Vaccination des enfants

Le droit de choisir, l’importance de s’informer

À l’heure où le calendrier vaccinal des enfants est déjà hyper chargé et alors que les vaccins peuvent causer des dommages irréparables et imprévisibles chez certains enfants, c’est en étant bien informés que les parents seront en mesure de choisir.

Le système immunitaire des enfants n’est pas pleinement mature avant 6 à 7 ans d’âge, pourtant, c’est en général dès l’âge de 2 mois (et parfois dès la naissance, comme en Guyane et à Mayotte pour l’hépatite B !) qu’on commence à imposer aux nourrissons toute une batterie de vaccins. Croyant bien faire, de nombreux parents s’en remettent à l’avis du pédiatre sans chercher plus loin. Pourtant, à y regarder de plus près, la santé globale des enfants n’est pas meilleure dans nos pays industrialisés qu’il y a 20 ou 30 ans, époque où on vaccinait nettement moins… Les États-Unis, où les enfants sont les plus vaccinés du monde, sont aussi le pays occidental où la mortalité infantile est la plus élevée. Les enfants y ont déjà reçu 49 doses de 14 vaccins différents à l’âge de 6 ans. Or, un enfant sur cinq souffre désormais de troubles neuro-développementaux et la moitié d’au moins d’une maladie chronique !

Système HLA
Les autorités gagneraient sans doute à encourager à un recours plus systématique avant vaccination aux tests HLA (certains groupes HLA, sortes de « carte d’identité cellulaire », sont associés à un risque accru de maladies auto-immunes comme le diabète ou la sclérose en plaques, par exemple) et aux sérologies (dosages d’anticorps qui permettent de savoir si le vaccin servira à quelque chose).
Par ailleurs, il peut être utile, en cas de vaccination obligatoire, d’avoir recours à l’homéopathie pour limiter les risques d’effets secondaires : cela vaut la peine de consulter un médecin homéopathe pour en parler avec lui.

CONSEILS DE PRUDENCE
- Ne JAMAIS vacciner un enfant malade (même un simple rhume)

- Ne pas donner plusieurs vaccins à la fois (confusion en cas d’effets secondaires)
- En cas d’effets secondaires, ne pas insister témérairement avec d’autres doses
- Vacciner le plus tard possible (diminution des risques d’asthme et de mort subite)
- Redoubler de prudence en cas d’antécédents familiaux de maladies auto-immunes ; d’allergies et de convulsions
- Redoubler de prudence avec les prématurés qui ont un risque accru d’apnées et d’hémorragies cérébrales (en­co­re majoré avec le recours aux vaccins  combinés)
- Il peut être sage de faire pratiquer une analyse de sang avant toute vaccination, histoire de pouvoir « comparer » avec une prise de sang ultérieure en cas d’effets indésirables (utilité possible en cas de recours juridique si effet grave)
- Toujours bien lire les notices des vaccins proposés par le médecin AVANT l’injection et ne pas hésiter à l’interroger sur les maladies concernées, les composants, la méthodologie des études de sécurité effectuées, etc.
- Garder scrupuleusement une trace écrite (du médecin) de tous les vaccins effectués avec leurs noms et leurs dates exactes.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de gemmothérapie
Devenir acteur de sa guérison
Mon cahier de sophrologie
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins