Calendrier du jardin

Les travaux de septembre

Entre récoltes et installation des cultures d’hiver, profitez de cette fin d’été pour peaufiner vos « stratégies de culture bio ».

En septembre, les jardiniers ont tendance à commencer à faire le bilan de la "saison". N’hésitez pas à analyser les observations faites au cours de ce printemps et de cet été, certes un peu particuliers sur le plan climatique, pour envisager quelques changements ou un renforcement de vos pratiques bio ! Les principaux travaux, eux, restent les mêmes, ce sont peut-être les dates de réalisation qui vont bouger !

Au potager

– Continuez les récoltes en veillant à isoler du sol les courges, melons, courgettes (si la terre est très humide) avec de la paille ou une tuile, par exemple. Favorisez la maturation des tomates en réduisant le feuillage, éliminez les feuilles malades systématiquement et celles qui font de l’ombre, mais conservez des feuilles au-dessus des dernières tomates en cours de coloration.

– Pincez les concombres et les melons pour favoriser leur mûrissement.

– Blanchissez les cardes, bettes, chicorées, et buttez les céleris. L’opération est délicate, évitez la pénétration d’humidité au coeur du feuillage.

– Démarrez les semis d’août et paillez dès que possible pour éviter les opérations de binage ; le paillage permet aussi de conserver la chaleur de la terre si les températures baissent.

– Maintenez la surveillance sanitaire. Humidité-étéchaleur favorisent les maladies fongiques (mildiou, oïdium, botrytis…) : traitez vos plantes avec une décoction d’ail (10 g par litre), ou avec une pulvérisation d’huile essentielle de sarriette des montagnes (1 ml pour 10 ml de savon liquide et 1 litre d’eau au pH voisin de 7). Certains insectes restent actifs comme la piéride du chou ou certaines mouches (mouche de la carotte…) : piégez les insectes adultes ou utilisez de l’huile essentielle de genévrier à éventuellement mélanger avec de l’huile essentielle d’orange amère (la préparation se fait comme pour les traitements antifongiques).

– Bouturez les plantes aromatiques et repiquez les jeunes plants de fraisiers situés à l’extrémité des stolons.

– Plantez encore des salades : laitue, scarole, frisée, batavia. Installez aussi les poireaux, les choux (après pralinage des racines) ; n’oubliez pas de diviser les touffes d’origan, d’hysope, de ciboulette, de mélisse, de rhubarbe.

– Semez en pleine terre : épinard, oignons blanc et rouge, navet, radis d’automne et d’hiver. Semez aussi les salades d’hiver et, jusqu’en décembre, en climat doux, la mâche. Parfois, une petite protection antifroid est utile : voile ou tunnel.

– Prenez un peu de temps pour préparer les châssis.

– Veillez à détruire les herbes indésirables qui ont pu prospérer pendant l’été et qui sont en train de faire leurs réserves pour passer l’hiver. Le liseron, le chiendent, le rumex, par exemple. Les méthodes biologiques demandent de la patience : couvrez la zone envahie avec du plastique noir ou du carton pendant 7 à 10 jours ; les plantes ne pouvant faire de la photosynthèse vont consommer leurs réserves pour trouver la lumière ; découvrez-les et arrachez-les. Répétez l’opération régulièrement.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Et si vous faisiez tout vous-même?
Cuisiner autrement en automne
Mon cahier de lithothérapie
Quelle contraception choisir ?