Pour lutter contre l'eczéma

... des recettes naturelles
Rubrique

« Attention. Ne confondez pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous gratouille ? » disait Jules Romains dans Knock.

Vous avez envie de vous gratter ? Faites diversion afin d’empêcher vos doigts de vagabonder sur les endroits qui démangent, grattez une guitare ou entamez une activité manuelle. Car quand l’eczéma pointe son nez, y toucher du bout de l’ongle est la pire des solutions. Cette peau en ébullition qui picote, qui rougit et qui se couvre de vésicules doit être apaisée. Localement, des solutions existent qui vont vous soulager : tartinez les zones irritées de la pulpe fraîche de légumes, appliquez des lotions-tisanes et massez délicatement avec des huiles apaisantes. Évitez quelque temps les produits laitiers, limitez le paracétamol, mangez des champignons, shiitake et maïtake qui, semble t-il, renforcent et soutiennent le système immunitaire. Croquez des pissenlits à pleines dents et buvez des plantes dépuratives qui vont aider au bon fonctionnement du foie, de la vésicule biliaire et des intestins, la paresse de ces organes augmentant les dermatoses...

En usage externe

Des légumes à la rescousse

Concombre

Épluchez un concombre et coupez-le en fines tranches. Laissez reposer deux heures dans un récipient. Mettez les tranches dans une mousseline, serrez et recueillez le jus qui coule. Conservez-le dans une petite bouteille au réfrigérateur et utilisez-le en lotion le matin. Quant aux rondelles, vous pouvez aussi les appliquer en cataplasme, que vous garderez plusieurs heures, si possible.

Carotte

Râpez une carotte et appliquez directement les fines lamelles sur les zones concernées. Maintenez avec un linge et du film alimentaire. Laissez agir une heure puis rincez avec une décoction de patience (voir page suivante)...

Chou

Eh oui encore le chou ! Décidément indispensable pour se soigner et entretenir son capital santé. Prélevez les feuilles extérieures bien vertes d’un chou.
Ôtez les nervures et écrasez les feuilles au rouleau à pâtisserie. Empilez-les sur les zones qui démangent en maintenant le tout à l’aide d’un linge et d’un film alimentaire transparent. Gardez de une à deux heures, sauf si ça picote trop. Rincez avec une infusion de noyer ou de calendula. et de simples plantes

Teinture de souci

Tassez dans un récipient en verre des fleurs sèches de souci. Ajoutez trois fois leur volume d’alcool à 40°. Recouvrez l’ouverture d’un linge en coton et laissez macérer à l’ombre et au sec une dizaine de jours. Filtrez et transvasez dans de petites bouteilles en verre teinté. Diluez la teinture avec un peu d’eau avant de l’appliquer deux à trois fois par jour sur les démangeaisons.

En usage interne

De la patience, avec des patiences, genre Rumex

Il en faut de la patience pour supporter ces gratouilles et ces chatouilles sans succomber à l’appel des frictions frénétiques qui ne feraient qu’aggraver la situation. Faites appel à la patience.

Que ce soit la patience sauvage, Rumex crispus ou la grande patience, Rumex patienta (patiences les plus répandues que l’on nom­me dans le langage courant l’oseil­le sauvage ou l’oseille à crapaud et l’oseille épinard) ou toutes autres patiences, ces plantes de la famille des polygonacées sont réputées pour leur efficacité en cas de maladies de peau car elles agissent en désengorgeant le foie et en nettoyant les intestins. La racine amère et dépurative s’utilise en usage interne, mais aussi externe.

Décoction

Faites bouillir une cuillerée à soupe de racines concassées dans un quart de litre d’eau (ou 20 g par litre d’eau). Maintenez à petits bouillons trois à quatre minutes. Stoppez votre feu, couvrez et laissez infuser un quart d’heure. Buvez deux tasses dans la journée en dehors des repas. Sucrez avec un miel de tilleul, par exemple.

Lotion et compresses

Faites une décoction concentrée avec deux cuillerées à soupe de racines pour un quart de litre d’eau. Laissez infuser une vingtaine de minutes, filtrez et appliquez sur les démangeaisons, en lotion. Vous pouvez recouvrir votre peau de compresses de pulpe de racine fraîche, que vous laisserez agir une heure en la maintenant avec un film alimentaire transparent. Ainsi vous débarrasserez votre jardin de cette invasive que l’on considère, de nos jours, comme une mauvaise herbe alors qu’elle était employée avec art et délice en cuisine auparavant.

Et d'autres herbettes...

Tisane composée

Dans un récipient en verre, jetez une cuillerée à soupe de plante entière de bourrache, deux cuillerées à café d’orties, une cuillerée à soupe de pétales de rose. Versez un litre d’eau bouillante, couvrez, patientez une dizaine de minutes puis filtrez. Buvez dans la journée en accompagnant la tisane de miel de tilleul.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Mon cahier d'homéopathie
Les Menus et les recettes qui guérissent
Mon cahier d’Homéopathie personnalisée