Pour éviter la lucite estivale, la levure de bière

Rubrique

« À l’approche des beaux jours, vous allez probablement aborder à nouveau la question de la lucite estivale, et je me dis que je devrais vous faire part de mon expérience. En effet, j’ai découvert par hasard, il y a plus de 20 ans, que la levure de bière vivante m’évite de gâcher mes vacances au soleil. J’en prends depuis, avant mon départ, ou même pendant les vacances si je n’ai pas anticipé, et je n’ai plus jamais de lucite estivale. Car ce mal, bien que bénin, me gâchait vraiment une dizaine de jours chaque été et tous les antihistaminiques que j’avais testés au fil des ans ne me soulageaient pas ou peu de temps. Au départ (il y a plus de 30 ans), j’ai pris de la levure de bière en fin de printemps pour mes ongles ; j’en avais pris l’habitude et je faisais une cure tous les ans avant l’été, avant de partir en vacances. À cette époque, je n’avais plus de problème de lucite : j’ai pensé que j’en étais débarrassée avec l’âge (j’en souffrais depuis l’enfance). Puis, le magasin où je m’approvisionnais a fermé, ce qui à l’époque m’a posé un problème car les produits bio et naturels n’étaient pas aussi répandus que de nos jours.

J’ai donc raté une cure de levure de bière avant de partir en vacances au bord de la mer et là, j’ai bien compris que ce problème de lucite était toujours présent puisque je me suis retrouvée recouverte de boutons des pieds jusqu’au cou. C’est donc à partir de ce constat et de tâtonnements que j’ai pu déduire que c’était la levure de bière qui m’épargnait ce désagrément.

Je précise que je prends de la levure vivante (ou revivifiable) que l’on peut trouver en pharmacie, parapharmacie et magasin spécialisé. Je n’ai jamais pris de comprimés ni de paillettes ; l’essentiel est que la levure soit "vivante ou revivifiable", peu importe la marque.

En espérant que ce témoignage pourra améliorer les vacances de lectrices et lecteurs… »

Joëlle P. du Val-de-Marne

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Champignons Comestibles
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Cuisiner autrement en hiver
Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le