Que manger pour renforcer ses cheveux ?

Rubrique

Les cheveux raffolent des lentilles, des œufs, des coquillages et des choux… ça vous étonne ? Et pourtant, ils sont comme ça, les cheveux : gourmands, gastronomes même… La carte, s’il vous plaît !

Il paraît qu’en vieillissant, on ne devient pas plus sage, mais que l’on perd simplement davantage ses cheveux. Peut-être. En tout cas, nos cheveux sont conçus pour tomber, si l’on peut dire – 50 à 100 d’entre eux sont naturellement éliminés chaque jour – et pour être remplacés par de nouveaux (on dit qu’ils "repoussent"). Quand il en tombe plus qu’il n’en repousse, la suite est facile à imaginer. Mais il n’y a pas que ça : l’aspect, le soyeux, la couleur, l’épaisseur, tout ça compte aussi. Beaucoup.
Si l’on ne peut pas grand-chose contre la chute des cheveux d’ordre génétique (papa chauve à 36 ans, il y a de grandes chances pour que fiston suive ses traces), l’influence de l’assiette sur la beauté de nos attributs capillaires est indiscutable.
Pour une raison simple : les cheveux, au moins autant que la peau, sont l’exact reflet de ce que l’on avale. C’est ainsi que des énigmes judiciaires ont été résolues fort tardivement, grâce à l’étude de quelques cheveux révélant un empoisonnement par exemple. Tout est inscrit dedans ! C’est la raison pour laquelle l’analyse du cheveu offre un panorama vraiment fidèle de notre assiette ou, en tout cas, de nos carences en vitamines et minéraux, et ce, sur de longs mois. Voire des années pour les personnes munies de crinières démesurées et en cascade !

LES BONS RÉFLEXES ALIMENTAIRES
VOS AMIS
> Les fruits de mer.
> Les protéines en général .
> Omelette, œuf coque, dur, mollet, brouillé : cap sur cette merveilleuse source de protéines riche en soufre.
> Les choux, tous les choux : inestimables trésors de bienfaits nutritionnels.
> L’ail, et surtout les oignons.
> La levure de bière, réservoir à vitamines B.
> Fruits et légumes, frais ou surgelés, nature, avec un filet d’huile d’olive.
> Les poissons gras et les sources végétales d’oméga 3 (huile de colza, de noix…).
> Le blé germé.
> Les graines en général, celles de lin et de sésame en particulier.
> Les orties.

VOS ENNEMIS
> Les acides gras saturés et/ou trans.
> Les régimes végétariens mal équilibrés, notamment pauvres en fer.
> Les régimes carencés en général, notamment en gras (diète protéinée, régime trop restrictif) et évidemment en protéines (régimes farfelus type 100 % ananas).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de radiesthésie
Rhumatismes et autres maux articulaires
Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Trucs et astuces de santé