Lichen scléreux vulvaire

Rubrique

Réponse dans le magazine Rebelle-Santé n° 228

« Je souffre d'un lichen scléreux depuis un an à peu près. J'ai lu plusieurs témoignages et j'ai pu mettre en place mon propre traitement qui a été efficace dès la première application. J'ai ressenti un soulagement incroyable instantanément.

J'ai commencé par appliquer de l'huile d'olive sans modération toute la journée. J'ai couvert  d'essuie-tout ou d'une compresse. Le soir avant d'aller dormir, je préparais un cataplasme d'argile verte surfine que je gardais toute la nuit. Et ceci, pendant deux mois consécutifs. Attention, les premières applications d'argile peuvent accroître les démangeaisons en fonction de votre état mais surtout continuez le traitement.

Au bout d'une semaine, je n'avais plus aucun symptôme de cette maladie. Aujourd'hui, j'ai des crises à peu près une fois par semaine. Je sens des picotements très légers et de suite j'applique de l'argile verte en cataplasme et tout disparaît. Les crises s'espacent de plus en plus. J'espère que dans quelque temps je reviendrai pour vous dire que je suis guérie.

J'espère que mon témoignage vous aidera. Courage à toutes et surtout armez-vous d'une grande patience. » 

Mme D. sur le forum du site Rebelle-Santé

Réponse dans le magazine Rebelle-Santé n° 229

« De plus en plus de femmes, de tous âges, avec ou sans sexualité, avec ou sans régime alimentaire spécifique (végétarien, sans gluten, sans lactose...) connaissent ce problème douloureux et envahissant. J'en ai fait partie et j'ai essayé de nombreux traitements plus ou moins naturels. Il peut être vécu comme un déchirement du tissu génital mais en fait il s'agit de sur-croissance du tissu. Sa valeur symbolique est celle du sexe féminin en frustration compétitive du phallus. Uriner debout par exemple dans le sentiment du jet puissant que la femme peut aussi projeter est l'une des pistes à suivre pour lever cette censure de la vulve, cette insécurité et crainte du pouvoir de l'homme. Il n'est cependant pas du tout question de vouloir rivaliser avec le sexe masculin. Juste jouer à retrouver la période de notre enfance où la différence était passionnante et où les statuts ne nous dénaturaient pas encore. Sans cela, nous perdrons toutes joies créatrices ainsi que notre puissance de femme. Amusons-nous des différences. J'ai retrouvé une sexualité épanouie et sans déchirure. » 

Clem sur le forum du site de Rebelle-Santé

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

L'Alimentation santé en pratique
Mon cahier de botanique
Mon cahier de lithothérapie
Et si vous faisiez tout vous-même?