Immunité...

... plus jamais malade grâce à un exercice simple !

Notre immunité dépend d’un grand nombre de paramètres – alimentation, sommeil, environnement… –, mais l’activité physique pourrait bien en être l’un de ses soutiens majeurs.

Notre armée personnelle veille sur nous et, même, nous sauve la vie des milliers de fois chaque jour. Une plaie, un virus, un champignon, des cellules cancéreuses… tout peut dégénérer très vite en infection ou maladie incontrôlable si notre immunité s’affaiblit. Or, s’il existe différents moyens de soutenir notre système immunitaire – alimentation saine et bonne pour le microbiote intestinal, plantes, huiles essentielles, vitamines et minéraux, repos… – l’activité physique semble faire partie des plus efficaces. Toujours bon à prendre à l’approche de la mauvaise saison !

Quand le mouvement rend plus fort

Le mouvement agit sur l’immunité par divers biais, l’un d’entre eux étant un bon entretien des veines et artères et donc une meilleure circulation du sang. C’est-à-dire l’assurance que nos soldats immunitaires et autres molécules de réparation ou de « nettoyage » arrivent vite et bien sur « site ».
Il assure aussi le maintien de la masse musculaire et une réduction de la masse grasse, donc du risque de surpoids, ces deux derniers diminuant nos défenses et augmentant le risque de développer certains cancers et/ou des maladies métaboliques.
Il permet également d’entretenir l’amplitude respiratoire, et l’on sait qu’au contraire, toute « réduction » respiratoire est associée à une longévité moindre et un plus grand risque de maladie.

Concernant spécifiquement la protection autour du cancer, le sport est bénéfique avant, pendant et après la maladie, notamment pour le cancer du sein. Ainsi, les patients sportifs supportent mieux leur traitement et conservent davantage de muscles, donc une meilleure immunité.
Des études ont prouvé que le sport après un cancer réduisait le risque de récidive, notamment en optimisant carrément l’efficacité de notre immunité : le groupe des « sportifs » ont davantage de lymphocytes T naïfs (= des soldats d’élite) et moins de lymphocytes T vieillissants (= peu efficaces).
Selon les chercheurs, tout le monde devrait faire de l’activité physique une priorité quotidienne, tout spécialement les personnes en rémission (cancer…) ou fragilisées par une maladie quelle qu’elle soit.

Nous parlons bien ici d’activité raisonnable. Car le sport excessif, au contraire, abîme et affaiblit l’immunité ; les sportifs de haut niveau en font souvent les frais. Les entraînements trop fréquents et/ou trop intenses fragilisent, réduisent les lymphocytes T et exposent à davantage de maladies, infections, blessures.

Fractionné super immunité, mode d’emploi

Alors que pratiquer, comment et combien ?
L’essentiel est de bouger, et de « réveiller » sa circulation. Une activité de type cardio est par conséquent recommandée. Si vous partez de zéro, commencez par marcher 30 mn par jour durant 1 semaine, puis 1 h par jour la semaine suivante, puis 1 h 30 celle d’après. Quand vous aurez retrouvé une belle mobilité, lancez-vous dans le fractionné, quelle que soit votre loisir sportif de prédilection. Le fractionné fonctionne aussi bien avec la marche sportive que la natation, le vélo, la course à pied…

Plusieurs niveaux d’intensité

Le principe est toujours le même. Il s’agit d’alterner un rythme « cool » (dit « modéré » ou « de récupération ») avec un rythme intense.

*

Les débutants commencent par le célèbre 30/30 : 30 secondes modérées, 30 secondes « le plus vite possible ». Une fois les sensations acquises, et surtout sans jamais se brusquer, on peut passer à des architectures plus longues, comme 3/3 (3 minutes/3 minutes), même logique. Dans l’idéal, dehors, car la lumière et l’air frais ont aussi leur mot à dire pour votre défense.

Quel que soit le rythme choisi, pensez à toujours, toujours vous échauffer 5 (experts) à 10 (débutants) bonnes minutes, à un rythme tranquille/modéré.

L’objectif : augmenter lentement mais sûrement le rythme cardiaque. Puis pendant 3 minutes, accélérez en allant 2 fois plus vite. Retour au calme en divisant le rythme par deux durant 3 minutes… et repartez sur 3 minutes « à fond ». Puis une fois vos « cycles terminés », finissez sur quelques minutes très lentes.

Une à deux séances de fractionné par semaine suffisent pour maintenir le corps et l’immunité en état d’éveil. Les autres jours, marchez, bougez, jardinez… le plus est le mieux !

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les plantes qui guérissent (Poche)
Mon cahier de Lithothérapie pour soigner les enfants avec les pierres
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet