Pour quelles raisons devenir végan ?

Rubrique

Le véganisme est un mode de vie choisi par de plus en plus de Français. Quels sont les raisons de cette nouvelle tendance ?

Être végan signifie dire non à l’exploitation animale. De ce fait, devenir végan passe par plusieurs domaines de la vie quotidienne, dont l’alimentation végétalienne, sans viande ni poisson, comme un végétarien, mais aussi sans œufs, produits laitiers ni miel.

Quels sont les réelles conséquences du véganisme ? Plusieurs dimensions existent, dont celle de la vie animale et celle de la protection de l’environnement.

1 – La vie animale

Devenir végan signifie arrêter de manger des aliments d’origine animale. Cela signifie dire non aux conditions de vie qui sont imposées aux animaux par la grande industrie.

J’ai rejeté la viande depuis très tôt dans mon enfance, et le temps viendra où les hommes, comme moi, regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent maintenant le meurtre de leurs semblables.” Léonard de Vinci s’était déjà penché sur la question de son temps.

Regroupés aujourd’hui dans des abattoirs, les animaux n’ont que très peu d’espace, et ne voient pas quasiment pas la lumière du jour.
L’association L214 publie des vidéos depuis plusieurs années pour dénoncer ces conditions de vie, que peu de gens connaissent. Les animaux y sont traités avec violence, et aucune espèce n’y échappe : porcs, poulets, vaches, poules...

En plus de l’abattoir, le transport vers celui-ci est une également une épreuve très difficile pour les animaux.
Les animaux, principalement les vaches, sont regroupés bien souvent sans eau ni nourriture, durant des heures voire des jours et arrivent pour beaucoup blessés dans les abattoirs.

Concernant les œufs, il existe différents types d’œufs qui sont associées des conditions de vie différentes pour les poules. Mais la majorité des œufs vendus en supermarché proviennent de poules élevées en cage (élevage en batterie). Ces cages sont regroupées dans des hangars, et encore une fois, les poules ne voient presque pas la lumière du jour. Leur environnement n’a plus rien à voir avec leur environnement naturel, dans lequel elles ont besoin de construire un nid et gratter le sol.

Concernant les œufs, il faut préciser qu’il existe parallèlement des œufs « cruelty-free ». Il est par exemple possible de se tourner vers des agriculteurs locaux qui laissent suffisamment d’espace aux poules pour vivre dans une situation confortable. Et dans ce cas, aucune violence n’est faite envers les poules, ou d’accueillir des poules dans son jardin.

En choisissant de mettre uniquement des aliments d’origine végétale dans votre assiette, vous êtes sûrs de dire non à l’exploitation animale. Les animaux sont comme les humains, ils ressentent des émotions et de la souffrance. Et les possibilités de manger végan sont riches et diversifiées : légumineuses, fruits secs, aliments à base de soja comme le tofu, les fruits et légumes, bien sûr…

En plus de l’alimentation, l’exploitation animale se trouve dans plusieurs domaines de la vie courante.
C’est le cas de l’habillement beaucoup de vêtements contiennent des matières animales, comme le cuir ou la laine. Choisir un vêtement sans matière animale est une manière de dire non à la violence faite envers les animaux tués pour l’industrie du textile. Pour cela, il est conseillé de toujours demander en magasin la constitution du vêtement, ou se tourner vers les pièces qui ont un label végan.

Sinon, il est aussi possible de se tourner vers des petits producteurs qui, par exemple, tondent leurs moutons pour produire des vêtements, mais sans violence envers les animaux. Cela existe et en ayant les bons contacts, il est possible de porter tout type de vêtements, à condition d’en connaître l’origine. Il est par exemple possible de s’engager pour valoriser la laine au niveau local !

Concernant les cosmétiques, même si la loi française l’interdit, certaines marques présentent une dérogation pour faire des tests sur des lapins pour vérifier la qualité de nouveaux produits de maquillage. Et ces expériences impliquent de la violence, des rougeurs voire des saignements chez le lapin. En outre, beaucoup de produits, comme certains pinceaux ou rouges à lèvre, contiennent des matières animales. Se tourner vers des cosmétiques végans est le meilleur moyen de dire non à l’exploitation animale.

Enfin, dans le domaine des loisirs, beaucoup d’animaux ne se trouvent pas dans leur environnement naturel. C’est le cas des requins ou poissons dans les aquariums, de certains animaux au cirque ou encore des taureaux dans les corridas. Les animaux sont souvent enfermés dans des petits espaces, ce qui rend leur vie très difficile. C’est précisément pourquoi un végan décide de ne pas fréquenter ces endroits, afin de soutenir la vie animale et les conditions de vie naturelles dans lesquelles ils doivent vivre pour être heureux et épanouis.

2 – La protection de l’environnement

La production de produits d’origine animale, notamment de viande rouge, est une catastrophe écologique qui utilise beaucoup de ressources naturelles. L’adoption d’une alimentation végétalienne permettrait de diminuer considérablement les ressources utilisées par l’industrie. Voyons en détails dans cette seconde partie quel est l’impact de la production de viande sur l’environnement.

La première ressource dans laquelle la production de viande puise de manière considérable est l’eau. Produire un kilogramme de bœuf nécessite 15 000 litres d’eau, alors que qu’un kilo de soja en nécessite seulement 2 000. En comparaison, un kilogramme de fruits et légumes nécessite moins de 1 000 litres d’eau pour être produit.

Les quantités d’eau utilisées par la grande industrie sont très grandes, et l’eau devient une ressource très rare. Si la quantité d’eau est concernée, la qualité de l’eau se dégrade également puisque beaucoup de pesticides et d’engrais sont utilisés par la production agricole, qui pollue l’eau, tout particulièrement les zones d’eau douce.

En outre, en plus de la question de l’eau, l’écosystème est aussi concerné puisque, pour répondre à la demande de viande croissante (depuis plusieurs décennies), il faut aménager de nouveaux espaces pour le bétail et la production agricole. Et ce sont les espaces naturels qui sont sacrifiés, à commencer par les forêts. C’est la raison pour laquelle nous parlons de déforestation. Cette tendance est moins marquante en France, mais plus frappante dans les pays en développement, notamment en Amérique du Sud où la grande majorité de la forêt amazonienne a été détruite au profit de l’élevage.

Enfin, les émissions de gaz à effet de serre, qui sont actuellement une grande préoccupation environnementale, sont aussi au centre de la question de la production de viande. Produire de la viande émet beaucoup de gaz à effet de serre, notamment de dioxyde carbone. Par exemple, produire un kilogramme de bœuf est à l’origine de l’émission de 300 grammes de dioxyde de carbone. Les engrais sont source d’émission de protoxyde d’azote, alors que les déchets animaux sont responsables d’émissions de méthane, qui a un plus grand impact sur l’effet de serre que le CO2. Les déchets de l’industrie sont pour rappel une des principales dimensions des déchets dans le monde.

En faisant le choix de se tourner vers une alimentation végétalienne, sans viande, on fait le choix de respecter l’environnement et l’écosystème. C’est une manière d’économiser les ressources naturelles de la planète. La production de soja ou de fruits et légumes par exemple, utilise des quantités d’eau et de terre beaucoup moins importantes que la production de viande. Et comme nous l’avons vu dans la première partie, il est tout à fait possible de se nourrir de produits d’origine végétale pour être en bonne santé.

3 – Les conséquences sur la santé

Tout d’abord, il faut savoir que notre organisme n’a pas besoin de produits animaux pour être en bonne santé. À l’exception de la potentielle carence en vitamine B12, les vitamines et nutriments présents dans les produits animaux se trouvent dans les produits d’origine animale.

En d’autres mots, il est tout à fait possible de ne choisir que des produits végétaux pour manger, qui n’impliquent aucune souffrance envers un être vivant, pour apporter à votre organisme tous les nutriments dont il a besoin.

Les protéines végétales sont notamment riches et se trouvent dans plusieurs types d’aliments, dont les fruits secs, les légumineuses ou encore les graines. C’est pourquoi de plus en plus de sportifs font le choix d’être végans.

En conclusion, devenir végan fait beaucoup de bien à la vie sur terre ainsi qu’à l’écosystème. En outre, l’alimentation végétalienne est absolument délicieuse si elle est bien préparée ! Parallèlement au mode de vie végan, il est aussi possible de se tourner vers des producteurs ou agriculteurs locaux pour continuer à consommer des produits animaux, sans violence envers ces derniers.

Quentin de Merci Végan
Site internet : http://mercivegan.fr/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les plantes qui guérissent (Poche)
Mon cahier de Lithothérapie pour soigner les enfants avec les pierres
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet