Les menstruations au naturel

Une autre manière de vivre sa féminité
Rubrique

Nous les appelons les règles, les machins, les ragnagnas, les anglais, les trucs, les affaires, les périodes… Les menstruations rythment notre vie de femme, influencent notre humeur et notre état d’esprit, mais nous avons souvent peur de les nommer, d’en parler. Nos règles n’ont pourtant rien d’impur, au contraire. Apprenons à les redécouvrir et à les apprivoiser.

Quand j’évoque les menstruations, j’aime les appeler « les lunes ». C’est pour moi une appellation bienveillante pour un phénomène cyclique synonyme de féminin sacré, de fécondité, de renouveau, de transformation.

LES VERTUS DES « LUNES »
Autrefois, les menstruations étaient célébrées comme une fête. Les premières règles faisaient l’objet d’un rite de passage, ce qui est encore le cas dans certaines sociétés traditionnelles. Aujourd’hui, on les ignore, on les subit comme une contrainte mensuelle, on les occulte, parfois même on les supprime… Dans certaines sociétés, les femmes en période de règles sont même considérées comme impures et tenues à l’écart.

Les « lunes » n’ont pourtant rien de sale. Notre sang menstruel ne peut en aucun cas être comparé à des déchets.

UNE PÉRIODE DE RECENTRAGE
Une erreur que nous faisons quasi toutes, vie active oblige, est de considérer la période des règles comme les autres jours du mois et de conserver notre rythme endiablé. Pourtant, cette période devrait être vécue dans le calme. Elle est propice au recentrage sur soi, à l’écoute de son corps, au lâcher-prise. C’est le moment de ralentir le rythme, de prendre du temps pour soi, de se faire dorloter, de se reposer…

EXIT LES PROTECTIONS POLLUANTES
Savez-vous que l’industrie des serviettes hygiéniques est l’une des plus polluantes au monde ? Ces protections ne sont pas recyclables et, lorsqu’elles sont incinérées, des additifs, des hydrocarbures, des fongicides, des bactéricides et des résidus de dioxines se retrouvent dans l’environnement. Les tampons et serviettes représentent des milliers de tonnes de déchets par an. Et les serviettes hygiéniques abandonnées dans la nature mettent environ 500 ans à se dégrader…

Pour vivre ses menstruations au naturel, il existe plusieurs solutions alternatives.
- Tout d’abord, les serviettes hygiéniques lavables.  Après usage, il vous suffit de les rincer à l’eau froide, puis de les laver avec le reste de votre linge.
- Si vous êtes habituée aux tampons, il existe également une alternative saine et écologique. Il s’agit de la coupe menstruelle. C’est une petite coupelle en caoutchouc ou silicone chirurgical que vous pliez et insérez dans le vagin. Une fois à l’intérieur du corps, elle va s’ouvrir et recueillir le flux menstruel. À chaque fin de cycle, vous la stérilisez dans l’eau bouillante et le tour est joué. Outre l’aspect écologique et économique (une coupe a une durée de vie de plusieurs années), les coupes menstruelles recueillent plus de sang que les tampons et doivent donc être changées moins souvent.
Les coupes menstruelles vous évitent, en outre, les irritations ou mycoses à répétition qui sont le lot de certaines utilisatrices de tampons.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

La médecine nous tue
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Ma bible de l'homéopathie
Cuisiner autrement en hiver