Attention les hérissons !

sam, 24/05/2003 - 17:39 -- Angela David

Trop, c’est trop ! Encore combien de hérissons victimes de la route ou des traitements chimiques cette année ? Qui se mobilisera, si ce ne sont les jardiniers "bio" pour ce précieux auxiliaire ?

En vingt ans, l’espérance de vie des hérissons est passée de 10 à 2 ans !
Cette situation n’est plus acceptable. Pour agir il faut connaître les causes ! Les causes de la mort des hérissons sont diverses, comme pour toutes les espèces animales.

LES CAUSES NATURELLES :
=> Les parasites qui sont nombreux, et notamment des vers, qui envahissent les poumons.
=> La sortie d’hibernation est parfois difficile.
=> Les étés chauds et secs qui réduisent  les chances de survie, notamment celles des portées.

LES CAUSES ACCIDENTELLES :
Celles dont l’homme est responsable sont suffisamment importantes pour être prises en compte prioritairement :
=> La route : le hérisson circule à la vitesse de 3 mètres par minute et il peut faire quelques pointes de vitesse ;
=> Les intoxications par escargots ou limaces empoisonnés qui ont consommé des granulés de méthaldéhyde.
=> Les blessures dues aux tondeuses, aux coups de fourches dans le tas de compost, aux morsures de chiens ou autres prédateurs…
=> Les chutes dans des fosses ou des surfaces en eaux.

QUE FAIRE ?
Tout est possible et pour tout le monde !
=> Commençons par être plus vigilants sur la route au crépuscule et faisons un effort pour éviter les hérissons. Ceci est aussi tout à fait valable pour nos amis les lapins, les chouettes…
=> Recueillir et soigner les hérissons blessés, c’est possible, alors, si l’occasion se présente, il ne faut pas hésiter, à condition de remettre dès que possible ce petit pensionnaire dans son milieu naturel.
=> Laissons des abris, que ce soit au jardin ou dans la nature. Pourquoi ne pas envisager lors de nos promenades dominicales de construire un abri par-ci par-là pour les hérissons du secteur ?
=> Prenons des mesures pour respecter ou développer un milieu de vie adapté et accueillant pour le hérisson et les proies qui sont nécessaires à sa survie :
- En plantant des arbustes, des buissons, des haies variées pour accueillir les hérissons et leur nourriture (insectes divers, limaces, escargots, lézards, jeunes rongeurs, oeufs ou oisillons, fruits et champignons). Le mieux est de laisser la haie se naturaliser un peu.
- En laissant une ouverture dans la clôture du jardin.
- En laissant des tas de feuilles ou de compost ou des fagots de petit bois, en faisant des abris ponts de terre, en disposant une caisse en bois avec une ouverture de 12 cm de diamètre…
- En évitant l’utilisation de produits chimiques de synthèse. Stop à l’empoisonnement des limaces, escargots et autres gastéropodes ! Il n’y a pas que les hérissons qui soient victimes de cette pratique : les oiseaux, les chats en pâtissent aussi. Les jardiniers "bio" le savent bien : il y bien d’autres méthodes pour protéger des jeunes plants de légumes ou de fleurs ; les pièges possibles sont nombreux : coupelles remplies de bière enfoncées à ras de terre, peau d’agrume retournée, feuille de chou, carton… Bien sûr, ces pièges ne sont efficaces que s'ils sont relevés.
> La cendre, la poudre de roche… font obstacle aux limaces et escargots et en éliminent une bonne part.
=> Si l’on a repéré la présence de hérissons, au réveil du printemps, donner un petit coup de pouce alimentaire en mettant sur les lieux de passages de toutes petites quantités de boîtes pour chat ou chien ; attention : contrairement à une idée répandue le lait n’est pas bon ! Il s’agit bien d’un petit coup de pouce pour aider le hérisson à se "refaire" un peu au sortir de l’hibernation, il ne faut pas nourrir pendant la période chaude et ne pas rendre le hérisson dépendant, ce qui le fragilise beaucoup.
=> Faire attention à ne pas donner de coups de fourches dans un tas de compost ou de feuilles sans avoir vérifié qu’il n’abrite pas de hérisson ; faire de même lorsque l’on veut brûler un tas de feuilles ou de bois.
=> Mettre une planche avec des aspérités au bord de l’eau pour aider le hérisson qui sera tombé à sortir (piscine, étangs et bassins divers).
=> Ne pas hésiter à aider un hérisson à traverser la route, vous le sauverez sans doute de la mort !

SOIGNER UN HÉRISSON
Un hérisson très actif le jour ou immobile en journée, piégé, peut être blessé ou malade. Que faire dans ce cas ?
=> La blessure est visible, il faut soigner l’animal ou le confier à un refuge.
=> Sans blessure apparente, il peut s’agir de vers qui parasitent les poumons, proposer un vermifuge dans un peu de pâtée.
=> ATTENTION : Ne pas relâcher un hérisson qui pèse moins de 400 g en été et moins de 600 g en hiver !
=> Il peut s’agir d’un jeune qui s’est perdu ou dont la mère a disparu ; si le jeune hérisson demeure une heure à la même place, il faut s’inquiéter et lui fournir un abri et de la nourriture dans un lieu proche de l’endroit où il a été trouvé.Vous avez trouvé un nid, laissez-le tel quel : il est rare que la mère abandonne les petits ; surveillez quand même pour le cas où la mère aurait été tuée.

Le Sanctuaire des Hérissons : vous y trouverez toutes les informations, y compris sur les soins d'urgence.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Article paru dans le : 
Type de publication : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer