Prévention : en cas de radioactivité

Rubrique

Dans le précédent numéro, Robert Masson nous donnait ses conseils. Aujourd’hui, voici ceux de Didier Le Bail, naturopathe, et de Gisbert Bölling, pionnier du jeûne en France et auteur du livre "Le Jeûne" aux éditions La Plage.

1 - CONTAMINATION RADIOACTIVE & NUTRITION : CE QU’IL FAUT SAVOIR
Le panache radioactif résultant des rejets des réacteurs endommagés de la centrale nucléaire de Fukushima s’est maintenant propagé dans l’ensemble de l’hémisphère Nord. Au moment où ces lignes sont écrites (fin mars), la situation continue à demeurer critique à la centrale. Nul n’est en mesure de prédire l’évolution de la situation. Le scénario du pire demeure à l’ordre du jour. Dans ces conditions, tout ce qui peut permettre de se protéger d’une contamination radioactive est bon à prendre. Ce qui m’amène à évoquer le facteur nutritionnel, un facteur maîtrisable par chacun d’entre nous, à condition de disposer des informations nécessaires.

LA SPIRULINE ET SES INCROYABLES BIENFAITS
L’administration de spiruline à 270 enfants de Tchernobyl, dont la moelle osseuse avait été endommagée par les radiations, a permis leur rétablissement en l’espace de six semaines, alors que l’organisme de ces enfants anémiques et immunodéprimés ne pouvait plus produire de globules rouges ou blancs normaux !

LE MISO
Il semble que le miso – un aliment traditionnel japonais à base de soja fermenté – ait une activité anti-radio­active. On ne se privera donc pas de consommer quotidiennement de la soupe de miso, même si le goût risque de rebuter certains. Produit disponible en magasins bio.
Cette réputation d’activité anti-radio­active dont jouit le miso date de la fin de la seconde guerre mondiale, suite au largage de bombes atomiques sur Hiroshima et Nagazaki. Le miso dévoila sa vertu insoupçonnée à l’occasion d’une expérimentation menée dans un hôpital de Nagasaki :
« Cet hôpital se trouve dans une zone de haute pollution radioactive, et ceux qui n’avaient pas été brûlés étaient voués à une mort plus ou moins rapide, en fonction de la dose de radioactivité reçue par contact et inhalation. Le patron de cet hôpital, qui était à la fois un maître zen et un scientifique, sut faire une synthèse intelligente entre la tradition et la science. Il se dit que les troubles à caractère leucémique, déclenchés chez les victimes, prouvaient que ceci était un effet du grand Yin. Aussi mit-il toute la population de l’hôpital à un régime super-Yang, avec quatre soupes miso par jour. Alors que la population avoisinante mourait, celle de l’hôpital tenait bon et se rétablissait. Un rapport fut fait de cette expérience, dans un livre intitulé « The bumbed Nagasaki », qui fut diffusé aux États-Unis quelques années après » (Michel Dogna, naturothérapeute).

UNE ALIMENTATION RICHE EN ANTIOXYDANTS
De manière générale, on privilégiera une alimentation antioxydante dans le but de mieux neutraliser les radicaux libres produits par les rayonnements radioactifs. Pour rappel, les aliments riches en antioxydants (vitamine C, polyphénols, caroténoïdes...) sont les suivants :
> fruits (notamment petits fruits rouges, fraise, pomme, pruneau, raisin, fruits citrins...)
> fruits oléagineux (noix, noix de pécan, noix du Brésil...)
> légumes (notamment légumes verts, artichaut, avocat, mais aussi légumes crucifères pour leurs composés soufrés : brocoli, choux, navet...)
> jus de légumes
> jus d’herbe d’orge
> jeunes pousses
> légumineuses (notamment haricots rouges, lentilles...)
> ail, oignon (surtout oignon rouge)
> aromates (notamment basilic, ciboulette, cannelle, romarin, clous de girofle...)
> épices (surtout curcuma, à associer au poivre noir)
> ortie sèche
> thé vert ou blanc
> vin rouge (impérativement bio)...

LE QUANTAKEL
Enfin, pour détoxifier l’organisme et chélater les métaux toxiques, signalons l’existence d’un produit de qualité formulé à cet effet : QuantaKel (Phytoquant). En phase d’attaque, 1 gélule 10 mn avant les trois repas pendant 3 mois puis, en entretien, 2 gélules le soir au coucher. À commander au 0 805 11 03 27. Ne pas cumuler la prise d’Iode liquide et de Quantakel, en raison de la richesse en iode de Quantakel.

Didier le Bail

2 - EFFET DU JEÛNE SUR LES MÉFAITS DE LA RADIOACTIVITÉ
Areva a annoncé avec une certaine satisfaction que leurs experts ont porté secours aux confrères japonais confrontés à ce nouveau Tchernobyl.
Experts en quoi ? Les seuls experts d’une catastrophe de cette immensité sont les Russes, Ukrainiens et Biélorusses et... les Japonais eux-mêmes, victimes des bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

Par contre, Areva dispose d’experts en désinformation, ceux qui ont fait croire aux Français que le pays était protégé contre le nuage de Tchernobyl par un mur invisible : pendant qu’il était, par exemple, interdit en Allemagne de ramasser des champignons, rien de cela ne fut annoncé en France. Il est à craindre que le secours d’AREVA ira dans ce même sens avec les Japonais !

25 ans après Tchernobyl, il est plus qu’utile d’être attentif aux informations qui nous parviennent au compte-goutte de l’autre coté du rideau de fer qui existe bel et bien encore dans nos têtes.

Le jeûne utilisé après la catastrophe de Tchernobyl
G.P. MALACHOV (Biosynthèse et bioénergie, Complekt Editeur, tome 2, 1996) dit, à la page 195 :
« Comme le montrent les études pratiques, le rayonnement et les radio nucléotides disparaissent de l’organisme humain en seulement 12 - 14 jours de jeûne. Dans ce cas, l’homme perd beaucoup moins de poids que pendant un jeûne habituel.

En raison des processus précisés plus haut, procédant par le jeûne, on peut résoudre complètement les problèmes de l’irradiation radioactive.
En effet, après Tchernobyl, l’académicien A. I. Vorobyev a décidé l’application du jeûne thérapeutique aux gens frappés par la maladie aiguë de rayonnement (quand des piqûres de corrosion sont formées dans l’appareil gastro-intestinal). Dans ces cas, la greffe de moelle et l’application de la thérapie antibiotique puissante est presque sans espoir, et par le jeûne les victimes retrouvent leur santé.

Pour la première fois au monde, la pratique de la méthode du jeûne a aidé en ce cas où d’autres méthodes se sont avérées impuissantes, y compris les traitements (américains, japonais) les plus modernes. Cela peut s’expliquer simplement par le fait que ces traitements sont le fruit du raisonnement (de l’homme) alors que le jeûne est un processus entièrement naturel. »

Ce qui est une nécessité pour les habitants de l’Ukraine, de la Biélorussie et maintenant aussi du Japon, est un bon conseil pour les habitants de la terre entière.

Gisbert Bölling

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Le Guide du thé vert
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de sophrologie