Électrosensibilité et zone blanche

Rubrique

"J'espère que l'été s'est bien passé pour vous. Ici, c'est très dur pour tous les électrosensibles. Nous allons sans doute repartir de cette zone dite blanche qui, depuis mi-juillet, ne l'est plus trop ? Je vous écris (ne pouvant pas téléphoner) car je me demande si je vous ai bien signalé mon déménagement (le changement d'adresse fait à la poste est encore valable). Votre revue est tellement précieuse pour moi. Merci infiniment pour les bons moments que vous m'apportez. Les moments conviviaux qui existent sur notre lieu de vie me sont interdits sauf à me retrouver scotchée pour trois semaines par les vertiges. Je suis, pour l'instant, dans un fourgon au bord d'une rivière où 500 mètres d'un chemin extrêmement pentu et pierreux ont découragé la plupart de mes proches et amis. Depuis presque 2 ans, je ne bouge plus. Il faut un 4x4 pour accéder à cet endroit. J'ai 76 ans, une vieille pénible mais j'aimerais tellement vivre encore. Pardon, j'arrête mes plaintes, en fait, ce ne sont pas des plaintes, seulement la vie de bien d'autres EHS, et j'ai la chance d'avoir un abri. Je vous souhaite du courage, une vie la meilleure possible."

Mme R. du Puy-de-Dôme

Amies lectrices, amis lecteurs, si vous connaissez des zones blanches accessibles dans le Puy-de-Dôme, dites-le nous et nous enverrons les informations à Mme R.

Découvrez nos livres santé

Le mensonge des antidépresseurs
Et si vous faisiez tout vous-même au jardin ?
Et si vous faisiez tout vous-même?
Mon herbier de feuilles de parcs