L'été force de vie

Rubrique

La nature déploie son opulente beauté dans le sourire du soleil, joyau de lumière dans l’azur du ciel. À cette époque de l’année, les forces vives sont rassemblées partout où la nature est libre de s’exprimer. Nous pouvons tous en profiter !

Il suffit de prendre le temps d’avoir du temps, apprendre à s’occuper de soi pour mieux communiquer avec la vie. C’est la manière de se rendre disponible à une meilleure intégration de l’énergie vitale et à son indispensable partage. De toute évidence, la nature est le guide le plus juste, enseignant par son propre exemple ce qui en chaque nouvelle saison ne doit pas manquer d’être accompli. Dans une société où il n’est plus souvent question que de crises et de restrictions, la terre malgré toutes les atteintes qui lui sont portées n’a de cesse, aux beaux jours, d’afficher son message d’espérance. Là où le miroir de l’eau des océans, des lacs et des rivières reflète la pétulance joyeuse de l’éclat de la vie. Là où les flots verdoyants de sa robe installent le tapis idéal pour reposer les pas fatigués. Là où l’abondante chevelure des arbres déploie des parasols propices aux haltes salvatrices.

EXERCER SA CRÉATIVITÉ
Les vacances sont faites pour se reposer et le repos, c’est aussi pouvoir changer ses habitudes. À force de penser et d’agir selon des codes préétablis depuis longtemps, la force de l’automatisme l’emporte sur l’élan créateur. L’été est une incitation à élever une passerelle reliant la vie à l’art d’exister. La créativité est un déclic de l’énergie vitale assoiffée de liberté. Les moyens utilisés pour porter cet élan au plus profond de lui-même constituent le matériau nécessaire à l’apparition concrète de la passerelle. Le corps en est le vecteur idéal. Prisonnier de ses limites structurelles, le corps exulte dans le mouvement métaphorique qui lui permet de devenir une étoile, un grain de sable, un galet roulant sous les vagues et bien d’autres choses encore. Le corps est l’imaginaire et l’art de l’exprimer le guérit des maux engendrés par les restrictions d’un cadre imposé. Au cours du voyage des saisons, l’été réclame sa pose bienfaitrice, lui résister serait comme devenir l’ennemi de soi-même. À l’heure où tant de thérapies fleurissent, la grâce diaphane de l’art inculque à la force du corps toute la puissance dont il a besoin pour exprimer et réaliser sa vie en toute authenticité.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Chimiofolies
Mon cahier de tisanes
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet