Toilettes sèches

Rubrique

Apprenez à faire vous-même des toilettes écologiques, économiques, faciles à réaliser, avec un minimum de matériel et en très peu de temps. Cet été, lancez-vous et testez les toilettes sèches. Finis les litres d’eau potable engloutis par les chasses d’eau !

Une fois n’est pas coutume, ce mois-ci, ce n’est pas moi qui anime un atelier de fabrication, mais bien Fanny et Chapy de l’association “Ça peut sphère”, qui s’y collent ! Rois des concepts en tous genres de toilettes sans eau, ils en créent, en vendent et en louent. Il y en a pour tous les goûts et vous pouvez même suivre un atelier pour en fabriquer…

J’ai donc décidé de m’offrir cet atelier au sein de leur association qui m’a convaincue du bien fondé de leur démarche. 
Et je vais vous en faire profiter et vous raconter comment j’ai vécu cet atelier qui m’a permis de voir naître sous mes yeux… mes toilettes sèches et… roses !

LE PRINCIPE

Non, ce n’est pas le trou au fond du jardin de nos grand-parents. Les toilettes sèches se différencient des toilettes à chasse d’eau par le simple fait qu’elles n’utilisent pas d’eau. À la place, on recouvre les déjections d’une litière sèche carbonée. Tout ce qui est disponible localement convient : sciure de bois, copeaux, paille ou foin séché et broyé. C’est simple, propre et sans odeur.

Bon, on est d’accord, mais le vidage ? C’est facile quand on habite à la campagne et qu’on a un jardin puisqu’on se fait un compost avec,  mais quand on n’a pas de jardin ou qu’on habite en ville ? Hein ? On fait comment ?
Super simple ! Comme on utilise une vraie poubelle, on peut mettre un sac poubelle à l’intérieur et une fois plein, on le ferme et on le met avec ses autres sacs d’ordures ménagères. Ni vu, ni connu, même en ville ! Alors sont pas trop forts, Fanny et Chapy ?
Et pas de panique, pour les liquides, la sciure va absorber tout ça et neutraliser les odeurs.
Pour la fréquence de vidage, ça dépendra du nombre de personnes dans votre foyer, mais si vous ne souhaitez pas avoir des poubelles trop lourdes, pensez à les vider au minimum une fois par semaine, la corvée en devient moins corvée…

LE MATOS
- une poubelle de 50 litres
- une plaque de 1 cm d’épaisseur et d’au moins 53 cm X 53 cm
- 1 abattant de toilette
- du joli tissu coloré ou uni selon vos goûts
- 4 tasseaux de 2,5 cm X 2,5 cm et de 15 cm de long
- une perçeuse/visseuse
- des vis à bois
- une agrafeuse
- une scie sauteuse
- un mètre
- un crayon.<<<<<

LE COÛT
Alors bien sûr, plus vous récupérez de choses et moins ce sera cher ! En ce qui me concerne, Fanny m’a offert le joli tissu et j’avais déjà la plaque, les tasseaux et la poubelle, je me suis donc lâchée sur l’abattant… rose…
Une poubelle, neuve ou usagée coûte entre 0 et 15 €, le tissu 0 € (vous avez forcément une vieille robe, une jupe ou mieux, faites-vous un patchwork de plusieurs tissus rigolos), la plaque entre 0 et 10 € (si vous tenez absolument à avoir du stratifié, appelez les amis à la rescousse et mettez-vous d’accord sur la couleur ; une plaque de stratifié de 3 m X 0,60 m coûte 60 €, mais on peut faire 6 toilettes avec. À six, ça vous fait 10 € chacun), un abattant de 0 à 30 € et les tasseaux, si vous êtes bricoleur, vous en avez forcément des petits bouts, sinon, ça ne coûte pas plus de 3 €.
Voilà, vous pouvez, si vous le désirez, arrêter de gâcher toute cette eau potable dans vos toilettes…

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ordre et désordres
Produits chimiques : l'overdose
Ma bible de l'homéopathie
Autisme : un nouveau regard, causes et solutions