Le yoga de la créativité

Rubrique

Le monde dans lequel nous vivons est composé de plusieurs mondes, celui que nous voyons et ressentons au travers de nos sens, celui que nous créons depuis le fonctionnement de notre esprit, et le monde invisible qui nous entoure mais demeure inaccessible au raisonnement cartésien. L’expérience de ces deux derniers mondes peut s’avérer utile dans le sens où elle lève le voile sur l’ordinaire du quotidien. Allons ensemble, si vous le voulez bien, parcourir les terres et les chemins de la vie sous ses multiples formes.

La plupart d’entre nous apprécient de se retrouver en pleine nature parce que l’on s’y sent apaisé et que l’on peut ainsi aisément s’y ressourcer. La nature aime le silence et la paix et nous en fait cadeau généreusement. Saturée de forces vitales – la terre sur laquelle nous marchons, l’air que nous respirons, l’eau qui jaillit des torrents et rafraîchit nos corps, le feu du ciel qui éclaire et réchauffe, l’espace de la voûte céleste qui donne tous les espoirs – la nature nous aime bien plus que nous l’aimons. Le respect et la gratitude permettent de l’approcher différemment et de profiter plus largement des bénéfices mis à notre disposition naturellement.

Une rencontre pas comme les autres

Pour les inconditionnels du merveilleux (dont je suis et dont vous faites peut-être partie), il est un joli moyen d’incarner les forces vitales de la nature, en les représentant sous la forme des Devas, qui sont les consciences des Cinq Éléments, ou les esprits de la nature, si vous préférez. Voici comment les rencontrer :

En vous promenant silencieusement et calmement dans la campagne, dans un parc, en forêt ou au bord de la mer, exercez-vous à vous laisser guider par le Deva de l’Air. N’utilisez pas vos repères habituels ni votre volonté pour aller dans une direction ou une autre, mais abandonnez-vous à la guidance du Deva de l’Air. Oui, je sais, vous ne le connaissez pas mais c’est justement là le privilège de cette rencontre. Alors, détendez-vous et laissez faire. Avancez tranquillement tant que vous ne sentez pas intuitivement la nécessité de vous arrêter. À l’appel intérieur, répondez en vous posant dans une sorte de communion méditative avec l’esprit de l’air, tout en étant disponible à ce qui est en cet instant et qui apparaît sans que vous le cherchiez (sensations, perceptions, impressions). Laissez-vous imprégner de l’énergie régénératrice de la force de vie de l’air qui entre et sort à chacune de vos respirations. Après quelques instants qui n’appartiennent qu’à vous, vous connaissez le moyen d’intégrer la force naturelle de l’Air.

La posture de l’Air

Le Deva de l’Air est un danseur cosmique, il trouve son expression dans les mouvements qu’il crée au gré des souffles qu’il engendre.

Attrapez d’abord votre pied gauche en arrière en prenant soin de fléchir votre jambe d’appui droite. Puis, lorsque vous vous sentez en équilibre, le pied dans la main, élevez progressivement la jambe tout en basculant votre buste vers le bas. Tendez la jambe droite et alignez le bras droit le long du tronc. Attention de ne pas plonger le buste sans élever la jambe à l’arrière car la posture serait mal faite. La posture finale trace une ligne horizontale dans l’espace créatif qu’elle occupe. Restez quelques instants en gardant l’équilibre tout en respirant et en étant confiant. Redescendez doucement votre jambe et recommencez l’exercice avec le pied droit.

La posture de la Terre

La posture de l’arbre enseigne la confiance en vous.

