Lichen scléreux vulvaire

Rubrique

Réponse dans le magazine Rebelle-Santé n° 228

« Je souffre d'un lichen scléreux depuis un an à peu près. J'ai lu plusieurs témoignages et j'ai pu mettre en place mon propre traitement qui a été efficace dès la première application. J'ai ressenti un soulagement incroyable instantanément.

J'ai commencé par appliquer de l'huile d'olive sans modération toute la journée. J'ai couvert  d'essuie-tout ou d'une compresse. Le soir avant d'aller dormir, je préparais un cataplasme d'argile verte surfine que je gardais toute la nuit. Et ceci, pendant deux mois consécutifs. Attention, les premières applications d'argile peuvent accroître les démangeaisons en fonction de votre état mais surtout continuez le traitement.

Au bout d'une semaine, je n'avais plus aucun symptôme de cette maladie. Aujourd'hui, j'ai des crises à peu près une fois par semaine. Je sens des picotements très légers et de suite j'applique de l'argile verte en cataplasme et tout disparaît. Les crises s'espacent de plus en plus. J'espère que dans quelque temps je reviendrai pour vous dire que je suis guérie.

J'espère que mon témoignage vous aidera. Courage à toutes et surtout armez-vous d'une grande patience. » 

Mme D. sur le forum du site Rebelle-Santé

Réponse dans le magazine Rebelle-Santé n° 229

« De plus en plus de femmes, de tous âges, avec ou sans sexualité, avec ou sans régime alimentaire spécifique (végétarien, sans gluten, sans lactose...) connaissent ce problème douloureux et envahissant. J'en ai fait partie et j'ai essayé de nombreux traitements plus ou moins naturels. Il peut être vécu comme un déchirement du tissu génital mais en fait il s'agit de sur-croissance du tissu. Sa valeur symbolique est celle du sexe féminin en frustration compétitive du phallus. Uriner debout par exemple dans le sentiment du jet puissant que la femme peut aussi projeter est l'une des pistes à suivre pour lever cette censure de la vulve, cette insécurité et crainte du pouvoir de l'homme. Il n'est cependant pas du tout question de vouloir rivaliser avec le sexe masculin. Juste jouer à retrouver la période de notre enfance où la différence était passionnante et où les statuts ne nous dénaturaient pas encore. Sans cela, nous perdrons toutes joies créatrices ainsi que notre puissance de femme. Amusons-nous des différences. J'ai retrouvé une sexualité épanouie et sans déchirure. » 

Clem sur le forum du site de Rebelle-Santé

Réponse dans le magazine Rebelle-Santé n° 230

« Je souhaite donner un petit message d'espoir... 

Après avoir été suivie pendant 6 ans par une gynécologue française qui n'a trouvé d'autre solution à mes problèmes de démangeaisons et de difficultés dans les rapports avec mon époux, que de me "décontracter"... J'ai trouvé, il y a quatre ans, un jeune gynécologue dans un hôpital de Gironde qui a diagnostiqué un lichen scléro vulvaire. Un traitement à la cortisone et une crème pendant deux mois, et il m'annonçait que j'étais "stabilisée". Avec tout de même une grande lèvre collée à une petite et le vagin complètement serré rendant impossible tout rapport normal. Il m'a même prescrit un kit de bougies... Bref, rien de neuf à ce moment-là. 

Entre-temps, nous nous sommes expatriés au Costa Rica et nous vivons pratiquement dans la jungle avec un hôpital flambant neuf à 15 km. Et là, je prends rendez-vous avec un gynécologue qui a un cabinet privé à côté, inquiète de voir mes deux grandes lèvres collées à mon clitoris avec un tout petit espace pour uriner. Avec, de plus, des excroissances dues au traitement à la cortisone que je venais de reprendre dans la panique. 

Ce spécialiste n'a absolument pas douté un instant, il a utilisé un laser fin pour rouvrir les deux lèvres, libérer mon "petit coucou", et supprimer les excroissances (avec une anesthésie locale tout de même). En moins d'une heure, je retrouvais mon sexe indemne. Puis, il a découvert que l'intérieur de mon vagin était entièrement sclérosé et a commencé un traitement avec un autre laser pour supprimer la couche sclérosante et laisser la couche inférieure et souple reprendre son élasticité. J'ai fait deux séances et je m'en trouve tellement bien ! Il faudra encore deux séances (une heure à peu près). Il glisse un tube de verre et travaille à l'intérieur. Cela pique un peu comme quand on fait des électrodes de musculation, mais c'est très supportable et ne nécessite pas d'anesthésie dans ce cas. 

Voilà, je croyais être très seule et j'ai découvert ce forum. Je voulais juste dire que certains jeunes médecins sont au courant des nouvelles méthodes et que cette maladie est encore bien méconnue en France. Il m'aura fallu vivre dans un petit pays du bout du monde pour être prise au sérieux. 

Comme quoi, il y a des pays qui font passer la santé des femmes avant la rentabilité.

Mme L. sur le forum du site de Rebelle-Santé

RegulatPro et Crème Œmine

« Je suis atteinte moi aussi d'un lichen depuis un an environ, très virulent, et c'est le RegulatPro qui m'a sauvée, accompagné de la crème œmine P.S.O. Depuis un mois, je n'ai plus de démangeaisons, il faut maintenant que ma vulve se reconstruise mais je sais que cela risque d'être long. 3 fois par jour, je fais des compresses de Regulatpro coupé d'eau, puis je mets la crème. Je prends aussi le RegulatPro en interne, 10 ml matin et soir. » 

Mme A. sur le forum du site de Rebelle-Santé

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mon cahier de tisanes