La rosacée

A ne pas confondre avec l'acné…

Votre peau est sensible avec une tendance aux rougeurs et, parfois, sous l'influence du stress, du soleil ou du froid, ou encore du vin ou de la nourriture, vos joues ou votre nez, front ou menton se couvrent sans crier gare de petits boutons rouges. Peut-être souffrez-vous de rosacée ! Cette affection de la peau, encore assez mal connue, touche pourtant près d'un adulte sur vingt.

La rosacée est aussi appelée acné rosacée. Pourtant, cette maladie de la peau n’a rien à voir avec l’acné dont souffrent les adolescents. Ce n’est pas une inflammation du follicule pilo-sébacé mais bien une affection vasculaire chronique et évolutive qui touche généralement les adultes à la peau sensible. Elle apparaît, d’ailleurs, le plus souvent bien après l’adolescence, passé l’âge de 30 ans, chez les personnes présentant une fragilité capillaire du visage et une tendance aux rougeurs et à la couperose. Elle touche également plus particulièrement les personnes à la peau et aux yeux clairs et va souvent de pair avec une tendance à la migraine. Dans certains cas, les yeux peuvent également devenir secs, rouges et irrités.

La rosacée comporte 4 stades
1/ Le stade des flushs : votre visage rougit brusquement suite à un stress, une boisson alcoolisée, une exposition au soleil etc.
2/ La couperose ou érythrocouperose : des micro-vaisseaux deviennent apparents sur les ailes du nez ou les joues.
3/ Le stade inflammatoire ou stade de la rosacée proprement-dite : des boutons rouges apparaissent, par poussées, sur les joues, le nez, le front ou le menton. Vous pouvez souffrir de poussées inflammatoires sans pour autant présenter une couperose apparente.
4/ Le rhinophyma : ce stade se retrouve essentiellement chez l’homme et n’est heureusement pas très fréquent. Le visage est rouge et le nez devient gros, rouge et bosselé. La rosacée ayant souvent été mise à tort sur le compte de l’alcool, le rhinophyma a longtemps été qualifié de « nez d’alcoolique ». Cependant, si l’alcool constitue un facteur aggravant, ce n’en est pas la cause et la rosacée survient également chez des personnes ne consommant pas d’alcool.

Que faut-il faire ?
> Évitez les expositions directes au soleil
> Couvrez-vous bien le visage lorsqu’il fait froid
> Limitez au maximum les écarts brusques de température
> Proscrivez les crèmes à la cortisone
> Soignez votre peau avec des produits naturels, doux, non gras, sans dérivés pétrochimiques, sans conservateurs et avec un minimum d’ingrédients. Bannissez les récurages
intempestifs et les gommages.
> Nettoyez votre visage avec une eau florale comme le tilleul ou la camomille. Évitez l’eau d’hamamélis en application sur la peau car, bien que conseillée contre la couperose, elle est susceptible de provoquer ou aggraver les poussées de rosacée chez certaines personnes.
> N’appliquez pas de produit contenant de l’alcool
> Mangez sainement et évitez au maximum l’alcool, les boissons très chaudes et les épices « piquantes » comme le piment, le poivre, le paprika…
> Pour limiter le stress, relaxez-vous et faites des exercices de respiration.
> Préférez les périodes d’exercice fréquentes mais modérées à un exercice trop intense
> Buvez beaucoup d’eau
> Évitez les bains trop longs ou trop chauds
> Privilégiez les textiles naturels comme la laine, le coton, le lin, la soie qui n’irritent pas la peau
> Si vous avez trop chaud, sucez de la glace.

Phytothérapie
Pour lutter contre la fragilité des capillaires, certaines plantes utilisées en phytothérapie ont également fait leur preuve.
> La vigne rouge
> L’hamamélis
> La feuille de myrtille
> Le marronnier d’Inde
> La bardane
> La sève de bouleau

Homéopathie
> SANGUINARIA 9CH + CARBO ANIMALIS 9CH. 3 granules de chaque 3 fois par jour.
Si la rosacée est installée depuis longtemps, consultez un homéopathe.

Aromathérapie
Les huiles essentielles bénéfiques dans le traitement de la rosacée sont :
> l’HE d’Hélichryse Italienne
> l’HE de Cyprès
> l’HE de Sauge
> l’HE de Tanaisie Annuelle
> l’HE de Camomille Romaine
> l’HE de Patchouli
> l’HE de Lavande Officinale
> l’HE de Lentisque Pistachier
> l’HE de Ciste Ladanifère
> l’HE de Carotte

N’appliquez jamais les HE pures sur la peau. Avant toute application d’un mélange contenant des huiles essentielles, faites une application sur une petite parcelle de peau pour vérifier que vous ne souffrez d’aucune réaction allergique ou d’intolérance.
N’utilisez pas les huiles essentielles à la légère et respectez les dosages. Pour un traitement parfaitement adapté à votre cas, l’idéal est de consulter un aromathérapeute.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas
Et si vous manquiez de vitamine D ?