Quand les consoles de jeu...

...provoquent des tendinites
Rubrique

Passer plusieurs heures ou jours d’affilée à manipuler une manette de jeu peut provoquer une tendinite, à l’instar des sportifs ou des troubles musculo-squelettiques professionnels.
Quelques mesures de prévention s’imposent.

Appelée « wiitite » ou « Nintendonite » en référence à la Wii et au jeu Nintendo, la tendinite de jeu commence à pointer son nez chez les utilisateurs, et pas simplement chez les adolescents addicts aux jeux vidéo.
Les publications de blessures ou d’accidents liés à la Wii se multiplient. Les premiers cas datent du début des années 1990.

Hypersollicitation tendineuse

Jouer à la console de jeu, qui nécessite un mouvement répétitif (plusieurs milliers de fois), peut être assimilé à un geste sportif qui contribue à solliciter de façon exagérée un même tendon. Mais, à la différence du sportif, il ne viendrait à l’idée d’aucun joueur de pratiquer un échauffement sportif du pouce et quelques étirements avant d’attaquer son jeu préféré, sans parler de bien s’hydrater et d’adopter une alimentation adéquate à la place des sodas et autres pizzas. Et pourtant…

Du pouce à l'ensemble du corps

Rien d’étonnant si la wiitite concerne tout d’abord la base du pouce, manette ou plutôt joystick oblige. Mais le pouce n’est plus tout seul. Les nouveaux jeux de simulations voient arriver des cas de tendinites tout aussi problématiques que ceux des sportifs, comme au poignet (utilisation d’un manche : tennis, tir à l’arc, bowling…), à l’épaule (simulation de golf, de bowling, de boxe…), et même aux tendons d’Achille (plateau de fitness). Du fait de la multiplicité des jeux, c’est désormais tout le corps qui est concerné. Et nul doute qu’après la période des fêtes, faste en « cadeaux numériques », le nombre de tendinites risque de croître encore.

Repos… Sportif !

Sans surprise, « lever le pied » permet de diminuer les douleurs et donc l’inflammation tendineuse. À défaut d’un échauffement pour les petites articulations (pouce), l’échauffement et les étirements sont bienvenus pour les « grandes » articulations (épaule, hanche, chevilles…). Quel que soit le jeu, n’hésitez pas à faire des pauses fréquentes pour soulager vos articulations et leur laisser le temps de récupérer. N’oubliez pas non plus d’adopter de bonnes positions de jeu assis (et donc un bon réglage des écrans), histoire de ne pas ajouter des douleurs posturales (douleurs du cou) à celles provoquées par les mouvements. Enfin, évitez les gestes amples et/ou non contrôlés et sécurisez votre espace de jeu.

Conséquences inattendues

> Épisodes d’énurésie et/ou de constipation chez les enfants qui se retiennent d’aller aux toilettes
> Abrasion cutanée des paumes des mains, lors de l’usage de certaines manettes sans gants de protection
> Crises d’épilepsie
> Syndrome du canal carpien
> Chutes et chocs divers chez les utilisateurs de plateau de fitness (entorses du genou, fractures, lésions oculaires…)
> Douleurs vertébrales diffuses (cou, bas du dos…)
> Hémothorax (golf), lorsque le mouvement est trop brutal.

Bienfaits des consoles de jeu

> Amélioration de l’équilibre chez les personnes âgées, ou malades de Parkinson
> Rééducation fonctionnelle après accident ou intervention chirurgicale
> Occupation des enfants malades
> Perte de poids (sauf si on grignote en même temps !)
> Amélioration des capacités cardio-vasculaires et pulmonaires.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ma bible de la phytothérapie
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
Quelle contraception choisir ?