Sentiment de culpabilité : le comprendre pour l'apprivoiser

Rubrique

Nous culpabilisons tous par moment sans véritable raison. Coupables de regarder un match de Roland Garros alors qu'il y a une pile de linge à repasser, coupables de s’offrir cette ravissante robe dont nous n’avons pas vraiment besoin, coupables de se faire plaisir... D’où vient ce sentiment de culpabilité ? Et comment faire pour qu’il cesse de nous gâcher la vie ?

Se sentir coupable si l’on a commis un acte répréhensible aux yeux de la loi ou des hommes est une chose tout à fait normale, évidemment. Par contre, si vous culpabilisez en permanence alors que vous n’avez commis aucune faute, simplement parce que vous pensez ne pas avoir fait ce qu’il fallait, il s’agit de "fausse" culpabilité et il est nécessaire de réagir, car ce sentiment peut finir par vous empoisonner la vie.
C’est en étudiant la névrose obsessionnelle que Freud a mis en évidence le sentiment de culpabilité. "Il s’agit de la sensation douloureuse d’être en faute, que l’on ait ou non commis un acte jugé répréhensible", explique Nicole Bondroit, psychologue. "Il peut aussi se manifester sous forme de souffrance, de besoin de punition, de remords, d’une impression de ne pas être à la hauteur". Contrairement à la culpabilité, qui est un fait objectif, le sentiment de culpabilité est une notion tout à fait subjective.

Sandrine ne peut résister à un mendiant ou aux nombreuses demandes de dons provenant d’associations caritatives qui arrivent dans sa boîte aux lettres. "C’est plus fort que moi, je suis incapable de refuser", raconte-t-elle. "Parfois, sur une journée, je donne de l’argent à 10 mendiants dans la rue. Si je ne leur donne rien, j’ai l’impression d’être un monstre ! C’est comme si j’étais coupable de ne pas être pauvre et que quelque chose m’obligeait à assumer la responsabilité des problèmes des autres."
Dominique, lui, est le seul à posséder une voiture parmi ses collègues. De ce fait, il se sent sans cesse obligé de jouer les taxis, même au prix d’un énorme détour et même si le "malheureux piéton" a une excellente ligne de bus à sa disposition. "S’il m’arrive de refuser, j’ai l’impression d’être un égoïste et je ne peux m’empêcher de me sentir coupable", confie-til.
Gisèle, quant à elle, culpabilise quand elle va chez l’esthéticienne ou le coiffeur. Pourtant, elle se rend compte que "cette futilité" lui fait beaucoup de bien et que sa famille profite de sa bonne humeur par la suite. Alors, où est le mal ?! Et, dès lors, pourquoi bouder son plaisir ?

D’OÙ VIENT CE SENTIMENT DE CULPABILITÉ ?
Si nos parents ou notre éducation religieuse, par exemple, nous ont inculqué que la vie est faite surtout d’obligations et de sacrifices, nous risquons de nous sentir coupables dès que nous éprouvons du plaisir.

DE L'ENFANCE…
L’origine de ce sentiment prend souvent sa source dans notre enfance. "Cela peut être la peur de l’autorité qui nous oblige à renoncer à certaines pulsions, mais aussi une intériorisation de l’autorité parentale qui fournit un point de référence à ce que Freud a baptisé notre Surmoi."

PEUR DE NE PLUS ÊTRE AIMÉ
"C’est l’angoisse de perdre l’amour des parents ou des proches qui serait à l’origine du sentiment de culpabilité", précise Nicole Bondroit. "C’est comme si nous nous soumettions aux ordres de notre "Surmoi" de peur de perdre leur affection et leur protection et de décevoir les espoirs qu’ils ont mis en nous."
Si nous devons absolument conserver certains interdits comme celui de violer la loi ou de nuire à autrui, nous devons apprendre à nous accepter tels que nous sommes, avec nos imperfections, pour être en harmonie avec nous-mêmes. Etre soi-même, c’est accepter d’être imparfait et, pour être capable d’aimer les autres et d’être aimé, il est indispensable de s’aimer soi-même !

ASSUMER SES CHOIX
Pour se libérer de la fausse culpabilité, il est nécessaire d’apprendre à assumer ses choix. Prendre la responsabilité de ses choix est le meilleur antidote à la culpabilité. Identifier le sentiment de culpabilité et en déterminer la cause avec un psychothérapeute est le premier pas pour l’apprivoiser pour ensuite définitivement s’en libérer !

À LIRE
Le sentiment de culpabilité : 10 étapes pour s’en libérer, de Douglas H. Ruben aux éditions Dangles
Comment vaincre ses sentiments de culpabilité, de Milton Cameron aux éditions Quebecor
81 façons d’échapper à la culpabilité, de Marie Morel aux éditions Trédaniel
La culpabilité — ne plus la subir, ne plus en souffrir, de Tom Ferguson et Lewis Engel aux éditions L’Homme

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Devenir acteur de sa guérison
Mon cahier de recettes aux huiles essentielles
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent