Mon chat fait une occlusion

À l'automne, tous les voyants sont au rouge pour que ça « bouchonne » sur le plan digestif…

Au retour du mauvais temps, certains chats préfèrent tenir compagnie au radiateur plutôt qu'à l'herbe détrempée. Mais cette élévation artificielle de la température ambiante favorise la perte de leurs poils. Et comme un chat à la maison en profite pour faire une toilette méticuleuse, ce sont autant de poils avalés en plus ! Le manque d'activité de plein air peut avoir une autre conséquence : un transit digestif ralenti et/ou une tendance à manger davantage si le chat s'ennuie, voire à boulotter toutes sortes d'éléments impropres à la consommation : ficelles, tissus, etc. Pour peu qu'il s'agisse d'un chat « petit buveur », son système digestif est soumis à rude épreuve.

Des signes qui ne trompent pas

• À faire

Le surveiller ! Tant que son transit fonctionne, le chat vaque à ses activités habituelles : se toiletter, manger, chasser, jouer, dormir. Mais lorsque l'occlusion est avérée, le chat reste prostré et refuse de boire ou de manger. Il bave et/ou vomit et n'a plus aucune selle, ni même de gaz.

• Mauvaise idée !

Son ventre est douloureux et la pire réaction serait d'appuyer dessus.

• Le bon réflexe

À ce stade (urgence vétérinaire), il faut l'hospitaliser. Le vétérinaire réalise une radiographie abdominale, met le chat sous perfusion et, si l'occlusion n'est pas totale, tente un traitement médical pour évacuer les selles. Mais si l'occlusion est avérée, il n'a pas d'autre choix que d'opérer.
Après l'intervention, un traitement homéopathique, Arnica et Phosphorus en 9 CH, à raison de 3 granules deux fois par jour, l’aident à se remettre plus vite.

*

Tout est dans l'anticipation

• À faire

Ce scénario catastrophe n'a rien d'inéluctable. Déjà, pour éviter qu'il n'avale trop de poils, rien ne vaut un bon brossage quotidien et ce, d'autant plus qu'il a des poils longs. Pour faciliter le transit des boules de poils, il existe des pâtes spéciales à lui donner d'office en cette période à risque : il faut bien lire la composition car toutes ne sont pas naturelles. On trouve aussi de l'huile de paraffine sous forme de pâte (laxatone) : posée sur la patte du chat, il va la lécher pour se toiletter et le tour est joué. Alternative possible : en mettre dans sa pâtée.

*

Ne pas négliger une  simple constipation

• À faire

Quand tout va bien, un chat a bon appétit et va à la selle une ou deux fois par jour contre seulement une fois tous les deux, trois, quatre jours en cas de constipation. Bien qu'il n'aime pas se sentir observé dans ce moment d'intimité, s'assurer qu'il y arrive sans effort est bien utile. En effet, en cas de constipation, il doit forcer et ses selles sont sèches et dures. Évidemment, s'il fait ses besoins à l'extérieur, ce premier signal d'alerte passe complètement inaperçu : dans ce cas, c'est un manque d'appétit et une certaine léthargie qui peuvent donner l'alerte. Les chats en surpoids et sédentaires sont davantage à risque, tout comme les chats nourris exclusivement aux croquettes et qui ne boivent pas suffisamment. Chez ces chats à risque, mieux vaut passer à une alimentation ménagère riche en fibres ou à une alimentation humide (pâtées). Les remettre au sport n'est pas toujours une mince affaire, mais ces minets gourmands refusent rarement de courir après une croquette et c'est toujours mieux que de se contenter de les déposer dans une gamelle !

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Cuisiner autrement en hiver
Le jeûne : mode d’emploi
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?