Tous ensemble, semons les graines de l'espoir

Rubrique

Le principe de l’Opération Graines de l’Espoir est simple : fournir des graines de variétés potagères à des villages de pays en voie de développement. De nombreux lecteurs de Belle-Santé nous envoient des semences... que nous réexpédions à des dizaines de villages en Afrique, en Asie du Sud-Est ou en Amérique Latine.

Article écrit par Roger Fouquet

Certains lecteurs profitent de leurs vacances sur place. Les services postaux de ces pays n’étant pas sans faille (tous les colis n’arrivent pas à bon port !), ils vont remettre directement les sachets de graines aux responsables des villages. Régulièrement, nous recevons des photos et des comptes-rendus des réussites ou des rares échecs (sécheresse, erreurs de plantation). Et c’est ainsi qu’il y a quelques semaines, Roger nous a envoyé son reportage.

Tous les ans, je passe deux mois au Mali, au Nord-Est de Ségou dans une zone constituée principalement de rizières. L’Office du Niger, en charge d’une superficie d’environ 74 500 ha, gère les canaux et l’irrigation.
Dans le village de Némabougou, j’ai sensibilisé M. Barhima Cissé, technicien agronome en retraite. Il a 76 ans et 10 enfants dont 3 qui continuent l’exploitation des rizières. Les plantations se font après la saison froide qui se termine en février pour une récolte quelques mois plus tard.
La famille Cissé va produire l’Artémisia pour en diffuser la culture sur l’ensemble du village de Némabougou ; ils doivent être en quelque sorte les pionniers de l’opération.
J’ai reçu aussi l’appui du chef du village. Tous les habitants de la région sont atteints par le paludisme, c’est donc une bénédiction si cette plante permet de soulager les crises de palu sans être obligé d’aller aux dispensaires de Kolongo ou de Macina, situés à 25 km du village.

Le village de Sansanding est situé au bord du fleuve Niger. Il possède une unité de production de spiruline. Depuis des années, je vais y chercher des sachets de spiruline pour les enfants de Némabougou. (Je ne vous ferai pas l’injure de vous apprendre les bienfaits de cette algue sur l’alimentation des enfants.) C’est ainsi que j’ai peu à peu noué une relation amicale avec M. Madou Diarra, le gestionnaire du site. Cette "ferme" de spiruline est une opération financée par Antenna Technologies (1). L’idée était de réaliser un jardin médicinal avec de l’Artemisia annua entre autres, à côté du site de production de la spiruline. Ce projet a reçu l’accord du maire de Sansanding, M. Lassana Kouma. La culture d’Artemisia annua a commencé immédiatement. Cela nous permettra de voir l’évolution d’une culture en saison froide et une autre en saison chaude.

J’ai fait une distribution de sachets de graines potagères dans les villages. Presque toutes les femmes exploitent un potager pour améliorer les revenus du ménage. En ce moment, les potagers sont en production de piments et d’oignons. Elles en gardent un peu pour leur propre consommation, mais c’est surtout destiné à la vente. Le moindre mètre carré de terre est utilisé pour augmenter les revenus, mais pas pour les besoins alimentaires des familles.
Le régime alimentaire de l’ensemble de la population est essentiellement basé sur les céréales, riz et mil. Durant mon séjour, je n’ai jamais mangé ou vu quelqu’un manger des carottes ou des poivrons, aubergines, etc. Je ne sais pas quelles sont les conséquences d’une telle alimentation, mais je peux vous dire que je ne mangerai plus de riz avant au moins 2 mois !

Les semences sont données sous réserve d’un suivi de la culture et d’une redistribution des graines. J’ai laissé sur place un appareil numérique pour que les étapes successives des plantations soient prises en photo. Ces graines ont fait le bonheur des villageois. Le revers de la médaille, c’est que venant d’autres villages, des délégations m’ont demandé des graines potagères ; malheureusement, ces personnes, qui ont marché plusieurs heures sous le soleil, sont reparties les mains vides. Mais elles ont l’espoir qu’un jour ce sera leur tour.
Dans mes projets, je voudrais mettre à la disposition du village une machine à repiquer le riz (2) et une moissonneuse batteuse, car j’ai la conviction que, dans cette région de culture du riz, c’est la seule manière d’augmenter la production et de lutter contre la famine qui se profile à l’horizon 2012. La crise financière qui touche les pays du Nord touche aussi les pays du Sud. Encore un grand merci à Belle-Santé et à ses lecteurs-donateurs. En rédigeant ces lignes, j’ai une pensé émue pour les donateurs qui viennent en aide à ces personnes qui travaillent dur sans se plaindre.

Aider sans faire circuler d’argent

Lancée en 2000 par Belle-Santé, l’opération "Graines de l’Espoir" fonctionne selon un principe très simple : aucune somme d’argent ne doit circuler. Les graines — et seulement des graines (ou de la documentation) — sont envoyées aux villages en Afrique, en Asie et en Amérique Latine. Personne n’est rémunéré. Il n’y a pas de bureaux (hormis ceux de votre magazine préféré), pas de secrétariat, pas de paperasserie, pas de compte en banque... C’est du bénévolat efficace à 100 % ! Les frais d’envoi sont pris en charge par Belle-Santé. Dans chaque village, un responsable (notre contact sur place) distribue les graines et forme les agriculteurs. Il nous donne des nouvelles des plantations et nous envoie des photos que nous publions de temps à autre, comme ce mois-ci, dans Belle-Santé.

UN RÉSEAU ASSOCIATIF
Pour plus d’efficacité, l’Opération Graines de l’Espoir travaille en relation avec 3 autres associations :
- Association ACP-Artémisia : 7, Grand rue 25 330 Longeville. Courriel : info@acp-paludisme.org - Site : www.acp-paludisme.org
Cette association cultive et diffuse des semences d’Artémisia. Elle donne aussi une information complète et assure un suivi des cultures.
- Association Kokopelli : 131 Impasse des Palmiers - 30319 Alès Cedex France - Tel : 04 66 30 64 91 - www.kokopelli.asso.fr
Spécialiste des semences de variétés potagères, l’association Kokopelli est devenue le fer de lance de la lutte contre les hybrides, les OGM et les agrocarburants.
- Association Parrains de l’Espoir : 9, rue du Bon Voisin - 67400 Illkirch - 03 88 66 07 82
ONG de taille moyenne, Parrains de l’Espoir apporte son aide dans les endroits les plus reculés en insistant sur l’éducation des enfants.

(1) Antenna Technologies est une association humanitaire reconnue d’utilité publique composée de scientifiques, de professeurs, de chercheurs, d’ingénieurs. Antenna Technologies recherche et met en place les solutions technologiques les plus innovantes pour couvrir les besoins fondamentaux des populations les plus démunies. www.antenna.ch
(2) L’Opération Graines de l’Espoir ne récoltant aucun fonds et ne faisant pas circuler d’argent, nous avons mis Roger en relation avec d’autres associations pour pouvoir acheter les machines nécessaires, et notamment avec Parrains de l’Espoir (voir adresse ci-dessus).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Les huiles essentielles qui guérissent
L'alimentation santé : les recettes!
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...