Rire c'est bon pour la santé

Rubrique

Le rire devrait faire partie intégrante de notre vie, pour notre plus grand bien.

Rencontre avec une rigologue pour qui le rire est un précieux outil anti-stress, mais pas seulement !
Elle est venue à la rigologie « par hasard », affirme-t-elle. Pas spécialement clown, ni drôle. Après 28 années de secrétariat juridique, Marie-Laure Bourbon a choisi de « descendre du train »,  saisissant une opportunité financière qui s’est présentée à elle à la suite du décès de son père. Et, afin de mieux marquer le coup, elle démissionne un 1er mai !
C’est grâce à une amie dont le fils était hospitalisé qu’elle a rencontré des clowns hospitaliers d’abord et la rigologie ensuite. « Je me suis renseignée et j’ai démarré cette formation d’une année dans la foulée », raconte-t-elle. Elle a fait partie de la toute première promotion de rigologues issue de l’École française du rire *. C’était en 2008.

* devenue, depuis, Ecole Internationale du rire, dirigée par Corinne Cosseron.

DÉMARCHE GÉNIALE
C’est une journaliste, Corinne Cosseron, qui a « inventé » la rigologie. Après être allée se former en Inde, auprès du Dr Kataria, lui-même à l’origine de cette démarche géniale qu’il a appelée yoga du rire ou hashya yoga. Comment définir la rigologie ? « C’est un ensemble de techniques visant à entretenir ou retrouver sa joie de vivre, explique Marie-Laure. Elle associe des exercices de respiration, d’ancrage, de détente, de prise de conscience du corps, ainsi que des jeux issus de l’entraînement au théâtre, au yoga du rire et à la sophrologie ludique. »

Ainsi, la rigologue débute toujours ses séances hebdomadaires par une musique qui permet de « débrancher avec l’extérieur », puis, un peu de do-in (auto-massage), histoire de reprendre conscience de son corps, suivi d’exercices d’enracinement ; on peut alors évacuer le stress par le souffle, la voix ou la marche.

Ensuite, place au développement de la confiance en soi et en les autres (en traversant la salle les yeux fermés, par exemple) ; on travaille également sur le regard – ce qui n’est pas toujours évident. Ces séances sont entrecoupées d’exercices de yoga du rire pour stimuler le diaphragme et se terminent par la méditation du rire : on s’allonge en soleil, sur le dos, têtes au centre. On ne se force pas. On le laisse venir. « Il est parfois difficile d’arrêter un fou rire qui se communique », reconnaît volontiers la rigologue.

QUELS BIENFAITS ?

Le diaphragme, justement ! C’est par lui que tout arrive ! Quand on rit, il monte et descend et ce sont ces secousses qui permettent d’innombrables bienfaits. Un massage en douceur de l’estomac et des intestins, pour commencer. Ce qui active la circulation sanguine et fortifie le cœur, renforce le système immunitaire, et permet une meilleure qualité de sommeil. Voilà pour le physique.

Côté émotionnel, le rire est un parfait anti-stress grâce à la sécrétion d’endorphines (la fameuse « hormone du bonheur »), un régulateur d’humeur – il aide à exprimer la joie, la colère et à vaincre ses inhibitions. Et ce n’est pas tout ! On accorde également au rire des bienfaits relationnels : il rapproche les gens, leur permet de « se lâcher » sans crainte de jugement ou d’être ridicules. D’être bien, tout simplement.

À LIRE :
Rire sans raison, Dr Madan Kataria (Madhuri Editions).
Remettre du rire dans sa vie, de Corinne Cosseron (Édition Robert Laffont).
Comment je me suis soigné par le rire, Norman Cousins (Petite bibliothèque Payot).
Cahiers d’exercices pour rire davantage, de Corinne et Frédéric Cosseron (ESF éditeur).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Le Guide du thé vert
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de sophrologie