Effets secondaires des statines

Rubrique

Cette lettre était adressée à Didier Le Bail

« Je vous écris pour mon compagnon. Il a fait un AVC facial en 2014. Son docteur lui a prescrit un comprimé de Simvastatine 40 mg et un sachet de Kardégic 160 mg par jour. Il a suivi la rééducation préconisée. Il a quelques séquelles : une perte de la force de la voix, une difficulté à déglutir, un manque d’entrain.

Après la prise de Simvastatine, il a eu beaucoup d’effets secondaires : constipation, crampes fréquentes, troubles du sommeil, flatulences, mal aux muscles. Il a pris connaissance de la notice et il en a parlé à son médecin qui lui a déconseillé de la lire, et selon lui, c’est le seul médicament qu’il peut lui prescrire.

Mon compagnon lui a demandé de diminuer le dosage. Le docteur a accepté et lui a prescrit un cachet de Simvastatine 10 mg/20 mg. Mon ami ne boit pas d’alcool, il n’a jamais fumé et ne fait pas d’excès. Il y a quelques jours, il a regardé à la télévision un sujet concernant les statines. Il a été sidéré des dégâts qu’elles pouvaient faire (…). Existe-t-il une alternative à cette Simvastatine qui génère trop d’effets secondaires ? Merci. »

 Mme V. de Haute-Savoie

Merci de votre confiance. Je ne suis pas médecin, simplement naturopathe, et à ce titre, je ne suis nullement habilité à me substituer à son médecin et à lui proposer une « alternative » aux statines.

Pour diminuer les effets indésirables des statines – notamment ceux affectant les muscles (douleurs, crampes…) –, il faut se supplémenter en coenzyme Q10 à raison de 100 mg par jour jusqu’à nette amélioration, puis éventuellement réduire la dose de moitié. La coenzyme Q10 – surtout connue comme anti-âge et antifatigue – peut être prise au long cours. À cause d’une histoire de compétition enzymatique, les statines ont pour effet de diminuer plus ou moins les taux de coenzyme Q10 dans l’organisme, ce qui génère le « manque d’entrain » et les désagréments musculaires dont il est victime. Privilégiez la prise de coenzyme Q10 sous forme ubiquinol. 

Autre point important : vérifier le taux de vitamine D. Une très récente méta-analyse d’études cliniques réunissant au total près de 7000 patients a mis en évidence un risque 5 fois et demie plus important de récidive d’AVC en cas de carence en vitamine D (taux inférieur à 12 ng/ml). Demander un dosage sanguin de la vitamine D à votre laboratoire d’analyses. Si le taux est inférieur à la valeur plancher de 30 ng/ml, il faudrait acheter du ZymaD en gouttes à la pharmacie et prendre 10 gouttes par jour pendant quelques mois puis faire un dosage de contrôle. Comme son taux se situe très certainement en dessous de 30 ng/ml, vous pouvez tout aussi bien zapper le dosage initial et commencer de suite la cure de vitamine D.

Enfin, un essai clinique contrôlé et randomisé publié en 2017 dans la revue de référence BMJ, montre que la prise de ginkgo biloba pendant 6 mois minimum en plus de celle d’aspirine (100 mg par jour), après un AVC ischémique, réduit les déficits neurologiques et cognitifs. Le médicament Tanakan contient du ginkgo biloba hautement concentré en actifs. La posologie standard est de 1 comprimé 3 fois par jour à prendre pendant les repas. S’il ressent une baisse de ses performances cognitives, il pourrait donc tirer bénéfice à prendre du ginkgo biloba. Mais avant tout ça, l’important est d’en parler à son médecin, à qui reviendra la décision finale.

Didier Le Bail

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de bien-être aux 4 saisons
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Bien manger sans cuisiner
Les compléments alimentaires qui guérissent