Maladies auto-immunes (1ère partie)

sam, 01/09/2018 - 00:00 -- Didier Le Bail
La nutri-stratégie à mettre en œuvre
Rubrique : 

Ce mois-ci, sous la forme d’un jeu de questions-réponses, nous allons aborder la partie la plus facile du protocole anti-auto-immunité : la supplémentation. Dans le prochain numéro, nous traiterons exclusivement de la partie la plus délicate, à savoir l’alimentation ! 

En dépit de leur progression fulgurante, les maladies auto-immunes vivent encore dans l’ombre des trois grands fléaux modernes que sont les cancers, les troubles cardio-vasculaires et les affections neurodégénératives, Alzheimer en tête. On estime qu’environ 5 % de la population est touchée par une forme ou une autre de maladie auto-immune, ce qui, à l’échelle de la France, représente tout de même 3 à 4 millions de personnes. La maladie auto-immune la plus répandue est la polyarthrite rhumatoïde.

C’est quoi, une maladie « auto-immune » ?

Par maladie auto-immune, il faut entendre maladie dans laquelle le système immunitaire s'attaque aux tissus de l'organisme qu'il est censé défendre. Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, le système immunitaire se met à agresser les tissus des articulations. Il en résulte un état inflammatoire chronique dont les conséquences sont bien connues des malades : douleurs, déformations osseuses, difficultés à accomplir les tâches quotidiennes...

En cas de problème auto-immun, on se doute qu’il ne faut pas stimuler le système immunitaire, mais plutôt le calmer pour ne pas risquer de pâtir de ses réactions excessives.
Existe-t-il un micronutriment capable de produire cet « effet calmant » sur le système immunitaire ?

Il existe effectivement un puissant modulateur immunitaire : la vitamine D. Elle nous est apportée à plus de 90 % par l’exposition au soleil. Suite à la révolution iranienne de 1979, un code vestimentaire très strict a été imposé aux femmes, en l’occurrence le port du tchador. Cela a eu pour conséquence de limiter drastiquement leur niveau d’exposition aux rayons solaires. Résultat : entre 1989 et 2005, le nombre annuel de diagnostics de sclérose en plaques a été presque multiplié par SEPT à Téhéran ! Il faut savoir que la sclérose en plaques touche préférentiellement les femmes, notamment les femmes jeunes (1).

L’exemple iranien illustre avec éclat le rôle préventif de la vitamine D vis-à-vis des affections auto- immunes, en particulier celles reliées à une prédominance de la réponse immunitaire de type Th1 : sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, diabète de type 1, thyroïdite de Hashimoto… Les hypersensibilités alimentaires sont également associées à ce profil immunitaire.

En plus de contribuer à prévenir l’apparition de nombreuses affections auto-immunes, la vitamine D est-elle capable de contrôler leur progression ?

La réponse est plutôt oui, à condition de recourir à la vitamine D à dose pharmacologique. Illustration avec la polyarthrite rhumatoïde. Des travaux de laboratoire ont récemment montré qu’il existe une diminution de la sensibilité à la vitamine D dans les articulations enflammées. À défaut de pouvoir améliorer cette sensibilité, reste la solution d’administrer de la vitamine D à dose élevée en espérant que cela porte ses fruits.

Des chercheurs se sont livrés à cette expérience très récemment (2). À plus de 70 patients cumulant polyarthrite rhumatoïde et insuffisance, voire carence en vitamine D, ils ont donné de la vitamine D à raison de 60 000 UI par semaine pendant 6 semaines – soit l’équivalent de 8600 UI par jour pendant 6 semaines – puis 60 000 UI par mois pendant 3 mois – soit l’équivalent de 2000 UI par jour pendant 3 mois.

Résultat : une amélioration notable de l’état des patients, dont le taux de vitamine D a grimpé jusqu’à 57 ng/ml, soit un taux véritablement optimal quand on est atteint d’une maladie chronique à fort substrat inflammatoire.

La curcumine a-t-elle déjà été évaluée chez l’Homme dans le cadre du traitement de maladies auto-immunes ?

Oui, notamment chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et de colite ulcéreuse.
Dans le premier cas, elle s’est révélée plus efficace que le diclofénac, l’anti-inflammatoire non stéroïdien le plus prescrit au monde, classiquement employé pour atténuer les douleurs articulaires.
Et dans le second cas, elle a contribué à améliorer de façon significative les effets des anti-inflammatoires intestinaux habituellement prescrits.

Notes :
(1) Dans la sclérose en plaques, le système immunitaire dirige son action contre la myéline, substance grasse enveloppant les nerfs
(2) Chandrashekara S, Role of vitamin D supplementation in improving disease activity in rheumatoid arthritis : an exploratory study, Int J Rheum Dis, 2017 Jul

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 

Voir aussi : 

Comment se nourrir pour avoir moins mal à nos articulations ?

mer, 01/11/2006 - 00:00 -- Anne Dufour

Les victimes de crise de goutte expérimentent à leurs dépens le lien direct entre la fourchette et le confort articulaire. Mais nous sommes tous concernés: en fonction de nos choix alimentaires, nous pouvons protéger nos articulations et prévenir (ou calmer en partie) les douleurs. Choisissez votre camp!

Dans la boutique : 
Type de publication : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer