Vérifiez votre champ visuel...

... pour une conduite plus sûre
Rubrique

Le champ visuel, autrement dit la vision latérale, est essentiel dans la vie de tous les jours, qu’il s’agisse de traverser une route ou de conduire un véhicule.

Vérifier la vue ne se limite pas à contrôler l’acuité visuelle en lisant des petites lettres sur un panneau. Il s’agit également d’évaluer le champ visuel, c’est-à-dire la capacité à voir sur les côtés tout en regardant droit devant soi (vision axiale). C’est la vision latérale. Le champ visuel englobe donc toute la partie de l’espace extérieur perçu par les deux yeux en vision axiale.

Au volant, mais pas seulement

Le champ visuel est sollicité en permanence au volant d’une voiture, mais aussi en traversant une rue à pied ou en vélo et dans de nombreuses autres activités de la vie quotidienne (sports, loisirs…) ou professionnelle (ateliers…). Mal voir sur les côtés expose aux accidents, lorsqu’on ne voit pas le danger venir. D’où l’intérêt, d’ailleurs, des voitures équipées de rétroviseurs à grande surface diminuant le phénomène d’angle mort et de l’absence de montants latéraux gênant la vision latérale.

Particularités anatomiques

Le champ visuel binoculaire (avec les deux yeux) diffère selon les individus. Tout dépend en effet de la taille du globe oculaire, de l’importance de l’arête nasale et de l’anatomie de l’orbite, sachant que certains ont des yeux plus « enfoncés » ou plus saillants que d’autres et que certains individus ont une arête nasale proéminente.

Champ visuel normal

En pratique, chaque œil en vision axiale fixe est capable de discerner les objets situés autour de 94° à 110° sur les côtés à partir de l’axe du nez. Rappelons que l’arête nasale empêche chaque œil de tout voir de l’autre côté. De ce fait, la vision latérale devient monoculaire (vision avec un seul œil) au-delà de 60°. 

Chaque œil prend donc en charge la vision des 30 à 40° d’angles latéraux restants sur son côté. « Perdre un œil » (œil non fonctionnel) entraîne donc une réduction du champ visuel d’au moins 30°, soit un champ total de 150°-160° pour l’œil indemne. On voit bien au-delà du nez avec un seul œil (faites l’expérience), mais on ne peut pas couvrir les 30 derniers degrés car le nez et l’enfoncement de l’œil dans son orbite nous en empêchent.

Réglementation

En matière de conduite, il y a incompatibilité si le champ visuel binoculaire horizontal est inférieur à 120°. On peut donc conduire avec un seul œil, mais s’il est parfaitement fonctionnel.

Testez-vous !

À défaut de consulter un ophtalmologue, il est possible de tester sommairement son champ visuel. Il suffit de se coller dos contre un mur, bras en croix, de regarder droit devant soi et de bouger ses index. L’absence de perception de mouvement indique une diminution
d’amplitude du champ visuel. 
Il est donc largement temps de consulter. 

Les autres ennemis de la vision latérale

L’âge. Le champ visuel a tendance à se réduire, sans parler du glaucome et de l’apparition de poches et autres affaissements des paupières supérieures qui y contribuent également.

Le tabagisme. Fumer une cigarette diminue le champ visuel pendant une vingtaine de minutes. Responsable : le monoxyde de carbone présent dans la fumée.

Les tumeurs cérébrales.

L’arthrose cervicale. Liée le plus souvent à l’âge, l’arthrose cervicale limite la rotation des vertèbres, avec pour conséquence de moins tourner la tête, d’où un risque accru d’accident, a fortiori lorsque le champ visuel est également réduit.

La vitesse. Le champ visuel diminue naturellement avec la vitesse, comme si l’on regardait à travers un entonnoir. Ainsi, il passe de 180° à l’arrêt, pour 100° à 40 km/h, 75° à 70 km/h et 45° à 100 km/h.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Mon cahier des Fleurs de Bach
Produits chimiques : l'overdose
Mon cahier de gemmothérapie