Pour ne plus souffrir de tendinite

Rubrique

Qu’il s’agisse du coude, du tendon d’Achille ou de l’épaule, la tendinite n’est pas l’apanage du sportif et peut survenir dans le cadre des loisirs et surtout de l’activité professionnelle.

Rien de tel qu’une « bonne » tendinite du coude, autrement dit une épicondylite, pour ressentir à sa juste valeur le handicap qu’une telle lésion, d’allure pourtant bénigne, peut générer. Car souffrir d’une tendinite est synonyme d’un arrêt de l’activité sportive et/ou professionnelle qui peut se poursuivre pendant plusieurs mois, d’où l’intérêt de prendre des précautions.

UNE DOULEUR BIEN SPÉCIFIQUE...

Toute douleur dans une zone tendineuse n’est pas nécessairement une tendinite. Pour parler de tendinite, il faut que la douleur s’exagère à l’étirement du tendon, à sa palpation et lors de la contraction musculaire. Un examen médical est indispensable pour poser le diagnostic.

... QUI CORRESPOND À UNE INFLAMMATION
Schématiquement, une tendinite correspond à une inflammation d’un tendon, trop sollicité par des gestes répétés, quotidiens ou très fréquents, trop intenses, sur un organisme non préparé, avec un matériel inadapté ou dans un environnement hostile. La surcharge brutale d’efforts, sportifs (sportif débutant) ou professionnels (changement d’activité), en est souvent à l’origine. En pratique, il s’agit de frottements (épaule) ou de tractions (tendon d’Achille, coude, genou…). Et lorsque ce n’est pas le tendon qui souffre, c’est sa gaine, on parle alors de « péritendinite », responsable également de douleurs. Le diagnostic n’est pas toujours facile, d’où l’utilisation en cas de doute du terme générique de « tendinopathie ».

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Le Guide du thé vert
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de sophrologie