D’abord, placez-vous debout immobile et tranquille et soyez attentif au contact de la plante de vos pieds avec le sol. Sentez votre corps tout entier réceptif à l’énergie de la terre. Utilisez votre souffle pour, à chaque expiration, extraire des racines depuis le fondement corporel et les faire descendre dans la terre. Soyez bien attentif au contact établi entre vos racines corporelles et les racines terrestres. Puis, avec recueillement, demandez au Deva de la Terre de vous aider à vous connecter à l’énergie de confiance qui est celle de la terre et laissez-vous recevoir cette énergie. Au bout de quelques instants, repérez la sensation qui vous donne l’impression de vous redresser dans l’espace et commencez à entrer dans la posture de l’arbre. Pendant que votre jambe droite se plie et que votre pied se cale contre votre genou, l’énergie s’élève depuis le sol jusqu’au sommet de votre tête, s’étire dans votre colonne vertébrale, traverse votre crâne et se prolonge jusqu’au bout de vos mains, bras étirés vers le ciel.

Restez bien ancré dans la terre en vous sentant léger et fort à la fois, bien en accord avec vous-même, tels sont les bénéfices de cette posture (à répéter de l’autre côté).

La posture de l’eau

Pour pratiquer cette posture, il vous faut idéalement un point d’eau à proximité, mais si vous n’êtes pas près d’un lac, d’une rivière ou d’un cours d’eau, vous pouvez créer un courant semblable, par exemple un jour de pluie ou près d’une fontaine ou encore en ouvrant un robinet ! Sollicitez le Deva de l’Eau en vous souvenant qu’il baigne tous les niveaux de conscience, ainsi, c’est lui qui influence vos rêves via votre inconscient, lui qui active votre intuition.

Dans un lieu de votre convenance, les jambes réunies, inspirez en vous redressant bien verticalement, puis expirez en penchant votre buste sur un côté, bien latéralement, tout en réunissant vos mains au-dessus de votre tête (vous répéterez la posture du côté opposé ensuite). Là, dans cette attitude, respirez calmement en maintenant la posture. 

La posture du feu

Le feu vital dans l’être humain réside au bas de la colonne vertébrale.

Pour le solliciter, placez-vous assis ou debout les jambes réunies et concentrez-vous sur la lumière qui est en vous. En premier lieu, inspirez pour recueillir le feu du ciel en élevant vos bras au-dessus de votre tête et expirez en intégrant le feu du ciel par le souffle qui descend tout en repliant les bras, mains croisées posées chacune sur vos omoplates, jambes espacées de la largeur des épaules. Dans cette position plus ou moins confortable, tentez de respirer sans vous crisper. Ensuite, rectifiez la posture en étirant vos coudes repliés pointés vers le ciel, les mains restent toujours croisées et posées sur vos omoplates, descendez vos épaules et redressez votre tête.

Cet exercice est un peu plus subtil que les autres et réclame de la patience et de l’assiduité, mais ses bénéfices sont immenses car ils libèrent en vous cette énergie particulière qui entretient la vie dans l’éclat de jeunesse, de puissance et du bonheur d’exister.

La posture de l’Espace

Il s’agit là de traverser le temps, de parcourir tous les courants.

Pour le pratiquer sans-limites, créez vous-même l’espace dans lequel il vous plaira d’évoluer. Que ce soit dans un lieu virtuel ou concret, préparez-vous à décoller. Effectuez au préalable une dizaine de respirations lentes et profondes. Puis fendez l’espace en faisant un très large pas en avant en pliant la jambe de devant, celle de l’arrière bien tendue. Le buste droit, la tête légèrement en arrière, le regard traversant l’immensité… Dans cette attitude, repliez vos bras derrière votre dos en tournant les mains de manière à les maintenir paume contre paume bien collées. Puis revenez à votre point de départ et changez de jambe.

Le Grand Livre des Esprits de la Nature
Fées, elfes, lutins, faunes, sirènes, pixies, dryades et autres créatures des forêts, montagnes, rivières, océans et jardins
Richard Ely et Frédérique Devos
Editions Véga
24,90 €.

 

Enregistrer

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Et si vous appreniez à vous soigner vous-même ?
Faut bien mourir de quelque chose !
Le Guide du thé vert
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène