Ré-enchantez votre jardin !

Rubrique

Cette année, laissez vos habitudes et surprenez avec un nouveau jardin ! Jouez sur la nouveauté, la diversité et l’éphémère des fleurs...

Le jardin s’organise toujours autour d’une structure de base ; les surfaces et les volumes sont délimités par des plantes pérennes ou des aménagements ; c’est l’ossature indispensable. Celle-ci ne doit cependant pas enfermer, limiter la créativité du jardinier.

MODIFIEZ L’AMÉNAGEMENT DU JARDIN
Cette option n’est pas nécessairement lourde et peut ne pas être pérenne. Ainsi, il est possible :
- de redessiner les lignes qui structurent le paysage : en plantant, hors massif et pour une année ou deux, un bouquet ou une « tache » de ces espèces hautes qui vont modifier la perspective. On peut aussi orienter le regard avec deux ou trois grosses potées de bambou ou de buis ;
- d’utiliser autrement l’espace : vous pouvez, par exemple, déplacer ou réduire la surface d’un massif  ; créer une petite terrasse dissimulée au fond du jardin avec un lit de grosses pierres ou des dalles de bois.

OUVREZ QUELQUES PERSPECTIVES
Supprimer quelques branches basses d’un arbre permet de dégager la vue et d’éclairer autrement cet endroit du jardin.

JOUEZ SUR LES ACCESSOIRES
De plus en plus d’artisans proposent des choses originales pour le jardin : tuteurs à motifs animaliers, girouette, cache-pot ou pergola design, des sculptures colorées, en métal ou en bois... Plus simplement, vous pouvez repeindre quelques meubles de jardin ou des barrières, vous lancer et convoquer des couleurs vives, des contrastes pour éclairer un lieu.

PRENEZ LE RISQUE ÉPHÉMÈRE DES ANNUELLES
C’est la solution la plus simple a priori, qui a l’avantage incontestable de ne durer qu’une saison et d’être économique. Faites vos plants ou achetez-en de bonne qualité ; l’important est de choisir des coloris harmonieux ;
Quelques annuelles faciles à réussir : godetia, cosmos, souci, clarkia, capucine, coréopsis, centaurée, nielle, nigelle, monarde, zinnia, coquelicot, millet, tagète.

TENTEZ UNE ZONE MONOCHROME
Les massifs unicolores sont séduisants, sophistiqués, modernes... pas si faciles à réussir, mais pourquoi ne pas tenter ce défi ! Attention, tous les bleus ne s’assemblent pas : les bleus francs et lumineux comme ceux de la véronique « Crater lake blue » appellent une couleur qui tranche pour les mettre en valeur. Quant au blanc, c’est sans doute la teinte la plus difficile à utiliser au jardin... Travailler les camaïeux offre plus de souplesse.

METTEZ LES FEUILLAGES À CONTRIBUTION
La diversité des feuillages est trop souvent ignorée : couleurs, formes, port, ils constituent de véritables écrins pour les floraisons. Autre avantage, certains forment d’élégants couvre-sol, ce qui limite la corvée du désherbage.
Les verts se déclinent à l’infini, des plus sombres (pivoine, orpin, rodgersia, menthe) aux plus citronnés (Hosta « lemon lime », millet doré), en passant par l’alchemille mollis ou macleaya cordata, sans oublier les bleutés et les grisés (oreille de chat, chardon bleu). Autres feuillages précieux pour structurer les massifs, ceux des fougères, des euphorbes ou du fenouil bronze.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de tisanes
Les compléments alimentaires qui guérissent
Les 3 clés de la santé
Le Guide du thé vert