Docteur Yoga

Rubrique

Pratiquer le yoga pour se soigner, c’est possible ? Sans aucun doute, si l’on prend la précaution de ne pas négliger les précieux conseils du corps médical. Voici quelques postures-clés facilement adaptables aux cas les plus courants. Nous sommes tous concernés.

Le yoga, comme toute activité corporelle, doit être testé avant d’être adopté. Chaque personne étant différente, il revient à cette différence de ressentir en elle-même et par elle-même ce qui lui convient. Il n’est plus ici question de suivre aveuglément un phénomène de mode ou les suggestions des amis, mais de savoir rejoindre la méthode, le cours et le professeur adaptés à la sensibilité et au fonctionnement profond du futur pratiquant.

Le yoga agit sur toutes les parties du corps en assouplissant et renforçant les muscles, les tendons et les articulations. Une pratique bien dirigée détend le système nerveux en le libérant des tensions tout en facilitant les circulations sanguines et lymphatiques. Pour autant, le yoga dépasse largement l’aspect sportif quand il se trouve relié à l’aspect spirituel de ses origines. Il serait regrettable d’amputer sa pratique en occultant les bienfaits de son rayonnement intérieur. Docteur Yoga traite le corps en prenant soin de l’esprit.

La harpe mentale

Comment faire pour trouver la paix de l’esprit ? La réponse est très simple, il s’agit d’harmoniser ses pensées et d’adoucir ses sentiments en accord avec les ressentis émotionnels. Faire de son mental une harpe dont on extrait des sons angéliques. Cela ne peut s’accomplir sans l’aide de formules appropriées.

Les enseignements du yoga issus de la tradition fondamentale sont rassemblés dans les textes hindouistes sous l’intitulé : “Mâhâbharata”. Ses composés insistent sur l’influence d’une conduite de vie intérieure propice à instituer l’ordre et la sérénité comme base absolue de résultats correspondant à l’attente.
C’est entre 200 et 500 av. J.-C. qu’un ensemble d’érudits sous le nom générique de Patanjali (ils furent une dizaine de sages à porter ce nom) s’employèrent à construire une échelle de données de sagesse dénommée : “Yoga Sûtra”, à mettre en pratique au quotidien.
Brièvement, on y relève une manière de vivre non-violente prônant l’intégrité et la bienveillance en tous points dans l’ouverture et l’équanimité du cœur. L’adaptation aux règles sociales inclut le savoir être satisfait de ce que l’on possède, l’ardeur au travail en tant que participation aux efforts du monde, la bonne éducation et le respect de son corps autant que de son esprit.

L’art postural du yoga vient s’ajouter à ces principes (et non le contraire), car la santé et le bien-être du corps ne peuvent être envisagés durablement sans la base d’un mental solide et d’un émotionnel maîtrisé. La pratique physique du yoga comprend toujours l’entraînement respiratoire qui permet d’alimenter et de régénérer la vie organique et psychique de l’être.
Toute cette démarche déjà pourtant bien entamée serait insuffisante sans le travail proprement dit de l’esprit favorisé par l’introspection, la concentration et la contemplation. Oser regarder en soi clairement mais sans jugement culpabilisant, prendre le temps de réfléchir et d’évaluer son comportement au regard des bases précitées et s’appliquer à élever sa conscience vers le beau, le grand, le pur et le lumineux, telles sont les étapes qu’il convient de franchir pour parvenir à soigner ses douleurs mentales et ses souffrances existentielles.

Le point ultime d’application se trouve dans la pratique de la méditation, pratique dont on parle beaucoup sans toujours bien savoir comment l’appliquer ou sans prendre le temps de se rendre disponible à son usage.
C’est en recherchant le silence intérieur que l’on peut entendre les sons de l’harmonie céleste vibrer dans l’univers de l’âme.

Les postures qui soignent

• La posture de la chaise, Utkatâsana

Cette âsana (posture de yoga) renforce les muscles des cuisses et tonifie le dos.

En partant de la position debout, pieds joints, inspirez en levant vos bras pour encadrer votre tête, paume contre paume. Puis expirez lentement en fléchissant vos genoux tout en penchant votre buste légèrement en avant. Gardez cette attitude environ une minute en respirant calmement.

• La posture du Triangle

1. Utthita Hasta Pâdâsana : inspirez en ouvrant largement les jambes et les bras à l’horizontale tout en maintenant vos pieds parallèles et vos omoplates serrées l’une contre l’autre. Expirez en ouvrant un pied vers l’extérieur tout en gardant l’autre tourné vers l’intérieur dans sa place initiale,

2. Utthita Trikonâsana : puis basculez votre buste vers la jambe qui est tournée vers l’extérieur en levant un bras vers le ciel et en poussant l’autre vers la terre, jambes tendues. Pour faciliter la descente au sol, prenez soin de placer un support à l’arrière de votre pied ouvert de manière à pouvoir vous y appuyer sans effort. Restez dans cette attitude en respirant calmement environ 30 secondes. Puis tournez doucement votre tête vers le haut pour concentrer votre regard sur la paume de votre main ouverte. Inspirez pour remonter en allongeant davantage votre bras comme si un ange vous tendait sa main pour saisir la vôtre et vous attirer vers le ciel. Expirez en remontant lentement puis détendez-vous quelques secondes avant de reprendre de l’autre côté.

Bienfaits de la posture : l’ouverture des hanches suffit à étirer en profondeur les muscles des cuisses et des fessiers qu’elle renforce. L’ouverture du thorax étire à son tour les muscles latéraux des flancs, permettant une respiration plus large et plus profonde.

Deux postures pour réduire les douleurs du dos

• La posture du Chat, Marjâryâsana

Prenez une large inspiration et laissez-vous expirer longuement pendant que vous baissez votre tête et que vous arrondissez le dos comme les chats le font si bien. Observez le soulagement des tensions par l’allongement de la nuque que vous ne forcez pas, et l’étirement du bassin dans le prolongement vertébral. Dix fois de suite lentement.

• La posture de l’Enfant, Bâlâsâna

L’enfant sait se détendre naturellement. Les jambes et les pieds réunis, inspirez en vous asseyant délicatement sur vos talons et plongez votre buste doucement vers l’avant en expirant. Les bras restent le long du corps, paumes des mains face au ciel. Lorsque votre front touche le sol, respirez quelques instants dans la position immobile. Puis, toujours en appui sur le front, tournez votre tête vers la droite, le temps d’un aller-retour respiratoire, puis vers la gauche. Comme un bébé dans son berceau, laissez-vous aller à votre bien-être le temps que vous voulez.

Pratiqué depuis des millénaires, on peut considérer que le yoga a fait ses preuves en matière de soulagement du stress et d’accompagnement vers le mieux-être. De nombreuses études scientifiques mettent en avant les bénéfices incontestables d’une pratique bien dirigée et donc bien vécue.

*

 

*

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mon cahier de réflexologie plantaire
Cuisiner autrement en automne