Pour la peau des ados

Bien choisir ses cosmétiques

Les problèmes de peau sont souvent liés à l'âge. Et si, quand elle devient mature, cela se traduit par un manque de fermeté et des rides, à l'adolescence, elle est plutôt marquée par un aspect luisant, des pores dilatés, des boutons et des points noirs. Rien d'irrémédiable… au moins avec de bons soins cosmétiques.

Elle paraît d’abord épaisse, parfois terne et même grisâtre. Ses pores sont dilatés et accueillent généreusement boutons, comédons, points noirs, ou même acné… Et surtout, elle semble luisante en permanence, comme enduite d’huile. Ses glandes sébacées produisent beaucoup (trop !) de ce fameux sébum destiné à l’origine à protéger la peau des atteintes extérieures, mais qui, dans ce cas, a plutôt tendance à l’étouffer et à la rendre réellement grasse, à l’œil comme au toucher, particulièrement sur la zone médiane du visage (la zone T) : front, nez, pourtours de la bouche, menton.

POURQUOI LA PEAU EST-ELLE GRASSE ?
L’origine d’une peau grasse tient en un facteur : la production excessive de sébum par les glandes sébacées. Cette sécrétion naturelle participe à la formation du film hydrolipidique (mélange d’eau et de corps gras, ou plus exactement ici, de sueur et de sébum), qui, dans le cas d’une peau normale, protège assez discrètement l’épiderme du dessèchement et constitue une barrière protectrice face aux agressions extérieures. Dans le cas d’une peau grasse, les glandes sébacées produisent trop et le film hydrolipidique devient très gras, avec les conséquences que l’on sait.
Un déséquilibre (ou une perturbation de l’équilibre) hormonal peut être en cause : c’est généralement le cas à l’adolescence, comme ça peut l’être aussi au cours d’une grossesse. Mais des facteurs externes peuvent aussi aggraver les choses : le stress, la pollution, le tabac, de mauvais choix alimentaires, ou encore des traitements cosmétiques trop agressifs peuvent aussi jouer un rôle non négligeable de boosters de production de sébum.

LES BONS RÉFLEXES
On a souvent tendance à s’occuper trop rudement de sa peau grasse, dans l’espoir qu’un traitement de choc règle le problème définitivement. Erreur ! Qui peut avoir pour conséquence d’empirer encore la situation. Car l’épiderme, et surtout les glandes sébacées que l’on veut à toute force réduire à l’inaction, réagissent de façon tout aussi radicale…

Ne décapez pas !
Face à cet assèchement soudain et artificiel, les glandes sébacées vont avoir tendance à compenser… en produisant davantage encore de sébum. Au final, alcool et lotions alcoolisées, savons très alcalins, tensioactifs (les "faiseurs de mousse" des gels lavants) irritants, voire acides (de fruits, salicylique…), s'ils sont mal dosés ou mal utilisés, constituent une bien mauvaise stratégie et préparent des lendemains… qui déchantent.

Ne bouchez pas !
Si les pores sont bouchés, les glandes sébacées continuent tout de même à produire leur sébum. Et le sébum, s’il ne peut plus sortir, reste à la porte (fermée) du pore. Et il s’accumule, peu à peu. Jusqu'à former un point noir, un comédon ou un bouton. Et si une petite bactérie pointe son nez et infecte le tout provoquant une inflammation de l’ensemble, ça peut même se transformer en acné.

N’aggravez pas !
> Méfiez-vous du soleil : si, dans un premier temps, il diminue les phénomènes inflammatoires, donnant à la peau un aspect plus sain, il a aussi pour effet d’épaissir la couche cornée (une défense naturelle face aux atteintes des rayons UV), ce qui entraîne une incrustation plus profonde des comédons. Et va accentuer la production de sébum à l’arrêt de l’exposition. C’est souvent le cas après l’été. Et c'est une belle poussée de boutons qui s’annonce, pile pour la rentrée.
> Mangez mieux : à éviter particulièrement, l'en-cas "gras-sucré" à jeun : il provoque immanquablement un pic d’insuline, qui influe sur les états inflammatoires. Trois repas équilibrés par jour, avec des aliments naturels plutôt que préparés de façon industrielle, davantage de fruits, de légumes verts, du poisson plutôt que de la viande, et peu de produits laitiers… : cela reste la base d'une peau en forme pour tous.
> Ajustez votre pilule. Elle perturbe le fonctionnement normal du système hormonal : elle est là pour ça, et c’est comme ça qu’elle fonctionne. Mais un "mauvais" dosage d’hormones dans l’organisme peut aggraver les peaux grasses. Passez chez votre gynéco et posez-lui la question. Parce qu’à l’inverse, il y a des pilules qui peuvent aussi améliorer les choses à ce niveau-là.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de sorcière pour devenir irrésistible
Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent