Le yoga des 5 éléments

dim, 01/07/2018 - 00:00 -- Davina Delor
Rubrique : 

En toutes saisons, le yoga donne raison à la nature et s’accorde avec elle dans l’harmonie de ses lois. Pour celles et ceux qui rêvent de pratiquer en communion avec les éléments naturels, voici comment faire.

Quel que soit le désir de chacun en matière de yoga, nous avons tous besoin d’un guide. Au-delà de cette évidence s’impose le choix du temps possible à accorder à une activité venant s’ajouter aux “innombrables” autres. Par ailleurs, il y a l’envie de pratiquer seul ou en groupe, d’être en osmose avec un professeur et le plaisir que l’on retire à faire des efforts ensemble, ou pas. Alors, quelle est la bonne solution ? 

Les livres n’arrivent jamais par hasard dans les mains des chercheurs. Leur contenu, somme de l’intelligence du savoir, du talent et surtout du souhait sincère de l’auteur s’employant à offrir un pur bénéfice à autrui, vient se placer naturellement devant nos yeux au bon moment. L’énergie de la vie répond toujours à qui lui est attentif. 

Le yoga de la Terre

Avant d’effectuer les exercices proprement dits, prenez le temps d’un contact direct avec l’énergie terre. Si vous pouvez sortir, allez marcher dans un jardin en vous efforçant de sentir sous vos semelles la puissance bienveillante de l’énergie terrestre qui accueille vos pas. Sinon, ouvrez grand vos fenêtres. N’hésitez pas à laisser s’ouvrir dans votre cœur un sentiment de gratitude et de joie en ressentant toute la vie qui pulse sous vos pieds, vibre dans l’air et remplit vos poumons. Un mot, un élan, merci Prithvi, merci la terre !

Ensuite, asseyez-vous confortablement et respirez consciemment, lentement et tranquillement, détendez-vous.
Puis penchez-vous un peu en avant pour poser vos mains sur le sol en visualisant un carré jaune, symbole géométrique de la terre.
Pensez que vous vous reliez aux qualités de force, d’équilibre et de stabilité propres à la terre.
Inspirez en absorbant ces qualités par la paume de vos mains, expirez en les voyant se répartir dans toutes vos fonctions corporelles.
Reprenez cela plusieurs fois sans forcer votre respiration mais en restant bien présent à ce que vous faites.
Le souffle de la Terre : la respiration carrée

Reprenez une posture assise en visualisant le carré jaune, symbole de la terre. Tout en gardant avec le plus de précision possible cette image mentale, inspirez en comptant silencieusement 1 2 3 4 puis expirez à rebours 4 3 2 1. Observez un léger intervalle entre chaque séquence et reprenez ainsi quatre fois de suite sans vous presser. Reposez-vous ensuite en respirant normalement quelques instants puis recommencez encore une fois. N’oubliez pas le plus important : détendez-vous et restez vigilant dans le maintien du carré jaune présent à votre esprit.

Reprenez une posture assise en visualisant le carré jaune, symbole de la terre. Tout en gardant avec le plus de précision possible cette image mentale, inspirez en comptant silencieusement 1 2 3 4 puis expirez à rebours 4 3 2 1. Observez un léger intervalle entre chaque séquence et reprenez ainsi quatre fois de suite sans vous presser. Reposez-vous ensuite en respirant normalement quelques instants puis recommencez encore une fois. N’oubliez pas le plus important : détendez-vous et restez vigilant dans le maintien du carré jaune présent à votre esprit.

Le yoga de l’eau

Commencez par une courte méditation sur la magie d’Appa, l’eau, en pensant que nous sommes tous nés de l’eau du ciel venue à la rencontre de celle des océans pour y déposer son secret de vie. En vous abandonnant à ce rêve éveillé, laissez-vous bercer, envelopper, danser dans le mouvement ondulatoire des eaux de la création. Lâchez prise et détendez-vous.

Comme un poisson dans l’eau

Allongez-vous sur le dos en repliant vos jambes contre le sol et vos bras dans la même attitude au-dessus de votre tête.
Dans cette posture, imaginez-vous flotter au gré du déplacement de vos respirations, qui, comme des vagues, avancent en vous harmonieusement.
Après quelques instants, dépliez-vous en vous étirant pour former une courbe sur le côté droit en allongeant vos jambes, les pieds l’un au-dessus de l’autre et vos bras réunis au-dessus de la tête.
Cette attitude semblable à un arc mime parfaitement le mouvement d’une vague immobile.
Dans cette attitude, respirez et détendez-vous.

Le souffle de l’Eau : les rétentions

S’exercer à maintenir le souffle poumons pleins ou poumons vides stimule votre capacité respiratoire et augmente votre énergie. Mais vous devez prendre la précaution de ne pas dépasser vos moyens. Autrement dit, ne restez pas longtemps en souffle suspendu car au lieu d’un bénéfice vous ne récolteriez que des désagréments.

