Sept bons réflexes pour éviter de se transmettre une infection !

Certaines infections sont transmissibles entre humains et animaux. Des gestes barrières permettent de s'en protéger. 

Des bactéries, plus rarement des virus, peuvent être impliqués dans des contaminations des animaux vers les humains, ou inversement. Beaucoup plus rarement, il peut s'agir d'un champignon. Lorsque nous partageons un même espace vital, quelques précautions de base sont à prendre, en plus d'adopter une alimentation saine pour doper les défenses immunitaires.  

1. Redoubler d'hygiène quand il y a un malade

Les infections de l'hiver (grippe saisonnière, gastro-entérite, rhume, etc.) sont rarement contagieuses d'un humain au chat ou au chien. Néanmoins, un coryza (viral) surinfecté par une bactérie chez un chat peut être transmis à l'Homme. Et quelques cas exceptionnels de coronavirus ont été transmis par des propriétaires à leur chat. Pour limiter les risques de contagion, même s'ils sont rares, il faut se laver les mains au savon après avoir toussé, s'être mouché, éternué, touché un animal, etc., passer souvent l'aspirateur dans les parties communes et laver à grande eau les sols carrelés (en ajoutant quelques gouttes d'huile essentielle de lavande pour assainir avant de rincer). 

2. Aérer davantage les pièces de vie communes

Dans les poumons d'une personne, il passe environ 5,4 millions de litres d'air et tous les polluants qui s'y trouvent, ce qui est colossal. On comprend mieux pourquoi aérer dix minutes par jour, tous les jours de l'année, pour « diluer » la pollution et les germes, est vital, a fortiori en présence d'un petit ou grand malade à deux ou quatre pattes. 

3. Éduquer son animal pour qu'il ne morde pas et ne griffe pas

Un animal qui mord ou qui griffe peut transmettre une bactérie. C'est même la première cause de pasteurellose et de maladie des griffes du chat (due à une autre bactérie, Bartonella henselae). Or, ces deux maladies transmissibles de l’animal à l’humain (zoonoses) sont relativement fréquentes. 

4. Prendre des gants pour laver les terrariums

Les amoureux des lézards, grenouilles, serpents et animaux à sang froid peuvent être contaminés par des salmonelles, omniprésentes dans un terrarium.

5. Ne pas caresser un animal qui perd ses poils 

Il pourrait bien avoir la teigne (due à un champignon), une affection très contagieuse ! La plupart des animaux à fourrure peuvent en être atteints sans que cela se voit forcément, sauf chez l’Homme (plus souvent un enfant) chez qui la teigne provoque des plaques rouges et arrondies sur la peau ou des pertes de cheveux inexpliquées, par plaques. Chez l’humain comme chez l’animal, les traitements antifongiques sont relativement efficaces, mais il faut en prendre pendant des semaines.
Il existe un autre champignon, beaucoup plus rarement impliqué dans les infections transmissibles du chat à l'Homme : c'est Aspergillus felis. Chez le petit félin, ce champignon provoque des pseudo-tumeurs des sinus alors que chez l’Homme, il entraîne plutôt une infection pulmonaire réfractaire aux traitements habituels.

6. Vacciner un animal qui se baigne dans les mares, contre la leptospirose

Le vaccin n'a aucune utilité chez un chien ou un chat qui déteste l'eau. En revanche, pour un chien qui se baigne fréquemment dans les mares et les étangs, la question ne se pose pas.
Et le simple fait de s'occuper de son chien peut suffire à attraper la bactérie : chez l'Homme, les risques de mortalité sont bien moindres, mais cette maladie peut se compliquer d'un syndrome hémorragique dans 20 % des cas. 

7. Ne pas fumer en présence d'animaux

Tout comme la fumée du tabac peut finir par diminuer grandement les défenses immunitaires locales ORL et respiratoires des humains, elle a une action délétère chez l’animal qui vit à côté. 

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de réflexologie plantaire
Ma bible de la phytothérapie
Mon cahier d’Homéopathie personnalisée
Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science