Jeûne et endométriose

Rubrique

Témoignage publié dans la revue n° 231

« Bonjour, je suis abonnée à votre magazine. J’ai bien aimé vos articles sur le jeûne. En retour d’expérience, après 2 jeûnes en 1 an et demi, mes douleurs d’endométriose sont quasiment parties. Un miracle. Plus besoin de me shooter aux anti-inflammatoires et antispasmodiques pendant 3 ou 4 jours, la mélisse ou un peu de Doliprane suffit.

Message à faire passer aux femmes qui souffrent de ce mal terrible... Je n’ai pas trouvé d’article médical sur le sujet, ce n’est que mon expérience, mais j’ai constaté les effets incroyables du jeûne sur l’endométriose en tout cas.

Bonne continuation ! »

Charlène sur la page Facebook de Rebelle-Santé

Complément publié dans la revue n° 233

Cette lectrice nous donne davantage de précisions au sujet des effets sur ses intestins... 

« Dès 2011 (j’avais 25 ans), j’ai commencé à avoir plusieurs symptômes divers non expliqués : douleurs de ventre constantes comme si mon ventre était "en feu", selles molles/liquides quasi quotidiennement, eczéma sur les coudes, acné (comme une ado !), fatigue chronique, douleurs articulaires, etc. J’ai été diagnostiquée intolérante au gluten avec un syndrome de l’intestin irritable en octobre 2012. 

L’arrêt total du gluten a fait partir tous mes symptômes en 4 mois, sauf un : le "feu" dans le ventre. J’étais donc résignée à vivre avec ce mal toute ma vie, d’autant plus que les médecins me disaient que c’était à cause de mon stress et de mes angoisses. Début 2017, accompagnée par une naturopathe, j’ai suivi un traitement à base de plantes et de probiotiques qui m’a aidée à faire baisser le “feu” dans mon ventre, mais je sentais que la guérison ne se faisait pas totalement. 

L’été 2017, j’ai fait un stage de yoga. J’avais déjà entendu parler du jeûne auparavant, mais la discussion avec les autres participants du stage connaissant la pratique du jeûne m'a convaincue que cela pouvait être une vraie solution pour moi. J'ai lu des livres sur le jeûne, regardé le documentaire "Le jeûne : une nouvelle thérapie ?" et ce fut un vrai déclic. J'ai demandé conseil à ma naturopathe, qui, après avoir elle-même demandé conseil au Centre tout naturellement situé à Paris, m’a orientée vers des centres de jeûne. J'ai choisi "La maison du jeûne" en Provence qui pratique le jeûne de type Buchinger. 

J'ai fait mon premier jeûne du 30 décembre 2017 au 6 janvier 2018. J’ai pu fêter le passage à l’année 2018 avec un bouillon de légumes, une véritable expérience ! Sans rentrer dans les détails du déroulé de ce premier jeûne, celui-ci s’est très bien passé. La crise d’acidose a été très douce pour moi, j’ai eu quelques maux de tête légers et des larmes libératrices. Dès la reprise alimentaire, j’ai senti que quelque chose avait changé. Mon système digestif, au repos total pendant 7 jours, s’était comme régénéré, réparé. Plus de maux de ventre, plus de "feu" constant, un miracle ! J'ai décidé alors de faire un jeûne par an en prévention, pour “entretenir” la machine. De façon imagée, j’ai eu l’impression que mon corps avait été envoyé en révision. 

Mes douleurs intestinales ne sont jamais revenues. Je peux donc dire que le jeûne a eu un effet extraordinaire sur mon syndrome de l’intestin irritable. »

Charlène M. de Pau

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les savoureuses recettes d'Anaïs Dufourneau
Mon cahier de Sylvothérapie
Mon cahier d'homéopathie
Vos ordonnances naturelles