Pollution aquatique : ouvrez l’oeil

ven, 01/06/2018 - 00:00 -- Rebelle-Santé
Rubrique : 

Sur les plages ou aux abords des cours d’eau viennent parfois se déposer des petites roues de plastique, qui ressemblent aux pâtes « ruote ». Ce sont des déchets venus des stations d’épuration, des « biomédias » qui permettent aux bactéries épuratrices de se reproduire et d’être plus efficaces. Si ces petits bouts de plastique restaient bien sagement dans les bassins des stations d’épuration, tout irait bien, mais voilà, ils s’en échappent fréquemment, pour se retrouver dans la nature qu'ils polluent. La Surfrider Foundation Europe s’est emparée du problème. Pour Surfrider, davantage de vigilance des équipes des stations d’épuration serait nécessaire : « Les pollutions observées se produisent généralement suite à une succession d’incidents techniques souvent en lien avec des aléas climatiques tels que de fortes précipitations. C’est donc le manque de procédures de sécurité, l’incompatibilité de certaines installations avec l’usage de biomédias voire une mauvaise gestion des bassins qui conduisent aux pollutions. » Surfrider a publié un rapport transmis aux acteurs de l’assainissement et diffuse des préconisations pour limiter cette pollution, en ciblant leur action là où sont retrouvés les biomédias. La fondation invite aussi chacune et chacun d’entre nous à l'aider : « Si vous avez remarqué la présence de ces filtres d’épuration sur les berges d’un cours d’eau ou sur une plage, dites-le nous !

Envoyez un mail à water@surfrider.eu en précisant la date, le lieu et la quantité trouvée. N’oubliez-pas de joindre une photo, il y a tellement de modèles différents ! »

Paru dans le : 
Voir aussi : 

En route vers le zéro déchet !

mer, 01/06/2016 - 13:48 -- Murielle Toussaint
Un parcours indispensable, mais semé d’embûches
Rubrique : 

Nos poubelles débordent, les rivières et la mer charrient du plastique, les forêts et les bords d’autoroute ont des airs de décharge…. STOP ! Il est grand temps de faire quelque chose ! La réponse ne viendra pas des industriels. C’est à nous, consommateurs, de faire bouger les choses. De même que les petits ruisseaux font de grands fleuves, notre manière de consommer a le pouvoir de changer le monde.

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer