Se sevrer des benzodiazépines

Rubrique

Nous avons reçu des réponses pour Mme C. qui a passé la petite annonce n° 3143/19 dans la revue. Elle demande de l'aide pour se sevrer des benzodiazépines. Voici deux témoignages.

Relaxation, amour de soi et patience...

« J'ai lu votre annonce dans le Petit Journal de la revue. J'ai été dépendante pendant 20 ans de benzodiazépines. C'était une période de ma vie très difficile, ne dormant plus, moral à zéro, j'ai consulté un psy d'un certain âge déjà qui m'a prescrit des gélules, une préparation faite par le pharmacien (actuellement interdite). Je commençais à me sentir mieux. Sur l'avis du psy, je pouvais baisser à la dose d'un gramme par soir. C'est à cette posologie que je suis restée pendant 20 ans. Suite au décès de mon psy, c'est mon médecin traitant qui faisait la prescription.

Après 20 années de prise, mon corps s'est rebellé ; brûlures d'estomac. Mon médecin m'a fait arrêter ce médicament. Je ne pourrais vous dire ce que j'ai vécu, tout mon corps avait mal, crampes, mal de tête, mal au dos (j'en passe). Pour vous en sortir, je ne vous cache pas qu'il vous faut beaucoup, beaucoup de volonté. Je m'en suis sortie, vous vous en sortirez aussi. Cela met des mois, des années. Longtemps, encore le soir, je prenais un demi comprimé d'Alprazolam 25. Cela fait maintenant 14 ans que je suis sevrée complètement, j'ai 72 ans. Je ne prends plus de médicament, seulement de l'homéopathie.

Allez dans un cours de yoga, on vous apprendra la relaxation, la respiration, tellement importante pour notre corps. Ne pensez plus à cette drogue, sortez dans la nature, soyez gentille avec vous-même, aimez votre corps. Après mon sevrage, j'ai demandé à mon médecin traitant : "Comment je m'en suis sortie ?". Il m'a répondu : "Quand la raison est plus forte que la dépendance". À méditer... »

Mme B. du Haut-Rhin

De l'étiopathie et du temps...

« Je vous écris suite à la demande de témoignage concernant le sevrage aux benzodiazépines. J’en ai pris pendant 20 ans environ (pour de l’épilepsie). En accord avec la neurologue, on a décidé d’arrêter le traitement. Le sevrage s’est fait sur pratiquement 2 ans (la dose de benzodiazépines de départ était assez faible).

Pendant 6 mois, ça a été très dur (nuits blanches, fatigue permanente), puis je me suis fait aider par un étiopathe, et les nuits sont redevenues quasi normales. Depuis 2 ans, je vis sans traitement, et tout est rentré dans l’ordre. Le seul désagrément qui subsiste est que le plexus solaire est souvent tendu, mais je fais avec (je m’aide avec la relaxation quand ça ne va vraiment pas). J’espère que vous réussirez à vous sevrer. Bon courage ! »

Mme F. de l'Isère

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet
Problèmes circulatoires : les prescriptions du Dr Valnet
Les plantes qui guérissent (Poche)
Chimiofolies