Travailler beaucoup, vivre moins : Non !

Travailler moins, vivre plus : Oui
Rubrique

J’écoute à la radio la fameuse chanson de Pink Martini… « Je ne veux pas travailler… Je ne veux pas travailler… ».

JE ME PRÉPARE À PARTIR AU TRAVAIL ET JE CHANTE CETTE CHANSON
Je me rallonge sur mon lit, je m’étire, j’ouvre la fenêtre, je regarde le ciel, il est bleu, plus qu’hier.
Je ne suis pas paresseuse (j’aurais pu l’être, je n’ai rien contre) ; c’est en travaillant que j’apprends de nouvelles choses, que je rencontre de nouvelles personnes. J’aime bien contribuer aux tâches collectives, j’adore créer, je ne vois pas le temps passer. Quand nous chantons cette chanson de Pink Martini, ce n’est pas au travail en tant que tel que nous nous opposons. Notre problème, c’est l’emploi, car c’est souvent un travail sous contrainte. Le travail et la contrainte ne font pas bon ménage : le plaisir, la création, la réflexion, le partage, la joie partent en courant.

L'APPEL D'UN COLLECTIF DE CITOYENS
Quand la France était mobilisée contre la loi travail, un collectif de nombreuses personnes, de métiers divers, a lancé un appel, dans le magazine Alternatives économiques, pour revendiquer la réduction du temps de travail. Pour le trouver, tapez, dans votre moteur de recherche : « Alternatives économiques temps de travail ».
Je vous conseille de le lire. Cet appel s’appuie sur le bilan des 35 heures mises en œuvre en France avec les lois Aubry : le taux de chômage est alors passé de 12 à 8 % en trois ans et 2 millions d’emplois ont été créés (entre 1997 et 2001), un seuil jamais atteint depuis l’après-guerre. Il montre comment cette mesure a suscité une balance commerciale positive et satisfait de nombreux salariés du fait d’un gain de temps personnel.
Je rejoins le collectif qui demande le passage du temps de travail à 32 heures ou quatre jours par semaine. Pas uniquement pour le partage du travail. C’est aussi pour moi. Pour augmenter ma durée de vie. Elle est déjà trop courte et mérite que j’y fasse attention.
Maintenant, je chante un autre refrain : « Je veux travailler moins… et mieux ». Ça fait plus rock et plus rythmé.

C’est au moment où ce numéro part pour l’imprimerie que j’apprends le décès de mon amie Mylène. Je vous l’avais présentée dans un précédent numéro et certaines d’entre vous étaient en contact avec elle. Elle me manque déjà.
Au revoir chère Mylène, nous continuerons à penser à toi et à parler de toi...

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de Baumes aux huiles essentielles
Mon cahier de botanique
Les huiles essentielles qui guérissent
Mon cahier de réflexologie plantaire