La cardère sauvage

sam, 01/09/2018 - 00:00 -- Anne Rihet
Rubrique : 
J’ai descendu dans mon jardin...

Au cabaret des oiseaux, vous rencontrerez certainement le chardonneret se désaltérant ou batifolant dans la baignoire de Vénus. Après cette trempette indispensable à toute gent ailée, ce gourmand n’aura de cesse de fouiller les têtes des chardons afin d’en extirper les premières graines. Et s’il s’avère que des moutons ont abandonné leur laine sur les aiguillons, notre oiseau saisira l’opportunité pour les emporter dans son nid. Un chardon... désespoir pour maints jardiniers... ravissement pour les oisels...

•    Nom commun : cardère sauvage, cabaret des oiseaux, bonnetier sauvage ou chardon à bonnetier, cardère à foulon, baignoire de Vénus.
•    Genre et espèce : Dipsacus fullonum L., dipsacus du grec Dipsan akeomaï signifiant « je guéris la soif ».
•    Famille : CAPRIFOLIACEAE : arbustes, lianes, plantes herbacées des zones tempérées à tropicales.
•    Floraison : de juillet à septembre.

=> Linné, dans sa description botanique du D. fullonum, détaille les caractéristiques de la cardère sauvage, engendrant une confusion sur l’espèce car c’est la cardère cultivée qui est utilisée par les foulons (d’où fullonum) pour carder. Miller donne le nom de D. sylvestris pour la cardère sauvage et désigne l’espèce cultivée D. fullonum... Afin d’éviter les malentendus, l’usage est, de nos jours, de qualifier la cardère sauvage de D. fullonum L. et la cardère cultivée de D. sativus (L) Honck. (Honckeny, un autre botaniste).

=> La cardère sauvage est une bisanuelle d’environ un mètre de haut affectionnant les lieux incultes. L’inflorescence est un capitule de forme ovoïde. Chaque fleur est munie d’une arête dressée et épineuse. Les fleurs s’épanouissent d’abord au centre du capitule. Dès que celles-ci dépérissent, de nouvelles prennent la relève en progressant vers les pôles par anneaux concentriques.

=> Les feuilles basales gaufrées sont pétiolées et ovales avec le pourtour denté et le sommet arrondi. Elles sont couvertes d’aiguillons sur la face supérieure. Les feuilles caulinaires opposées sont lancéolées, non pétiolées, soudées par leur base. Elles forment un réceptacle où s’accumule la pluie d’où le nom de « cabaret des oiseaux ». Le pourtour du limbe est denté ou sinué, et la nervure dorsale épineuse.

=> La racine est apéritive et diurétique. L’eau recueillie entre les feuilles chasserait les taches de rousseur et embellirait la peau, c’est la « baignoire de Vénus ». Des recherches sont en cours, car la cardère sauvage pourrait être efficace dans le traitement de la maladie de Lyme.

Enregistrer

Paru dans le : 
Type de publication : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer