Enregistrer

Enregistrer

Pour Maudy PIOT

jeu, 01/02/2018 - 00:00 -- Pinar Selek
Créons des miracles
Rubrique : 

Aujourd’hui, pour moi, ce n’est pas facile d’écrire. Ce n’est pas facile de parler, ni d’écouter. Maintenant, je voudrais seulement pleurer ou rester muette. Mais je me dis : « Maudy t’a toujours encouragée à garder la tête haute, pour rester forte, pour continuer… Elle était l’exemple de la résistance.
Tu dois en être digne… »

Les fidèles lectrices et lecteurs de Rebelle-Santé doivent se souvenir de Maudy Piot.
J’avais fait un portrait d’elle, il y a deux ans. Sous le titre « Une rebelle qui construit », je commençais ainsi : « Il y a des rencontres qui marquent toute la vie. C’est le cas avec Maudy » qui était la présidente de l’association Femmes pour le Dire - Femmes pour Agir (FDFA). Rappelez-vous, cette association réunit les femmes touchées par différents handicaps venant de tous les milieux.

Maudy Piot nous a quittés le jour de Noël. Depuis, c’est le vide. Je sais qu’il faut résister, continuer nos luttes communes, et toujours garder vivant le souvenir de cette résistante. Je sais qu’il faut être forte comme elle l’était… Je sais tout ça. Mais, en dehors de la tristesse, je ne peux pas empêcher la colère contre les injustices qui ont rendu si difficile la vie de Maudy et qui pèsent sur celle de tous les handicapés.

Sa vie a toujours été difficile. Toute petite, elle a été atteinte par la rétinite pigmentaire, une maladie génétique qui commence par une diminution de la vision nocturne et qui évolue vers la cécité. Sa famille n’a d’abord pas supporté cette maladie, puis elle n’a plus supporté Maudy elle-même. « C’était injuste et je suis devenue rebelle » disait-elle. À l’âge de 17 ans, quand le médecin lui a dit : « Ma pauvre fille, à 30 ans, vous serez aveugle », elle s’est promis de lutter jusqu’au bout.

C’est ce qu’elle a fait. Elle a suivi des études pour devenir kinésithérapeute et psychanalyste. De longues années, elle a travaillé dans ces deux domaines. Quand elle a pris conscience de la domination masculine, pour aller jusqu’au bout, elle a tourné son gouvernail vers la lutte en faveur des femmes handicapées. Avec beaucoup d’ef­forts, elle a créé l’Association Femmes pour le Dire - Femmes pour Agir, qui réunit des femmes ayant toutes formes d’handicap, qui travaillent comme des fourmis, pour aider les autres, pour dire leur mot et pour agir. Maudy, avec sa canne blanche et son chien guide, au sein de l’association, pouvait parler à plusieurs personnes en même temps, organisant de nombreux projets… « Le handicap n’est pas une identité, pour s’en sortir, il faut se battre, lutter, résister » affirmait-elle. Elle n’en était pas seulement la présidente : elle était la fondatrice, la mobilisatrice, la créatrice. Une rebelle qui a d’abord commencé par tenir fermement le gouvernail de sa vie. Une énergie qui marchait en continu ! L’énergie d’une femme libre.

Ma Maudy, je te le promets, je ne céderai pas. Et les ami.e.s de Rebelle-Santé, non plus. Nous allons contribuer plus que jamais aux luttes pour une vie saine et heureuse.

Site de l’association : www.fdfa.fr
Adresse de l’association :
2, rue Aristide Maillol
75015 Paris
Tel : 01 45 66 63 97
Écoute Violence Femmes Handicapées : 01 40 47 06 06

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 
Voir aussi : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer