pierre et l’aventurier de l’esprit que fut Jean Klein s’établit une union sacrée, pure comme le miroir d’un ciel sans ombre.

VOYAGES, VOYAGES...
De rêves d’évasion en réalité immobile, la vie de ce perpétuel fugueur traversa les mers et les continents. Que cherchait-il vraiment ? “L’éveil” se plaisait-il à dire en toute modestie. Parce qu’il était un être qui ne demandait rien d’autre que la vérité et parce qu’il avait l’âme propre, il se détourna des groupes institutionnels qui proclamaient détenir à eux seuls les moyens d’atteindre le bout du chemin. Il cultiva l’éveil de son corps avec le yoga, le tai ji, les arts martiaux et... les voyages. Il chemina dans son esprit à la recherche de cette graine d’absolu comme bien d’autres yogis l’avaient fait avant lui. Il n’imposa jamais son savoir, mais, doté d’un talent certain pour l’écriture, il enseigna à sa manière dans les ouvrages qu’il composa.

À LIRE :
De Pierre Feuga aux éditions Almora
Le chemin des flammes - 8,90 €
Le miroir du vent - 19,90 €
Fragments tantriques - 17 €

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mon cahier des Fleurs de Bach
Mon cahier pour brasser de la bière
Poids : mode d'emploi