En cas de maux d’estomac...

... des recettes naturelles
Rubrique

Une sensation de brûlure envahit soudainement vo­tre gorge. Pourtant, vous n’avez ni angine, ni rhume. Cela doit être certainement des remontées acides venant de l’estomac qui cheminent jusque dans l’œsophage.

Elles se produisent en général au moment de la digestion. Les causes peuvent être multiples, soit inhérentes à une hernie, à un reflux gastro-œsophagien, à la bactérie helicobacter pylori, à la prise de certains médicaments ou, tout simplement, à une alimentation trop riche, trop grasse et/ou trop arrosée.

Mais cela peut être dû aussi au stress ou à ce que vous vivez en ce moment, car si de l’aigreur ou des bouffées d’amertume envahissent votre psyché, il se peut que cela ait une répercussion sur votre physique, comme des aigreurs d’estomac. Il faut alors soigner votre mental.

Pour l’alimentation, évitez le gras ou les fritures, l’alcool et le tabac, les jus de fruits acides, les sodas, les excès de café ou de thé. Ne consommez pas de fruits crus en fin de repas. Attendez au moins deux heures après vos agapes avant de vous allonger.

Et si vous avez abusé de certains mets et nectars et que vous crachez du feu, buvez des tisanes qui vont éteindre cet incendie. Pour tout ce qui est de l’ordre de l’ulcère ou d’un reflux œsophagien récurrent, un suivi médical adapté est indispensable.

Réduisez l’acidité...  

Bien que contenant de l’acide salicylique (et que l’aspirine en soit une copie de synthèse), la reine-des-prés, Filipendula ulmaria, est un anti-acide gastrique naturel. Préparez-la en infusion en portant à ébullition un litre d’eau que vous laisserez reposer dix minutes avant d’y ajouter 50 g de sommités fleuries. Couvrez, laissez infuser un quart d’heure et buvez deux tasses dans la journée. Vous pouvez également faire des cures de vingt jours de gel buvable d’aloe vera cicatrisant (deux cuillerées à soupe par jour en dehors des repas) ou de jus de choucroute lacto-fermenté (un verre par jour loin des repas).

Luttez contre les brûlures...

L’aunée : Inula Helenium

La grosse racine charnue de l’aunée, récoltée lorsqu’elle a deux à trois ans, sent délicieusement la violette une fois séchée. Elle calme les aigreurs et les brûlures d’estomac, et son amertume augmente le volume des sécrétions biliaires.

Le basilic : Ocimum Basilicum

Antispasmodique reconnu depuis l’Antiquité, le basilic est efficace contre les spasmes gastriques.

Infusion : dans une tasse d’eau bouillante, jetez 3 à 5 g de feuilles de basilic ou 30 g pour un litre d’eau bouillante. Couvrez, laissez infuser dix à quinze minutes, filtrez et buvez une tasse après les deux repas principaux.

La petite centaurée : Centaurium Erythraea

*

La plante entière amère est un excellent tonique contre les maux d’estomac, dont les aigreurs.

Infusion : versez 10 à 30 g de plante sèche dans un litre d’eau bouillante ou une cuillerée à soupe dans un quart de litre. Couvrez, laissez reposer un quart d’heure, filtrez, sucrez et buvez trois tasses par jour avant ou loin des repas.

Le serpolet : Thymus Serpyllum

... Et tapissez d’un film protecteur les muqueuses irritées  

Les plantes ci-après protègent les muqueuses gastrique et intestinale contre l’excès d’acidité car elles contiennent des mucilages qui les tapissent.

La réglisse : Glycyrrhiza glabra

L’utilisation de la réglisse contre les ulcères et les gastrites est très courante. Outre son film protecteur, elle est sédative et calme les douleurs. Seule contre-indication, elle doit être prise ponctuellement car sa consommation répétitive peut provoquer de l’hypertension. Elle est donc déconseillée aux personnes souffrant de cette pathologie.

Infusion : jetez deux à trois cuillerées à soupe de réglisse dans un litre d’eau bouillante. Couvrez, patientez quinze minutes et buvez deux tasses dans la journée.

Décoction : versez 40 à 50 g de racines sèches dans un litre d’eau bouillante. Portez à ébullition et, aux premiers bouillons, diminuez votre feu pour laisser frémir pendant un quart d’heure. Filtrez et buvez dans la journée.

Boisson : faites macérer pendant 24 heures, dans un pot en terre ou en verre, 40 g de réglisse dans un litre d’eau froide. N’oubliez pas de couvrir afin d’éviter que la poussière et les insectes ne se déposent dans votre macération. Puis, faites bouillir 20 g de racines de chiendent dans un litre d’eau pendant vingt minutes. Filtrez, laissez re­froidir complètement avant de l’incorporer à la macération de réglisse. Ajoutez du miel et buvez un à deux verres dans la journée.

Le chiendent : Agropyron Repens

Décoction : dans un pot en verre ou en terre, déposez 40 g de rhizome de chiendent et versez un litre d’eau froide. Couvrez, patientez deux heures, mettez le tout à bouillir pendant une minute puis jetez l’eau, mais pas les rhizomes. Ajoutez de nouveau un litre d’eau, faites bouillir un quart d’heure et, hors du feu, laissez infuser jusqu’au refroidissement. Filtrez et buvez deux tasses par jour après les repas.

La mauve : Malva Sylvestris

La guimauve : Althea Officinalis

et le lichen d’islande : Cetraria Islandica

L’amande : Prunus Dulcis

L’huile contenue dans les amandes dépose une pellicule protectrice sur la paroi de l’estomac, elle est conseillée lors d’ulcères gastriques. Il semblerait que la consommation régulière d’amandes douces (5 à 10 dans la journée) soit efficace contre les brûlures gastriques.
Vous pouvez aussi essayer le sirop d’orgeat (le vrai, fait avec des amandes) ainsi que le lait d’amande alcalinisant.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Cuisiner autrement en hiver
Le jeûne : mode d’emploi
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?