Sortir du chacun chez soi !

Rubrique

Éco-lieux, éco-villages, éco-quartiers : depuis quelque temps, les projets d’habitat groupé fleurissent un peu partout en France. En Alsace, dans les Corbières et en Ardèche, nous avons rencontré des personnes motivées par ce nouvel art de vivre.Éco-lieux, éco-villages, éco-quartiers : depuis quelque temps, les projets d’habitat groupé fleurissent un peu partout en France. En Alsace, dans les Corbières et en Ardèche, nous avons rencontré des personnes motivées par ce nouvel art de vivre.

Un grand nombre d’indicateurs – hausse du prix de l’énergie, des loyers, de la construction, dérèglement climatique, perte de la biodiversité, étalement urbain – nous incitent aujourd’hui à penser et construire la ville autrement. Se réapproprier l’acte de bâtir devient à la mode ; l’autopromotion (regrouper quelques familles pour construire un immeuble) et l’habitat participatif constituent l’une des clés de cette prise de conscience.
En Alsace, Agnès et Rémi Florian se sont lancés dans l’aventure il y a 6 ans. « À l’époque, on ne connaissait pas l’habitat groupé », se rappelle Agnès. Et puis, après une réunion publique de l’association Éco-quartier Strasbourg, un petit groupe est resté en contact. Et a cheminé. « Au départ, il y avait 12 foyers, précise Nicolas Isselé, l’un des copropriétaires actuels. Quelques-uns sont partis : ce n’était pas pour eux ! Seuls trois sont restés pour poursuivre l’aventure. » D’autres les ont rejoints depuis.

CONSTRUCTION BIO
Le terrain convoité (24 ares en pente, mais très bien ensoleillé) fut difficile à acquérir et ce n’est qu’au printemps 2012 que le groupe constitué de 3 familles avec enfants, un couple et 3 femmes seules, peut enfin l’acheter à un aménageur, chacun payant sa part – c’est-à-dire un lot privé plus une part dans les parties communes. Une charte des valeurs a été longuement discutée et approuvée par tous.
À présent, c’est à Rémi Florian, architecte, ingénieur-conseil en bâtiment et Biologiste de l’Habitat® de jouer ! « Nous avons tout centré sur le bien-être et la santé, insiste-t-il. Et les autopromoteurs jouent le jeu avec plaisir ! Car un bâtiment peut être écologique, mais pas forcément sain… Les matériaux sont naturels, issus de végétaux tels que le liège (sous les sols), la laine de bois (isolant façades) ou le chanvre qui isole les sous-bassements. »
Les logements réduits au strict minimum sont très bien isolés et bioclimatiques : les façades Sud sont entièrement vitrées (ombrées par des brise-soleil orientables) ; le puits canadien tempèrera l’air en toutes saisons en apportant de la fraîcheur l’été et la tempérance l’hiver. Les apports solaires seront relayés par une petite chaudière collective à granulés de bois. Le chauffage pour chacun des logements reviendra ainsi à 100 euros par an !

À LIRE :
Médecin des murs, de Rémi Florian (Bio-espace éditions) 21 €
Autopromotion, habitat partagé, écologie et liens sociaux, de Bruno Parasote (Éditions Yves Michel) 24,34 €
La ferme des enfants, de Sophie Bouquet-Rabhi( Édition Acte Sud) 22,40 €
Conscience & environnement, Pierre Rabhi (Édition le Relié Poche) 10,14 €

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ma Bible des aliments remèdes
Poids : mode d'emploi
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?