Enregistrer

Les travaux d'avril

lun, 01/04/2019 - 00:00 -- Angela David
Anticipation et organisation !

Pour bien commencer la saison, deux mots clés pour l’activité du jardinier en avril : anticipation et organisation !

Quel que soit le climat, le jardin entre en activité… Mais soyez prudent, un coup de froid est toujours à craindre. Ce mois-ci, deux problèmes importants : l’arrosage et la prévention des risques sanitaires.

Pour l’arrosage : cultivez des espèces et des variétés moins gourmandes, favorisez la rétention d’eau par le sol en apportant de la matière organique, paillez et adaptez vos stratégies d’arrosage à votre jardin :

• sol profond = arrosages espacés et copieux
• sol séchant = installez un tuyau micro-percé.

Pour prévenir les risques sanitaires : favorisez ou introduisez des auxiliaires (oiseaux, insectes…), installez des plantes attractives. Contre les maladies : évitez de concentrer une même espèce sur une zone réduite, pensez aux associations, renforcez les défenses naturelles (pulvérisation de purin de prêle, de purin d’ortie…), aérez vos cultures, installez des plants de qualité et sains, limitez les à-coups dans leur développement…

⇒ Semez : betterave rouge, carotte, céleri, poirée, radis, pissenlit, salades… En climat chaud, semez les haricots, laitues (variétés résistantes à la chaleur qui ne montent pas). Tentez des semis moins habituels comme l’arroche (sorte d’épinard), la bourrache et, en sols profonds et frais, le rutabaga et le panais ; installez aussi les topinambours, l’ail rocambole, l’absinthe, l’angélique...

⇒ Plantez en sol chaud : pomme de terre, raifort, crosne, artichaut, aromatiques (cerfeuil, thym, sauge…) et, en climat doux ou chaud, les tomates, sous réserve de pouvoir les protéger avec un voile si le froid réapparaît.

⇒ Plantez sous abri : aubergine, poivron, piment, courgette, cardon, céleri boule…

Repiquez au chaud les potagères frileuses (tomate, courge, courgette, melon…).

⇒ Protégez vos plants potagers en posant un voile anti-insectes dès la levée, ou en pulvérisant des décoctions de plantes répulsives (tanaisie, absinthe, lavande, fougère), en pulvérisant contre les chenilles jeunes du Bacillus thuringiensis, ou encore en introduisant des insectes auxiliaires : coccinelles, carabes, staphylins, cécidomyie (spécialiste du puceron), syrphes, chrysope.

Les insectes les plus à craindre sont :

⇒ La mouche de la carotte : elle est favorisée par des engrais organiques peu décomposés. La succession des générations dans la saison rendant moins efficaces les pulvérisations, il faut répandre, entre les rangs, des feuilles de plantes répulsives (en cette saison, utilisez le vert de poireau après épluchage, et des feuilles ou rameaux de romarin, de tanaisie, de sauge officinale légèrement broyés pour que l'odeur se dégage), et planter de l’oignon, de l'ail, des poireaux parmi les carottes.

⇒ Les noctuelles : ce sont les chenilles grises qui s’enroulent quand on les dérange qui font des dégâts ; les papillons sont brun-noir. Nombreuses sont les plantes cibles des attaques dans tout le jardin (vigne, fruitiers, pélargonium, épinard, radis, salade, tomates, céleri…).

⇒ La piéride du chou : ce mois-ci, vous verrez un beau papillon blanc-crème avec des taches noires, qui commence sa période de ponte, donnant des chenilles dévoreuses de choux et autres plantes. Ajoutez aux techniques classiques mentionnées page 74 : la décoction de verveine, tomate, céleri, menthe romarin, sauges…

⇒ Les mouches mineuses : les larves dévorent le parenchyme des feuilles, laissant une « galerie » sous l’épiderme. Difficile à contrôler, les pièges à phéromones sont efficaces si on repère à temps les vols des mâles.

⇒ Arrosez toutes les plantations récentes, aérez le sol, apportez du compost et paillez en début de saison même pour des arbres un peu plus anciens.

⇒ Surveillez les populations d’insectes telles que les mouches, les carpocapses et installez des pièges à phéromones. Les pièges à glu ne sont pas sélectifs, leur utilisation doit être réduite dans le temps et si possible évitée.

⇒ Luttez contre les insectes suceurs ; l’Hoplocampe du pommier, du poirier ou du prunier (hyménoptère) et les pucerons avec une décoction de Quassia Amara.

Faire macérer, pendant 24 h, 100 g d’écorce de bois de Quassia Amara dans 1 litre d’eau ; portez à ébullition pendant 1 h et renouveler 2 à 3 fois cette étape pour bien extraire la « quassine » qui est le principe actif. Diluez la solution dans 10 litres d’eau et pulvérisez le matin avec de la rosée ou en soirée avec forte hygrométrie afin de favoriser l’écoulement de la décoction dans les fleurs et ainsi lutter contre l’Hoplocampe.

Poursuivez la lutte préventive contre les maladies fongiques : pulvérisez du soufre mouillable (6 g/L), puis 8 jours après une décoction de prêle diluée à 10 %.

⇒ Réalisez les premières tontes de la pelouse en relevant la lame pour éviter les bourrages dus à l’herbe humide. S’il fait déjà sec, cela retardera le jaunissement de la pelouse.

⇒ Arrosez, aérez le sol et apportez du compost dans tout le jardin pour favoriser le démarrage.

⇒ Courbez les rameaux des rosiers grimpants et de certains arbustes florifères pour augmenter la floraison.

⇒ Pulvérisez sur les rosiers et les arbustes sensibles aux maladies fongiques du purin de prêle toutes les trois semaines.

⇒ Nettoyez les arbustes qui ont déjà fleuri, rabattez les Perovskia à 30 cm du sol, réduisez aussi les Gauras pour étoffer le buisson et terminez la taille des haies.

⇒ Rempotez les boutures. Attention, en été, la sécheresse en pot est redoutable. Plantez les espèces en conteneurs si vous pouvez les arroser les prochains mois.

⇒ Terminez la plantation de vivaces et d’annuelles.

⇒ Enlevez les protections hivernales, sauf en montagne. Remontez les paniers avec le réchauffement de l’eau.

⇒ Surveillez la prolifération des algues due au manque d’oxygénation de l’eau. Ramassez tous les débris tombés dans l’eau, leur décomposition consomme de l’oxygène !

⇒ Divisez les plantes qui ont grossi, ne replantez qu’un éclat de souche par panier et taillez, sur les berges, les plantes envahissantes.

⇒ Rempotez si nécessaire et préférez des grands bacs pour limiter le dessèchement du terreau en période estivale. Si vous ne rempotez pas, aérez la terre qui a toujours tendance à se tasser.

⇒ Plantez les annuelles ou les vivaces pour fleurir vos potées, gardez à portée de main de quoi couvrir vos protégées en cas de coup de froid. Pensez aux espèces indigènes qui sont en principe plus adaptées au climat et demandent moins d’interventions.

⇒ Sortez les plantes d’intérieur à partir de la fin du mois en commençant par les moins frileuses ; installez-les en situation de mi-ombre et pas trop loin pour pouvoir les surveiller.

Paru dans le : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer