Pour soigner les piqûres d’insectes...

... des recettes naturelles
Rubrique

Les insectes sont nécessaires à la pollinisation, donc indispensables à l’obtention des fruits, des légumes, des fleurs et des arbres, essentiels aussi si l’on veut continuer à entendre le chant des oiseaux... et puis, ne perdez pas de vue, comme le dit Voltaire dans Zadig ou la destinée, que « Les Hommes sont des insectes se dévorant les uns les autres sur un petit atome de boue ».

Pour vous protéger des insectes plus petits que vous, soyez prévoyant et, s’il vous arrive toutefois d’être piqué par des abeilles, guêpes, moustiques, tiques ou je ne sais quoi encore, car la panoplie des insectes est large, il existe des solutions pour calmer la douleur et réduire l’inflammation. Mais attention aux allergies et aux piqûres situées autour ou sur la gorge, surtout celles des frelons, des guêpes et des abeilles. Si vous rencontrez des difficultés respiratoires, des vomissements ou une accélération du rythme cardiaque, consultez un médecin de suite.

En préventif

Couvrez vos bras, vos jambes et vos pieds si vous partez en randonnée ou si le lieu est infesté de bestioles en tout genre, et essayez ces deux astuces qui dissuaderont les insectes d’approcher  :

Pour tenir les moustiques à distance, frottez des feuilles fraîches de géranium entre vos doigts ou sur votre peau.

Fabriquez une lotion anti-moustiques : dans un pot en terre ou en verre, versez un demi-litre d’alcool à 45°, 40 g de copeaux de cèdre rouge et 15 g de feuilles d’eucalyptus (ou de citronnelle). Mélangez, couvrez d’une gaze et laissez macérer 5 jours à l’ombre et au sec. Filtrez et mettez en bouteille. Appliquez aux endroits stratégiques sur votre peau. Cette lotion aura peut-être également une action répulsive sur d’autres insectes.

En curatif

Le persil :  Petroselinum sativum

Les feuilles de persil ont des propriétés résolutives ; elles réduisent l’inflammation. Il suffit de piler des feuilles fraîches et de les appliquer sur la ou les piqûres en maintenant le tout avec du film étirable transparent ou avec une compresse et du sparadrap. Plus simplement, frottez la zone concernée avec des feuilles fraîches préalablement écrasées entre vos doigts;

Le plantain : Plantago major ou lanceolata ou media

Si vous n’avez pas de persil sous la main et que vous êtes en pleine promenade, baissez les yeux et vous verrez certainement à vos pieds du plantain, qui se plaît sur les chemins de passage. Cueillez une feuille, frottez-la dans votre main jusqu’à ce qu’elle soit souple et que le suc commence à être visible et appliquez-la en frottant bien la piqûre. Vous pouvez laisser poser la feuille broyée sur la peau endommagée en entortillant autour un petit mouchoir ou un foulard. Soit dit en passant, le plantain est également efficace contre les piqûres d’orties.

Le cerfeuil : Anthriscus cerefolium

Anti-inflammatoire, le cerfeuil, déjà connu des Égyptiens et des Grecs, est un habitué des potagers car il apporte de la saveur aux plats et aux soupes. Vous pouvez en faire une infusion avec un litre d’eau bouillante sur 60 g de plante (sans oublier de couvrir pour garder les essences aromatiques) que vous laisserez reposer un quart d’heure. Trempez des compresses dans l’infusion tiède que vous poserez sur vos piqûres et laisserez agir une demi-heure. Renouvelez cette opération plusieurs fois dans la journée. Vous pouvez aussi appliquer des cataplasmes de plante fraîche pilée ou frotter, dans un premier temps, votre peau avec quelques feuilles.

Image retirée.

Le cassis : Ribes nigrum

Ce ne sont pas les baies noires qui sont intéressantes en cas de piqûres mais les feuilles, ce qui permet de se soigner pendant toute la période critique où les insectes pullulent. L’usage est rudimentaire, comme pour les autres plantes citées précédemment. Prélevez quelques feuilles, frottez jusqu’à ce que le suc soit observable et appliquez. La douleur doit cesser rapidement et l’enflure se résorber.

 

  Gardez toujours sur vous une petite fiole d’huile essentielle de lavande aspic calmante et cicatrisante, une goutte à masser sur votre peau dès que vous vous faites piquer, en espérant que l’odeur dissuadera d’autres candidats. Si vous n’avez pas d’huile essentielle, il suffit de trouver un plant de lavande, d’en sectionner quelques feuilles et d’en frotter vigoureusement les zones douloureuses.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de gemmothérapie
Devenir acteur de sa guérison
Mon cahier de sophrologie
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins