200 déjà !

Entre le N° 1 de notre magazine et le N° 200, que vous avez sous les yeux, que de chemin parcouru…
Il y a 20 ans, nous paraissions bien originaux, même marginaux, à vouloir défendre des thérapies « alternatives » comme la réflexologie ou la kinésiologie, à mettre en avant la phytothérapie ou l’aromathérapie... Aujourd’hui, tout le monde ou presque les a adoptées et on peut avaler ses granules homéopathiques ou consulter régulièrement un ostéopathe sans passer pour une ou un illuminé. Tant mieux !
Désormais, devant l’épidémie de maladies chroniques, le moment est venu, plus que jamais, de «reprendre sa santé en main» et de faire des choix éclairés : que ce soit dans la gestion de son temps et de son stress ou en faisant attention à ce que l’on met dans son assiette. Alors, même après 200 numéros, nous avons encore du pain sur la planche pour vous aider à faire preuve de discernement dans un monde où les informations arrivent de toutes parts, plus ou moins vérifiées et/ou objectives.

Pour fêter ce numéro 200, je rêve que celles et ceux qui n’aiment pas la publicité et nous le font savoir (parfois énergiquement) prennent un peu de recul ; vous savez, ce recul qui ouvre votre champ de vision et vous permet de voir la bouteille remplie posée tout près du verre à moitié vide (celui qui est à moitié plein pour certains). Certes, on peut ne pas apprécier la publicité (grâce à laquelle le magazine reste à un tarif «abordable»). Mais il suffit de prendre un peu de recul pour constater que, dans Rebelle-Santé, les annonces sont regroupées au sein d’un cahier central, un «complément» que l’on peut éventuellement détacher pour avoir, d’un côté 80 pages d’articles et, de l’autre, un cahier avec des publicités, des petites annonces, des trucs, des témoignages… Prendre du recul, dans ce cas, consiste à soulever puis rabattre deux petites agrafes... Chacun peut ainsi choisir de lire le magazine qui lui convient, en y laissant le cahier central, ou en le séparant du reste.

Avant de vous souhaiter un très bel automne coloré, je veux partager avec vous une bonne nouvelle : notre amie Pɪnar Selek, qui écrit maintenant dans le journal depuis plusieurs années, est récemment devenue citoyenne française. Depuis bientôt 20 ans, Pɪnar subit un harcèlement judiciaire sans relâche dans son pays, la Turquie. Acquittée par 4 fois dans une affaire montée de toutes pièces où elle est accusée de terrorisme, elle est devenue un symbole pour l’état turc, le symbole des opposants réclamant la justice et la paix. Réfugiée en France depuis plusieurs années, elle a finalement demandé sa naturalisation, qui vient de lui être accordée. Bien entendu, ce n’est pas LA victoire. Il faudrait pour cela son acquittement définitif en Turquie et qu’elle puisse enfin rentrer librement dans son pays, retrouver sa sœur, son père, ses amis... Mais, en attendant ce moment rêvé, c’est, pour elle, une garantie de sécurité dont nous nous réjouissons.

S'informer de chaque parution

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre ...

        

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Recevoir des "recettes de santé"