Asseyez-vous et concentrez-vous en inspirant lentement et profondément puis à la fin de l’inspir, cessez de respirer pour maintenir le souffle poumons pleins le temps de compter jusqu’à 5, puis expirez et cessez de respirer en maintenant le souffle poumons vides le même temps.
De trois à cinq fois de suite selon votre ressenti.

Le yoga du feu

Agni le feu de vie s’exprime par la vitalité du corps et de l’esprit unis.

Tantra asana

Assis dans la posture des jambes croisées (faire du mieux que l’on peut), laissez votre buste s’affaisser comme une flamme prête à s’éteindre et expirez. Puis dans l’élan de la flamme retrouvé, redressez-vous vivement en étirant votre buste dans l’espace, les bras pointés vers le ciel en inspirant. Faites ce mouvement en alternance une dizaine de fois, mais cessez dès que vous ressentez une fatigue. Tout au long de l’exercice, portez votre attention au creux de vos reins, c’est le lieu du foyer énergétique où se trouve conservé votre capital ancestral de vitalité. Pensez et ressentez qu’il règne en cet endroit une douce chaleur bénéfique à votre santé.

Le souffle du Feu

Tranquillement installé sur une chaise, les pieds posés bien à plat et le dos droit, portez votre attention au centre de votre ventre en plaçant vos mains contre la paroi abdominale sous le nombril. Inspirez en pensant que l’air absorbé descend en ce lieu en produisant une onde de chaleur vivifiante, expirez en pensant que cette onde se disperse dans tout l’espace corporel en renforçant votre pouvoir de vie à partir du centre du ventre. Poursuivez l’exercice quelques instants sans forcer.

Le yoga de l’air

Vayu, le nom de l’air, n’est autre que l’élément dans lequel toute vie s’inscrit. Inspirez/expirez, vous êtes en vie ! La faculté de l’air est le mouvement qui traverse le temps. Tout change et tout s’échange dans le partage de l’instant. L’élément Air incite au lâcher prise pour pouvoir profiter pleinement de l’“éternel” recommencement du souffle de la vie indissociable de l’impermanence.

Du vent dans les voiles

C’est un élan qui vous porte en avant lorsque vous repliez la jambe droite en arrière sans aucun effort et tendez vos bras en avant en inspirant.

À l’expir, vous attrapez votre pied en arrière et étirez le bras devant vous en expirant. Restez dans cette posture en vous identifiant à la voile d’un bateau fendant l’air par temps calme. Restez ainsi quelques instants en maintenant l’équilibre et en respirant normalement.

Le souffle de l’air

Tout comme l’air et le souffle ne font qu’un, votre respiration et l’air que vous absorbez s’unissent pour maintenir la cohérence de l’énergie de la vie dans le lieu inspirant de votre cœur.

Le yoga de l’espace

Un courant bleu dans un courant d’air et voilà l’espace. La différence entre l’air et l’espace est justement le courant qui les alimente. L’un n’en finit jamais de se mouvoir, l’autre existe sans exister, offrant une insondable immobilité propice à l’accueil de tout ce qui se construit, bouge et s’anéantit.

À ce propos, voici une citation émanant de l’esprit éclairé de Daniel Odier : “Les pensées ont la nature de l’espace, le corps a la nature de l’espace, les émotions ont la nature de l’espace, la matière a la nature de l’espace. Libre et sans limite depuis l’origine, notre vraie nature n’est qu’espace.” C’est au talent de cet écrivain contemporain dont les centres d’intérêts poétiques et philosophiques l’ont porté à explorer les principes yogiques du shivaïsme cachemirien que nous devons l’opportunité de tirer certaines conclusions relatives à l’espace dont il est question ici. 

Akasha, l’Espace, est en vous

Allongez-vous pour méditer. Visualisez-vous, allongé sur le sol. Imaginez que vous ressentez le poids d’une armure qui emprisonne votre corps. Vous cherchez à étendre votre respiration pour vous libérer de cette oppression. Inspirez/expirez plus largement, plus profondément. Peu à peu, il vous semble que vous parvenez à écarter les parois de l’armure invisible au niveau de votre poitrine, de vos épaules, de vos bras, votre dos, vos jambes, vos pieds. C’est tout l’ensemble de votre corps qui se dégage d’un carcan gênant. Votre respiration dépasse les limites imposées, vous vous sentez léger, joyeusement délivré. Inspirez/expirez dans la liberté retrouvée. Plus de poids, plus de limitations, plus de contraintes, dans la présence de l’espace immobile et vivant, laissez-vous communier avec l’infini que vous êtes.

Le souffle de l’espace

C’est la caresse de l’apaisement dans lequel corps et esprit se fondent en l’unité nommée “Espace”.
Laissez-vous être cet espace sans rien y ajouter.

À lire
Un remarquable ouvrage illustré et complet pour pratiquer chez soi :
Le Yoga des éléments de Florence Dugowson
Editions Massot.
32 €.

 

Enregistrer

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 
Rebelle-Santé n° 207
Voir aussi : 
Type de publication : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer