La podoscopie...

sam, 01/06/2019 - 00:00 -- Dr. Daniel Gloaguen
Rubrique : 
... pour ne plus souffrir des pieds

La podoscopie est essentielle dans le diagnostic des douleurs des pieds. Elle permet également de dépister certains troubles de la statique.

La podoscopie est au podologue ce que le stéthoscope est au cardiologue : indispensable ! Cet examen permet d’analyser la voûte plantaire et les appuis, autrement dit l’empreinte plantaire. Il se pratique donc pieds nus, debout, tête et buste droits. Statique, il n’étudie donc pas la nature des appuis lors de la marche. Pour autant, certaines anomalies de la voûte et la nature des appuis permettent d’extrapoler les appuis qui seront privilégiés lors de la marche.

Hypovascularisation

Le podoscope est un système de visualisation du dessous des pieds par un miroir éclairé pourvu d’une vitre très épaisse destinée à supporter le poids du corps. Le principe est simple : lors de l’appui, les zones comprimées blanchissent par un effet d’hypovascularisation car le sang n’arrive plus, à l’instar des doigts qui blanchissent au froid. Le podoscope analyse le contraste entre les zones d’appuis comprimées et blanches et les zones roses, sans contact donc.

Analyse des appuis plantaires

La podoscopie permet d’analyser les appuis plantaires, autrement dit les contraintes déterminées par le contact entre la vitre et le pied, comme des empreintes de pieds sur le sable mouillé. On peut donc diagnostiquer les pieds creux (pas de contact sur l’extérieur du pied) ou encore les pieds plats (absence de voûte plantaire). Cet examen permet également de comparer les deux pieds. Bien souvent, les appuis diffèrent et les éventuelles corrections nécessaires peuvent donc être asymétriques.

Du simple podoscope…

Plusieurs modèles existent, du simple podoscope classique à lumière directe qui éclaire le miroir jusqu’aux podoscopes à lumière polarisée, à led, à éclairage fluorescent vert et tangentiel qui permettent de mieux analyser l’hypovascularisation. Il existe également des podoscopes numériques, reliés à un ordinateur, qui scannent la voûte plantaire et permettent une meilleure analyse de la statique et la comparaison des images d’une consultation à l’autre.

… au podoscope électronique

Le podologue peut également analyser l’appui plantaire grâce au podoscope électronique, relié à un ordinateur pourvu d’un logiciel informatique dédié. Il est équipé de capteurs de pression qui mesurent la répartition exacte des charges. Les zones à fort appui sont en rouge, celles à faible appui sont en bleu. Cet examen permet une approche plus scientifique de l’appui, utile notamment dans le sport, et l’étude plus précise du centre de gravité et de la stabilité posturale d’un individu.

Semelles de correction

Le podoscope permet également de valider les solutions d’appui proposées par le podologue. Avant la fabrication des orthèses (semelles), il va tester la correction en glissant des cales (talonnette, rehaussement, comblement…) sous la voûte plantaire pour compenser un défaut et analyser les conséquences en matière d’appui. Il peut aussi valider les nouvelles semelles lorsqu’elles ont été fabriquées.

Indications

• Douleur du pied en position debout
• Suspicion de trouble statique
• Douleurs des articulations à distance (cheville, genou, hanche, bassin, colonne vertébrale…) ou des membres (jambe, cuisse)
• Conséquence d’une prise de poids
• Douleurs ou troubles de la marche
• Bilan sportif (course à pied, sports d’appui...).

 

Paru dans le : 

Voir aussi : 
Dans la boutique : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer